AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
tensions à aksana
Un climat de tension règne à Aksana depuis les fouilles faites par l'Empire.
Envie d'en savoir plus? Vient lire la gazette!
intrigue II - LE MARIAGE IMPERIAL
L'épisode trois de la saison une a été posté, il s'agit du mariage impérial unissant Saeko Yinren et le prince héritier. Viens donc y participer!
début de la maintenance le 22/09
On vous le rappellera par mp d'ici là.

Partagez| .

(so devoid of color) ashe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: (so devoid of color) ashe Jeu 24 Aoû 2017 - 12:59

Ace se tenait immobile depuis un laps de temps qu’il n’aurait pas sut définir avec précision. Il aurait pu s’agir d’une poignée d’heures ou de secondes. A cet instant, cela n’avait guère de réelle importance. Planté devant l’une des nombreuses fenêtres du palais, il se laissait aller à une contemplation distraite du paysage environnant. Son regard bleu était comme submergé, noyé dans un éreintant flot de pensées. Au moins s’agissait-il uniquement des siennes. S’il avait mis un certain temps à apprendre à maitriser la façon qu’avaient les pensées des autres de s’infiltrer sous son propre crâne et à les repousser lorsqu’il avait besoin d’espace, c’était désormais une époque révolue. Il avait à présent un contrôle total sur son pouvoir et n’écoutait plus que ce qu’il souhaitait entendre. En cet instant, il n’avait envie d’entendre personne. Même ses propres pensées l’indisposaient. Il avait envie de faire le vide, de prendre un peu de distance, ne serait qu’une infime poignée de secondes. Alors qu’il embrassait de son regard bleuté la vue offerte sur Volastar, il éprouva un besoin violent qu’il ne connaissait que trop bien. Ce sentiment lui était particulièrement familier pour l’avoir fréquemment ressenti durant les années passées. C’était une émotion violacée, rendue amère et douloureuse par son caractère tout bonnement impossible. Un désir ardent de recouvrer une existence qui avait cessé d’être la sienne plus de vingt ans auparavant. Penser à la liberté toute relative qu’il avait à peine effleuré durant les cinq premières années de son existence avait le don de lui déchirer le cœur. Sa vie ne lui appartenait pas. Elle ne lui avait jamais appartenu et s’il avait eut la chance de se voir assigné à la protection de Liza, son sort n’en demeurait pas moins peu enviable. Depuis qu’il était entré dans le palais des Vaelaris pour la première fois huit ans plus tôt, une part de lui n’avait jamais cessé de nourrir un désir ardent de franchir les limites de la capitale pour regagner le quartier dont il n’était même pas sûr que sa mère y vivait encore. Il y avait quelque chose de foncièrement pervers dans le fait de vivre ainsi près d’elle sans pouvoir véritablement l'atteindre. Ce n’était pas tant qu’on le gardait physiquement prisonnier, car ce n’était pas le cas. Liza ne lui avait jamais témoigné rien d’autre que le respect dut à tout être humain et n'avait jamais fait quoi que ce soit pour réduire sa maigre liberté. Elle ne l’entravait pas, pas plus qu’il ne l’était déjà. Il la respectait pour cela et ne répugnait en rien à remplir son devoir d’adiutor auprès d'elle. Outre le fait qu’ils ne pouvaient pas vivre l’un sans l’autre, il l’appréciait sincèrement et était largement disposé à l’épauler et à la protéger. Son affection pour Liza ne changeait cependant rien au fait qu’il n’avait jamais été véritablement libre. Son sang l’avait condamné avant même son premier cri poussé et le répugnant bracelet orange qu’il portait au poignet en était la preuve incontestable. Dieu qu’il détestait cet objet qui aurait tout aussi bien pu être imprimé à même sa chair. Se mordant la lèvre, Ace détourna les yeux de son poignet, comme incapable de s’adonner davantage à cette contemplation sordide. Son cœur était lourd, son esprit comme lacéré. Il fit volte face, se détournant des fenêtres, las de cette vision à la beauté douloureuse.

Aussi loin qu’il s’en souvienne, Ace n’avait jamais été de ces gens qu’on surprend facilement. Même petit garçon, quand sa mère se glissait derrière lui pour l’étreindre, il parvenait toujours d’une façon ou d’une autre à anticiper ses actions. Il savait désormais que son pouvoir en était grandement responsable, de même que ses sens plus développés que la moyenne. Outre les pensées qui venaient lui chatouiller le crâne, il percevait jusqu’à la respiration de ceux qui l’entouraient. Ainsi, il ne manqua pas de sursauter légèrement lorsqu’il se heurta à un regard qu’il connaissait bien. Elle était arrivée doucement et, trop perdu qu’il s’était trouvé dans ses pensées à ce moment là, il ne l’avait pas entendu entrer. Ace en éprouva un certain embarras et ne parvint à contrôler le léger rougissement de ses joues pales qu’au prix d’un effort évident. Sa faiblesse incongrue l’embarrassait quand bien même elle ne pouvait guère avoir de conséquences trop malheureuses compte tenu des circonstances. Ce n’était qu’elle. Ce n’était qu’Asha. Dardant son regard bleu sur le visage familier de la jeune femme, Ace ouvrit la bouche pour l’interroger. « Nous avions prévu de nous entrainer ? » L’interrogea-t-il. Si c’était le cas, il l’avait oublié, éludant cette pensée ce qui ne lui ressemblait guère. En détournant difficilement son regard de la silhouette d’Asha, il embrassa la vaste pièce dans laquelle ils se trouvaient, pièce qui avait abrité bon nombre de leurs entrainements depuis leurs affectations respectives. Malgré lui, ses pas l’avaient amenés ici, comme habités par un désir inconscient de croiser la jeune femme. Se pouvait-il que cela soit réciproque ? Cherchait-elle sa compagnie ? Par réflexe, Ace usa de ses pouvoirs pour deviner les intentions d’Asha. D’ordinaire, il atteignait les autres aisément et ce malgré la distance. Il parvenait à se frayer un chemin jusqu’à l’esprit de sa cible et il ne s’écoulait qu’une seconde avant que les pensées ne lui parviennent avec une netteté impressionnante quoique désormais familière. Ace n’était pas plus habitué à se faire surprendre qu’à sentir son esprit être rabroué par un autre. C’est ainsi qu’Asha le laissa à nouveau à court de mots quand il la sentit faire de la résistance, bloquant ses pensées. Il se heurta à un mur dans un impact aussi silencieux qu'indolore et en resta brièvement pétrifié. Les lèvres d’Ace se serrèrent et son regard se fit nettement contrarié. Un point pour elle.


Dernière édition par Ace Ivashkov le Sam 26 Aoû 2017 - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Ven 25 Aoû 2017 - 16:25





And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.

Volastar, la jeune rousse aimait se promener dans la grande bâtisse, c’était le seul endroit où elle pouvait se balader tranquillement sans surveiller son maître. C’était l’une des rares fois où son être était reposé et que son esprit n’était pas occupé par Andreï, qu’elle se sentait tout simplement libre. La jeune femme se perdit dans sa contemplation des murs, la pulpe de ses doigts partant à leur découverte. Fermant les yeux un quart de secondes, la jeune femme prit le temps d’écouter sa respiration et les bruits environnants, elle parvenait à redécouvrir son environnement car elle passait son temps avec lui, il était devenu son tout, lié à jamais par un lien indescriptible et qu’on ne pouvait pas défaire à moins que la faucheuse vienne leur rendre visite. Elle frissonna et cessa d’y penser. C’était ce pourquoi elle était lié à lui, elle devait le protéger à tout prix si elle voulait survivre aussi. La jolie sirène continua son parcours, ses boucles de feu cascadant sur ses épaules. La plupart du temps elle les attachait, ne voulant pas attirer l’attention sur elle, car elle savait qu’elle plaisait et bien qu’elle s’en amusait avec certain, celle-ci n’était pas dans l’excés. Elle a un visage angélique et charmeur mais derrière tout cela se cache une vraie guerrière. Elle dissimule avec précision ses petites cicatrices qu’elle a héritées de ses combats dans les bas-fonds de la ville. Pour elle ses combats était nécessaire à son entraînement et surtout à relâcher tout ce qu’elle pouvait ressentir, parce que personne ne pouvait comprendre ce qu’un mêlé pouvait ressentir. Asha encaissait mais était très endurante, tout en étant une femme de caractère, elle faisait semblant de ne rien laisser paraitre sur son visage, seul ses yeux étaient deux billes ardentes qui témoignait de sa fougue et de sa détermination. Ses pas l’emmenèrent dans une pièce où les adiutor avaient l’habitude de s’entraîner, c’était une sorte de refuge pour elle. Son regard brun vint se poser sur une silhouette qu’elle connaissait trop bien pour ne pas la reconnaître. Asha était douée pour reconnaître les personnes, étant physionomiste. Elle sourit légèrement lorsque ses yeux décident de venir à son encontre. Elle savait qu’il ne l’avait pas entendu arriver. Ace, un jeune homme qui avait la faculté de lire dans les pensées, la jeune naïade redoutait ce pouvoir plus que le sien car il pouvait détruire une personne, détruire son esprit et altérer son âme, c’est pour cela qu’elle avait établi avec lui un mur qu’elle s’évertuait à renforcer. « C’est regrettable si tu ne t’en souviens pas, tu as peur que je te batte c’est pour ça » dit-elle avec un sourire amusé.  Ses prunelles sombres ne le quittaient pas des yeux parce qu’elle savait qu’en établissant ce contact visuel, elle arrivait à ériger un mur qui protégeait ses pensées. Elle savait qu’ Ace tentait de lire en elle, elle pouvait le ressentir comme un petit courant électrique qui voulait s’infiltrer. Elle se concentra et parvint tant bien que mal à ne pas se noyer dans le bleu profond de ses yeux. « Je m’améliore, mais ça c’est grâce à toi ». dit-elle en s’avançant vers lui, le rejoignant tout près de la fenêtre.Il était vrai que depuis qu'elle connaissait le blondinet, sa capacité à réduire en silence ces pensées avait évoluée. Il pourrait rentrer réellement s'il le voulait elle en était persuadé, parce qu'il était très fort, sinon il ne protègerait pas une Valaeris. Elle aimait beaucoup sa compagnie, et depuis qu'il était avec elle, la jeune rousse savait qu'elle pourrait compter sur lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Sam 26 Aoû 2017 - 13:46

Parmi toutes les personnes amassées dans cet imposant palais, Asha était sans conteste aucun la plus disposée à comprendre les états d’âmes multiples et variés d’Ace. Si sa confiance en Liza n’était plus à remettre en question, leur relation ne pouvait se comparer à celle qu’il partageait avec Asha et ce pour la bonne et simple raison que la fille Deveraux était comme lui. Elle ne se dissimulait pas derrière un nom de famille célèbre, ne pouvait prétendre à aucune couronne et n’aurait jamais mis les pieds dans un palais si la loi des adiutors n’existait pas. A l’instar d’Ace, elle n’était pas à sa place ici et ne le serait jamais. Si Liza avait le don de conférer à Ace un sentiment de liberté certain, il n’y avait qu’une mêlée pour comprendre que tout cela la demeurait sur le fond assez illusoire. Le caractère mêlé de leur sang perdurait, quoi qu’il arrive, parfaitement immuable. C’était là un poids qu’ils ne cesseraient jamais de porter. Peu importe la tournure prise par les évènements, ils resteraient l’un comme l’autre aux yeux du monde des êtres impurs, souillés, inférieurs. Les gens les redoutaient. Les gens les asservissaient. Les bracelets colorés qu’ils devinaient à leurs poignets respectifs en étaient le rappel cuisant. Ils n’étaient pas comme les autres. Ils n’étaient pas chez eux dans ce palais. Ils demeuraient profondément « différents », quoi qu’ils disent, quoi qu’ils fassent, quoi qu’ils pensent. Le sang coulant dans leurs veines demeurerait toujours, telle une vérité qu’ils ne pourraient jamais nier. « C’est regrettable si tu ne t’en souviens pas, tu as peur que je te batte c’est pour ça. » Les lèvres serrées d’Ace se tordirent en un sourire moqueur qu’il retourna à Asha. Une ébauche de sourire au plus, venue trahir son ressenti. « Je ne m’en fais pas pour ça. Toi, me surpassant, ce n’est même pas dans le top dix de mes inquiètudes. » Tous deux étaient parfaitement habitués à ces petites joutes verbales. Au fil des années passées à se côtoyer, l'exercice leur était devenu confortable et familier. De façon générale, c'était bien là ce que la présence d'Asha elle-même inspirait à Ace : un sentiment de bien-être et de plénitude tangible qui, s'il ne se comparait en rien à la perspective de retrouver sa mère et la liberté allant de paire, demeurait foncièrement agréable. Il y avait quelque chose de tout bonnement réconfortant dans le fait de savoir qu'il n'était pas la seule personne ici à vivre selon des conditions nullement choisies. Cela ne signifiait pas qu'il se confiait aisément à Asha et vice-versa. Non, la plupart du temps passé ensemble était consacré à des entrainements semblables à ceux qu'on leur avait dispensé au sein de l'académie. Durant ces moments-là, les minutes n'en finissaient pas de s'égrener alors qu'il s'exposait au pouvoir de l'autre. C'était ainsi que Asha avait appris à se prémunir contre les capacités dangereuses d'Ace. Elle avait appris à ériger un mur entre lui et ses pensées, mur qu'il peinait vraiment à franchir lorsqu'elle plantait son regard dans le sien. Quand bien même il feignait par habitude le contraire (et ce conformément à la petite compétition habituelle), Ace éprouva un certain degré de fierté et de réjouissance à l'idée qu'Asha s'améliorait. Ils formaient une équipe tous les deux, à leur façon et les succès de l'un demeuraient également les succès de l'autre. Ils étaient tous les deux responsables des héritiers Valaeris et se devaient de prendre tout ce qu'il y avait à prendre pour s'améliorer et devenir plus compétents qu'ils ne l'étaient déjà. Ils étaient tous les deux parfaitement résolus à mener à bien leurs rôles d'adiutors et accordaient la même importance à leurs petites séances d'entrainements. « Je m’améliore, mais ça c’est grâce à toi » elle s'était employée à restreindre la distance entre eux. Lorsqu'elle vint se placer à côté de lui, il lui jeta une oeillade discrète. « Effectivement » souffla-t'il, un brin taquin. Il retrouva ensuite aisément son sérieux et massa d'une main sa nuque, exhibant de ce fait le bracelet orange sanglé à son poignet. « C'est une excellente chose. Ta résistance n'est pas parfaite, mais elle déconcertera tes adversaires, suffisamment pour te donner une longueur d'avance sur eux. » L'élément de surprise n'était pas à négliger, jamais. Un ennemi, aussi fort soit-il, se voit furieusement diminué si on parviens à lui arracher ne serait-ce qu'une seconde de déconcentration. Il n'en faut pas plus pour retourner la vapeur. Ace s'exprimait de la même façon qu'il le faisait la plupart du temps : avec une assurance acquise au fil des années. Le temps passé au sein de l'académie avait eut le mérite de lui faire acquérir une confiance certaine en ses propres capacités, confiance qui se lisait désormais tant dans sa façon de se mouvoir que de s'exprimer. Il pensait ce qu'il disait et ne laissait aucune trace de doute s'insinuer dans les propos qu'il tenait. Il se savait compétent (sa place en tant qu'adiutor de Liza en était la preuve inaliénable) et se sentait de ce fait parfaitement qualifié pour émettre de telles certitudes au sujet des personnes dotées des mêmes aptitudes que lui. Il comptait parmi les meilleurs de leur génération et possédait une connaissance étendue des capacités et faiblesses de ceux étiquetés comme orange. Si Asha parvenait à émettre une résistance contre lui, aussi fragile et passagère soit-elle, alors elle était capable de reproduire la chose avec d'autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Sam 26 Aoû 2017 - 19:12





And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.

La jolie rousse se tenait à ses côtés.  Elle sourit délicatement lorsqu’il ne lui témoigna aucune once d’inquiétude sur le fait qu’elle ne le battra pas pour le moment. Et c’était bien vrai. Elle se mordilla la lèvre inférieure en y pensant. Sa protection n’était pas encore parfaite, ce qui était normal, mais grâce à lui elle pouvait se méfier des personnes qui insistait trop, qui posait leurs regards sur elle, tentant de déchiffrer la belle naïade. « C'est une excellente chose. Ta résistance n'est pas parfaite, mais elle déconcertera tes adversaires, suffisamment pour te donner une longueur d'avance sur eux. » Asha acquiesca avec un hochement de la tête. C’était comme s’il était arrivé à lire en elle à cet instant. Une longueur d’avance, assez pour préparer son coup. Son pouvoir n’était pas à prendre à la légère non plus, sachant qu’elle pouvait déplacer des objets rien qu’avec ses propres pensées. Cela lui prenait beaucoup d’énergie et c’est pour cela qu’elle s’entraînait afin de pouvoir maîtriser et avoir un total contrôle sur son pouvoir. La jeune femme observa son bracelet bleu un court instant.  Elle était ravie d’avoir quelqu’un comme le jeune homme à ses côtés. Ils viennent d’horizons différents mais sont là pour la même raison : protéger et servir. Depuis qu’elle était rentrée à l’académie, elle savait que cela allait être difficile, avec la maladie de sa mère cela n’avait rien changé envers ses ambitions, elle a du juste travailler encore plus dur pour rattraper son retard. Et maintenant elle était fière de son parcours, qu’une femme pouvait aussi bien protéger un homme ou une femme. De plus elle aimait beaucoup Andreï et malgré ses petites vacations, elle essayait de le remettre dans le droit chemin. Plongeant ses prunelles brunes dans son regard d’acier, la jeune femme lui sourit. Elle savait qu’elle pouvait être elle-même et même si d’ordinaire elle ne laissait rien paraître, semblable à une pierre. « Et si on se baladait on pourra s’entraîner après, après tout nous avons toute la journée devant nous, du moins ce qu’il en reste »  Elle avait bien envie de faire autre chose que de s’entraîner avec lui, ne sachant pas vraiment pourquoi. Même si son corps lui, le savait, elle avait beau  le refouler comme elle pouvait, cela revenait à la charge. Cette émotion semblable à du désir. Lorsqu’elle était proche de lui, le simple fait de l’effleurer pouvait lui donner quelques frissons, qu’elle réprimait. Quelques rayons du soleil vinrent effleurer sa peau d’albâtre et s crinière rousse, la faisant miroiter de mille feux. Ses doigts vinrent ce faufiler dans ses mèches de soie, les malmenant en tentant de les coiffer. Allait-il accepter ? Elle ne savait pas quoi penser à cet instant, s’il voulait vraiment être avec elle. Après tout il faisait bon et de temps à autre elle aimait se balader dans ce grand palais, il n’y avait pas grand monde si ce n’était la famille Valaeris et leurs adiutors. « Sinon, je peux te laisser tranquille » dit-elle en haussant les épaules légèrement. Elle n’allait pas le forcer à rester avec elle s’il ne voulait pas, mais une petite voix à l’intérieur lui disait le contraire. Parce que même s’ils étaient très forts, la jeune sirène avait vu dans ses yeux un éclat qu’elle avait déjà vu, ou bien aperçu. Elle ne savait pas trop, Asha essayait de ne pas y penser pour ne pas se laisser distraire. Même si leur entraînement était intense, elle devait de rester dans sa position, ne pas se laisser submerger par une émotion. Pourtant elle savait qu’elle ne laissait pas indifférent les garçons avec sa plastique de rêve, sa bouche charnue et ses yeux en amandes, de temps en temps la jeune femme se laisser aller dans quelques étreintes pour se sentir d’autant plus vivante et désirée. N'attendant pas la réponse du jeune homme, la jeune femme se releva, ses pas se dirigeant vers la sortie. Après tout s'il voulait vraiment l'accompagner il le ferait, sinon elle retournerait à ses occupations, mais elle voulait réellement qu'il la suive. La jeune femme ne comprenait pas pourquoi elle y tenait tant. Fronçant légèrement ses sourcils, la jeune femme serra les poings légèrement afin qu'il ne puisse pas voir son trouble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Dim 27 Aoû 2017 - 8:10

Ils étaient sur la même d’onde. Il le sentait. Il le sentait vraiment. Il n’avait pas besoin d’user de son pouvoir, pas besoin de se frayer un chemin dans sa tête pour décrypter ses émotions. Ce genre d’usage était tout bonnement facultatif en cet instant. Ils se comprenaient, ce qui n’avait rien d’étonnant. Leurs situations étaient similaires et ils se passaient aisément de pouvoirs de toutes sortes pour le constater. Ils n’étaient pourtant pas d’une nature particulièrement expressive. Ils se dégageaient de l’un comme de l’autre une froideur charmante, un recul évident. Ils avaient dressés des barrières, érigés des murs. Quoi de plus naturel ? Une façon comme une autre de se protéger dans un monde qui persistait à les exposer à un danger contre lequel ils ne pouvaient que lutter. C’était ce qu’on attendait d’eux. C’était le rôle qu’on leur avait attribué. Ils n’étaient rien de plus que des boucliers humains, des êtres de chair et de sang dont on avait décidé pour eux qu’ils devaient protéger les autres, protéger les maitres. Une situation somme toute particulièrement révoltante. Ils étaient nés pour combattre, sculpter avant même d’atteindre l’âge d’adulte entre les mains d’un gouvernement qui ne les avait jamais estimés. Le monde tournait autour des mètres et ce depuis toujours. L’ironie de la chose n’était d’ailleurs pas sans échapper à Ace. Son peuple s’était vu assiégé avant même sa venue au monde, maté par les maitres alors même que les mêlés disposaient d’armes dont leurs adversaires ne disposaient pas. La loi concernant les adiutors n’était qu’un moyen détourné et passablement futé (il fallait bien le reconnaître) de s’approprier les pouvoirs des mêlés, d’en user. Ace était conscient de son statut d’esclave sans pouvoir se résoudre à se considérer réellement comme tel. Il devinait que c’était aussi le cas d’Asha. Si elle ne perdait pas de vue l’injustice de sa situation, elle n’avait pas d’animosité en elle à l’égard de son maitre. Ils avaient eut de la chance tous les deux. Un malheur ourlé de chance. Si sa situation persistait à le révolter, Ace savait pertinemment qu’il ne ferait jamais faux bond à Liza. Il n’avait peut-être pas choisi de lier sa vie à la sienne, mais il n’y voyait pas un fardeau. Il aimait à penser que, dans d’autres circonstances (s’il n’était pas prisonnier d’un systyème qui abusait de lui depuis son cinquième anniversaire), il aurait malgré tout choisi de la suivre. Bien sûr, il était parfaitement inutile de penser ainsi. Les choses étaient ce qu’elles étaient. La vie d’Ace l’avait mené jusqu’ici, de la même façon que celle d’Asha l’avait aussi conduit entre ses murs. Il en était ainsi. Un concours de circonstances qui avait eut la bonté naïve de les réunir. « Et si on se baladait on pourra s’entraîner après, après tout nous avons toute la journée devant nous, du moins ce qu’il en reste. » Ace n’avait rien de prévu. Ses journées étaient toujours moins occupées lorsqu’elles se déroulaient au sein du palais des Valaeris. Cet endroit était sans nul doute le plus sûr pour Liza et de ce fait, Ace pouvait se permettre de relâcher un peu son attention. Il ne le faisait jamais totalement bien sûr, demeurant en permanence sur le qui vive, mais toujours était-il qu’il pouvait se permettre de vivre plus librement dans ce cadre sécurisé. Outre cela et quand bien même elle réclamait sa protection, Ace connaissait suffisamment bien Liza pour savoir qu’elle n’aspirait pas à l’avoir sans arrêt dans les pattes quand la situation ne l’exigeait pas. Elle avait besoin de son intimité et lui aussi. En cet instant, Ace était aussi libre qu'il avait pu l'être depuis l'âge de cinq ans. Une liberté toute relative, un maigre réconfort, dont il n'avait d'autres choix que de s'en saisir. Prendre ce qu'il y a à prendre. Il pouvait soit passer le reste de sa journée seule avec ses pensées foisonnantes ou tenir compagnie à Asha. « Sinon, je peux te laisser tranquille » Il savait qu'elle le ferait. S'il manifestait le désir d'être seul, il savait qu'elle ne serait pas femme à lui imposer sa présence. C'était une qualité appréciable aux yeux de Ace qui tendait à porter une affection sincère à toutes les formes de solitudes. Sans attendre de réponse de sa part, Asha commença à se diriger vers la porte, l'invitant soit à la suivre, soit à rester sur place. Le choix était sien, un luxe auquel Ace n'avait que trop peu goûté en vingt-six années d'existence. Un dilemme silencieux s'opéra en lui alors qu'il observait de son regard azur la silhouette d'Asha qui s'éloignait dangereusement. Sans faire l'effort de percer ses pensées, il devinait qu'elle l'appelait. Une partie d'Ace s'obstinait à penser que la solitude lui sciait plus que quoi que ce soit d'autre en ce monde. Depuis qu'il avait été arraché à l'étreinte rassurante des bras de sa mère, il avait toujours été seul. Même entouré de monde comme cela avait été le cas dès son entrée au sein de l'académie, il avait toujours pris le soin d'ériger des barrières entre lui et les autres. Cela coulait de source. C'était pour Ace une évidence qu'il avait embrassé des années plus tôt, une vérité qui raisonnait toujours à ses oreilles. C'était cette partie distante et résolue de sa personnalité qui l'enjoignait de poser des limites entre Asha et lui, partie qui s'opposait à une autre, plus primitive, qui n'avait aucune envie de demeurer seul, prisonnier du flot impitoyable de ses pensées. Asha avait quasiment rejoins la porte à présent. Le regard d'Ace était braqué sur elle, tant et si bien qu'il n'aurait été guère étonné de voir la chair d'Asha bruler sous son intensité. Les émotions se confrontaient, fissurant jusqu'au bleu de ses iris. Il ne lui restait qu'une poignée de secondes avant qu'elle ne disparaisse derrière la porte puis dans le dédale des couloirs du palais. Ace demeurait toujours immobile, comme obnubilé par l'éclat du soleil sur sa chevelure d'un roux brillant.  « Attends. » Le mot avait éclos à la commissure de ses lèvres, né de l'urgence qu'il éprouvait. D'une démarche à la grâce habituelle légèrement émoussée, il la rejoignis en quelque pas et poussa la porte d'une main avant qu'elle n'ait eut le temps de le faire. « Après toi » un élan de galanterie, né de la force de l'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Dim 27 Aoû 2017 - 17:02





And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.

La jeune rouquine s’avançait d’un pas élégant et confiant. S’il voulait la rejoindre il le ferait sans tarder et pourtant son cerveau n’en était plus très sûr. Les secondes passaient et celle-ci avait presque atteint la porte. Asha se pince la lèvre inférieure nerveusement, baissant la tête un moment. Elle ressentait une chaleur dans son dos, comme si le soleil la transperçait mais ce n’était pas le soleil, c’était le regard du blondinet. La jeune nymphe le ressentait comme si sa peau brûlait, comme si son corps avait changé de température et il ne faisait que l’effleurer avec ses iris d’un bleu océan. « « Attends. » Un sourire vint naître sur ses lèvres, étant ravie de sa décision. Il n’était pas obligé, il le savait, Asha n’obligeait personne à être à ses côtés, elle ne voulait pas décider pour les autres. Elle secoua la tête légèrement lorsqu’elle le vit passer devant elle afin de lui ouvrir la porte. « Après toi » La jeune rouquine en profita pour passer devant lui et le remercia en penchant légèrement la tête en avant. Entendant ses pas retentir, elle tourna la tête dans sa direction pour voir s’il la suivait toujours. Ils entamèrent une marche silencieuse, ses prunelles dévorant les murs et les décorations. Ils arrivèrent alors sur les hauteurs du palais qui menait tout en haut du palais. Asha n’avait jamais été très hauteur préférant être en phase avec Mère Nature et profitant de ses bienfaits. Elle appréciait particulièrement les jardins du palais où elle passait beaucoup de temps à toucher les plantes et à se rappeler sa nation qui lui manquait. Asha avait mis du temps à s’adapter au vent omniprésent comme tous les autres mêlés qui n’était pas de Volastar. Ace lui était né ici alors il n’avait pas à se préoccuper de cela. Parfois la jeune femme l’enviait, sur son pouvoir, même si elle savait que le sien n’était pas en reste mais elle avait toujours voulu savoir ce que cela faisait de pouvoir lire dans les pensées, ainsi elle pourrait savoir ce qu’il se cache derrière ce visage impassible et ses yeux troublants. Elle imaginait que cela devait lui prendre toute son énergie et le prendre aux tripes, que ce flux de pensées s’emmêlaient dans sa psyché, cherchant la traduction de toutes ses paroles assassines. Et pourtant il avait le pouvoir de faire tourner les têtes, de plier quiconque à la force de sa pensée, parce que l’humain était faible et que le siège de sa pensée était le st graal que l’on pouvait ravir facilement. Il pouvait obtenir tout ce qu’il voulait en un simple regard jeté. La vie pouvait s’en retrouvé basculer lorsque ses iris se plongeait dans les vôtres, la jeune rouquine en avait fait l’expérience.  Elle avait été surprise par son pouvoir qui l’a directement capté, qui lui a fait un effet incertain. Elle ne savait pas si c’était le simple fait qu’elle aimait la façon dont il pénétrait sa tête ou alors ses iris incandescents. Pourtant elle était là, à ses côtés alors qu’il pourrait aire d’elle un être malléable s’il le voulait, même si elle se protège. Elle voudra aller plus loin même si cela faisait mal, elle était un brin masochiste, elle voulait avoir mal pour repousser ses propres limites. Ses yeux effleurent son bracelet de couleur bleue. La rouquine s’avança vers la balustrade avec le blondinet à ses côtés. Elle devrait avoir peur de lui à la vue de son bracelet à la couleur orangée mais non au contraire, elle voulait passer plus de temps avec lui comme un papillon de nuit attiré par la lumière. S’appuyant sur ses coudes, la jeune femme regarda le paysage environnant qui était à couper le souffle. Puis elle tourna la tête vers lui, ses cheveux balayés par une légère brise. Ses prunelles s’ancrèrent dans les siennes, se plongeant dans cet océan infini. Elle le scruta avec attention, elle avait envie qu’il lise dans ses pensées, elle voulait avoir cette sensation qui n’était pas désagréable lorsqu’il s’agissait de lui. Elle le mettait au défi, en le fixant d’avantage, il était tout proche d’elle, elle pouvait apercevoir la nuance de gris dans ses grandes prunelles qui pouvaient la dévorer entière. Puis son souffle se fit plus court, comme la dernière fois qu’ils s’étaient entraînés. Cette délicate sensation dans son bas ventre qui émergeait. Voyant combien ce petit jeu était stupide et qu’elle allait perdre la jeune femme se retourna et commença à retourner à l’intérieur, effrayée par ce qu’elle avait pu laisser paraître. Parce qu’elle ne voulait pas y faire face, qu’elle retenait cette bête trop longtemps, cette émotion qui la lacérait au plus profond d’elle, non elle ne pouvait pas ressentir cela. Elle dévala les escaliers rapidement, ne prenant pas la peine de se retourner. Il pourrait ne pas comprendre ce qu'il se passait, mais il savait ce qu'elle ressentait, du moins il a pu juste le sentir mais n'y avait pas mis un point dessus, la jeune femme l'avait bloqué mais elle ne savait pas s'il avait réussi à y déceler une attirance. Parce que ce n'était pas la première fois qu'ils se voyaient, Ace était devenue une vieille compagnie, un ami sur lequel elle a pu aiguiser ses sens, mais ses yeux la torturaient.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Lun 28 Aoû 2017 - 12:10

Le silence se fait entre eux alors qu’ils évoluent dans les couloirs spacieux du palais. Cela n’a rien d’étrange ou de gênant. Ace a toujours affectionné les moments de silence, sans doute car il n’en a jamais eut qu’une connaissance relativement limitée. Il n’était pas sans savoir que son pouvoir était envié des uns et des autres pour sa puissance et effectivement, Ace n’aurait choisi de se départir de son pouvoir pour rien au monde. Sans ce dernier il se serait senti exposé, mis à nu et foncièrement vulnérable. Malgré cela, Ace ne comptait pas le nombre de fois où il avait maudit ce pouvoir. Il gardait un souvenir douloureux de ses années passées seules, loin de tout et tout le monde. Il n’était qu’un gamin alors, un petit être pas encore émergé de l’enfance, parqué comme du bétail. Les journées lui semblaient interminables alors, passées dans une agonie « silencieuse ». Avant qu’on ne daigne lui transmettre un enseignement, il avait dut composer avec les pensées qui lui parvenaient, s’entremêlant dans son crâne. Il avait vécu parmi les cris de souffrance et avait passé des heures à prier pour que son pouvoir faiblisse. Des années passées à hurler en silence dans l’espoir que ses voix finiraient par se taire. Aujourd’hui, c’était de l’histoire ancienne. Outre les murs qu’il avait érigé autour de son cœur, Ace en avait également bâti de son esprit. Ce pouvoir ne le tyrannisait plus à présent. Il avait repris l’avantage, son corps forgé en arme. Il pouvait choisir d’écouter ou non, choisir de se taire et de parler. Faibles libertés qu’il savourait néanmoins. Ainsi, Ace se délecta du silence passager alors qu’il progressait dans l’enceinte du château, se contentant très bien du bruit de ses pas couplés à ceux d’Asha. Aucun d’eux ne fit d’effort pour rompre le silence et ils grimpèrent en silence, s’élevant vers les hauteurs du palais. Ace n’avait jamais eut de problème avec l’attitude. Si ce palais n’était pas le sien, au moins était-il chez lui. C’était sa nation. Cela avait sa majeure consolation au moment de son affectation : la pensée qu’il n’allait pas avoir à quitter ces terres. Qu’il allait rentrer à la maison.

Asha, elle, n’avait même pas eut cela. Ace n’en avait jamais parlé avec elle, estimant le sujet des plus sensibles et inadaptés compte tenu du caractère prudent de leur relation, mais il savait qu’elle avait été déracinée à ses propos terres. Eartanera était loin, bien loin d’elle et elle n’y pouvait rien. Sa place était ici désormais. Sans avoir à se glisser dans sa tête pour cela, Ace devinait aisément à la simple vue du corps tendu d’Asha qu’elle ne se sentait pas aussi à son aise que lui. Elle n’avait pas son expérience et elle ne l’aurait jamais. Le vent allait toujours la prendre par surprise. C’en était ainsi. Leur ballade silencieuse s’acheva sur une balustrade inoccupée sur laquelle pris appui. Savourant la sensation du vent sur sa peau, vent qui s’engouffrait dans ses cheveux blonds, Ace ferma momentanément les yeux. Ainsi plongé dans l’obscurité, il parvenait presque à se convaincre que rien n’avait changé, qu’il allait rouvrir les yeux et découvrir le visage familier de sa mère. Seul le regard d’Asha vissé sur lui le maintenait dans leur réalité. Telle une ancre, elle assurait son contrôle à la terre ferme alors qu’une partie de lui n’aspirait qu’à s’évaporer dans l’air. Malgré le regard insistant d’Asha, Ace garda les yeux fermés.  Lorsqu’il daigna les rouvrir au bout de quelques instants, ce fut pour plonger dans le regard de la jeune femme. Alors, malgré lui, son pouvoir se manifesta, venant effleurer ses pensées. Le mur était toujours présent, mais il se résumait désormais à des fondations maladroites au travers desquelles Ace n’eut aucun mal à passer. Asha ne détournait pas les yeux, comme dans une forme d’invitation muette. Comme si elle réclamait cette attention, comme si elle voulait qu’il comprenne de lui-même des mots qu’elle ne se sentait pas la force de formuler. Les mots mentent quand les pensées, elles, s’en voient parfaitement incapables. C’était là la force d’Ace et de ses semblables oranges : la vérité lui était toujours accessible. Il lui suffisait de déployer suffisamment d’énergie pour l’atteindre. Les émotions de lui Asha lui éclatèrent à la figure avec une intensité familière. Ses sentiments le heurtèrent de plein fouet alors que ses pensées martelaient son crâne, inondant son esprit qui ne s’en trouva submergé, comme à l’époque où il n’exerçait aucun contrôle sur son pouvoir. Il aurait pu jurer qu’elle le sentait, qu’elle pouvait sentir sa présence en elle. Leurs âmes étaient étroitement mêlées, jumelées. Puis, avec une brusquerie qui ébranla passagèrement Ace, Asha fit volte face. Si le contact ne fut pas totalement coupé, il s’émoussa néanmoins nettement alors que la rousse reprenait contenance. Ace, qui s’attardait encore à l’intérieur de sa tête pouvait sentir son trouble, son malaise. Elle regrettait de lui avoir ainsi ouvert la porte. Son geste avait été infiniment intime et Ace sentit ses joues giflées par le vent prendre une légère teinte rosée dont il espéra qu’elle ne tarderait pas à disparaître. Asha s’éloignait à toute allure, dévalant les escaliers et Ace mis quelques instants pour réagir à son tour. Il n’eut aucun mal à la rattraper en dépit de la vitesse à laquelle elle avait détalé. Ses longues jambes aidaient, réduisant l’espace qu’elle avait brusquement établi entre eux.  « Asha ? » Lança-t-il alors que sa chevelure rousse réapparaissait dans son champ de vision. Il s’était appliqué pour prendre un ton parfaitement sobre, vibrant d’innocence. Outre cela, il avait revêtu son masque de politesse feinte, dissipant le trouble qu’Asha avait causé. Il s’estima heureux que, à son inverse, elle n’ait aucun moyen de se frayer un chemin parmi les pensées qu’il s’évertuait à refouler dans un coin reculé de sa tête. « Tu te sens bien ? » Il faisait l’imbécile, feignant de ne pas comprendre alors même que la situation lui apparaissait clairement dans toute son infime complexité. C’était plus simple ainsi. Ce qu’il avait lu dans l’esprit vulnérable d’Asha le tétanisait et il ne se sentait guère la force de mettre un tel sujet sur le tapis. C’était bien plus simple de mentir, de se parer d’un regard avenant et d’un sourire courtois quoiqu’à la douceur un brin glacée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Lun 28 Aoû 2017 - 13:06





And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.

Elle avait dévalé rapidement les escaliers, ne prenant même pas la peine de retourner sa jolie tête rousse derrière pour voir s’il la suivait. Elle l’avait encore senti, sa présence dans sa tête. Ils avaient rompu leur connexion un peu plus tard. Ses lippes s’entrouvrirent pour faire gagner plus vite l’oxygène qui manquait au poumon de la jeune nymphe. Elle ne savait pas ce qu’il lui avait pris, pourtant elle avait pu voir dans les yeux du blondinet le même trouble qu’elle éprouvait ou alors était-ce autre chose ? Secouant la tête nerveusement, elle dut fermer les yeux pour se reprendre parce qu’il avait réussi à fouiller sa tête et elle savait qu’il avait atteinte. Il avait atteint un point émotionnel, un sentiment profond qu’elle ressentait et qu’elle taisait à chaque fois qu’il l’effleurer avec son toucher divin.  Il était tout proche, elle entendait ses pas juste derrière, en même temps il était aussi rapide qu’elle. « Asha ? » Elle fronça les sourcils délicatement en entendant son timbre si.. Indifférent. Elle venait de lui ouvrir une fenêtre qu’elle n’aurait pas du non, elle n’aurait pas dû lui dévoiler le désir qu’elle lui porte. Ce n’était pas de l’amour, pas à cet instant, c’était une attirance fondée sur une simple base d’alchimie. Pourtant il ne semblait pas perturbé, alors qu’il était encore derrière elle, la jeune rousse s’assura d’avoir repris son visage dénué de toute émotion, faisant semblant que rien ne l’atteignait et surtout pas lui. « Tu te sens bien ? »  Elle se mordilla la lèvre inférieure, juste pour ressentir cette petite douleur qui prendrait le dessus sur ses émotions. La jeune terrienne se retourna finalement et observa son visage. Il lui demandait si elle se sentait bien ? Asha n’était pas dupe, elle était devenue quasi-sure qu’il pouvait ressentir la même chose qu’elle, mais il ne voulait pas le lui montrer, soit. Elle allait taire et l’enfouir au plus profond. Elle ne répondit pas tout de suite à la question se contentant de le regarder, de contempler ses yeux, ses traits, sa petite cicatrice sur sa joue droite. Elle était tellement complexe, elle pouvait passer du tout au rien. « On devrait aller s’entraîner. » dit-elle d’une voix calme et poser, la question n‘était pas de savoir si elle allait bien, il savait très bien quelle était la réponse. La jeune femme n’attendit pas qu’il la suive et se redirige vers la salle, le soleil venait de se coucher, ses derniers rayons s’écoulaient à travers les vitraux pour laisser place à la noirceur naissante. Elle savait qu’il était sur ses pas. Entrant dans la salle où il était au début la jeune femme prit un bâton avec son pouvoir et en lança un vers Ace et avant qu’il ne puisse déceler quoique ce soit, elle fondit sur lui comme une furie lui assénant un coup. Un petit sourire moqueur vint naître sur ses lèvres rouges. « A croire que tu t’es un peu ramolli Ivashkov » Elle voulait prendre un niveau au-dessus, elle voulait encore exploiter sa faille pour la rendre quasi inexistante, il fallait qu’elle érige ce mur. Pour le moment elle voulait se concentrer sur cet éventuel entraînement, elle ne savait comment il allait finir, mais elle avait décidé de faire taire ses sentiments pour ce soir, cet émotion dans le bas ventre qui la terrifiait de plus en plus. Un désir naissant et coupable, bien sûr qu'il ne pourrait pas partager ce désir, après tout la solitude lui sied bien, pourquoi ne pas avoir une compagnie charnelle qui chamboulerait tout comme une tornade meurtrière. Alors elle ferait ce pourquoi elle avait été choisie, se battre, car Ace était un excellent adversaire et tuteur. Elle ne ferait plus la même erreur d'abaisser son mur en sa présence, non et puis à quoi bon ne pas l'abaisser ? Il ne se soucie pas de ce qu'elle pense, alors ses pensées seraient juste des pensées de passage sans grande importance. Alors éternelle insatisfaite elle va encore l'attaquer et qu'importe les conséquences.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Mar 29 Aoû 2017 - 9:20

Asha attendait quelque chose de lui. Il n’était pas certain de savoir avec précision de quoi il était question et il suspectait fortement qu’elle même l’ignorait, mais il savait qu’elle demeurait dans l’attente. Consciemment ou pas, elle l’avait laissé se frayer un chemin parmi des pensées, des pensées définitivement intimes. Elle lui avait donné un aperçu saisi de ses sentiments, son regard planté dans le sien et ce genre de gestes ne s’exécutait guère sans raison. Quoi qu’elle veuille cependant, Ace était pour le moins certain qu’il ne pouvait pas le lui donner. S’il n’était définitivement pas indifférent au charme qui irradiait d’Asha, il ne s’était jamais permis d’envisager une relation qui ne soit pas purement physique et les sentiments qui l’avait submergé durant un laps de temps aussi court qu’intense avait réveillé ses vieilles craintes, des craintes qu’il s’obstinait à refouler dans des coins reculés de sa tête. La vérité c’était qu’Ace avait déjà suffisamment de problèmes à résoudre sans se laisser aller à en ajouter. Sa vie n’avait jamais été simple, consistant pour la majeure partie en une accumulation de devoirs autour desquels s’organisait son quotidien. Elle ne lui appartenait que selon des conditions qu’il n’avait jamais approuvées et cette liberté toute relative avait des conséquences qu’Ace ne pouvait pas ignorer. Et Asha était dans le même bateau que lui. A son instar, elle n’avait qu’un contrôle des plus mitigés sur sa propre existence. S’il y avait bien une personne dans ce palais qui soit apte à comprendre sa réaction, c’était incontestablement elle.

Ace n’eut pas besoin de se glisser dans ses pensées pour comprendre que non, elle ne comprenait pas. Il la connaissait suffisamment bien à présent pour relever des détails infimes qui trahissaient bien volontiers ce qu’elle se refusait à relever. Outre le fait que l’expression de son visage s’était fermée, elle était aussi nettement plus raide et définitivement lointaine. Quelques pas seulement les séparaient et pourtant, de l’avis d’Ace, un  mur aurait tout autant pu s’être brusquement dressé entre eux. Un mur qu’il n’appartenait qu’à lui de briser. Il le pouvait, il le sentait. Son pouvoir fourmillait, lui brulant les sens. Il était suffisamment fort pour venir à bout des résistances d’Asha, suffisamment forte pour s’infiltrer de force dans sa tête, mais il ne le fit pas. A l’inverse, il cadenassa son esprit comme on le lui avait appris durant les différents entrainements effectués à l’académie. Il repoussa toutes les pensées extérieures, s’enfermant dans sa propre tête. Lorsqu’Asha chercha à nouveau son regard, Ace s’était reculé dans un coin de son esprit et n’arborait plus qu’un masque d’impassibilité. Le mur était là, bâti entre eux deux. Une barrière sûre, savamment érigée. Une simple mesure de sécurité, faisant barrage à d’éventuelles pulsions incontrôlées qu’Ace se sentait le devoir d’endiguer. Asha s’attarda dans la contemplation muette de son visage, brulant sa peau pale de par l’insistance de son regard, avant d’ouvrir finalement la bouche d’une voix calme qui contrastait violemment avec les émotions percées quelques instants plus tôt. « On devrait aller s’entraîner. » Voilà qui était décemment plus sûr. Voilà qui le rassurait. L’entrainement, c’était quelque chose qu’Ace maitrisait très bien. Un terrain familier, sûr et hospitalier. C’était parfait. Comme à l’allée, le trajet jusqu’à la salle d’entrainement s’articula autour d’un silence. A nouveau, Ace se garda d’y mettre fin. Qu’aurait-il pu dire ? Les mots s’accumulaient à la commissure de ses lèvres sans jamais daigner les franchir.

A leur entrée dans la salle, Asha fut plus réactive que lui, profitant de la distance établie, distance qui ne permit pas à Ace d’user de son pouvoir pour anticiper les actions à venir. Avec une vitesse frôlant l’indécence, Asha se trouva une arme de fortune et la projeta vers lui d’un mouvement franc et leste. Pris au dépourvu, Ace se fit gentiment percuter. La blessure était infime et n’était parvenue à entailler que la surface de son égo. Le sourire moqueur d’Asha n’aidait guère à panser la blessure en question. « A croire que tu t’es un peu ramolli Ivashkov. » Ace se mordilla légèrement la lèvre et libéra doucement son pouvoir. Il pouvait sentir les efforts que déployait Asha pour ériger une protection autour de son esprit. Elle se préparait au combat et ne manquerait pas de revenir à l’attaque d’un instant à l’autre. Elle avait perdu l’élément de surprise cependant. Ace déploya son pouvoir avec force, le laissant circuler dans ses veines sans opposer la moindre résistance. Il percuta de plein fouet Asha, brisant d’un coup sec sa résistance. Il s’invita dans sa tête avec la force brute d’un envahisseur, ce qu’il savait sans l’avoir jamais ressenti être particulièrement désagréable. Il n’y a rien de plus pétrifiant que de sentir son esprit même devenir vulnérable, à la portée de mains étrangères. Les coins de la bouche d’Ace se soulevèrent en un sourire irradiant de confiance alors qu’il imposait sa présence à Asha, au cœur même de l’être de cette dernière. « Ne fais pas la belle, Deveraux. Tu n’en as pas les moyens. » Les jeux d’esprits. Pervers, injustes et foutrement dangereux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Ven 1 Sep 2017 - 16:16





And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.

Elle sait que le combat ne sera pas facile, pas avec Ace, alors il fallait qu’elle redouble d’effort et de volonté.  Elle l’observe se mordillait la lèvre, sachant que c’était un signal. Il la fixait dans les yeux il fallait qu’elle soit prête, elle pouvait sentir son pouvoir l’effleurer, caresser son mur, comme pour mieux la posséder. Et elle plissa les yeux pur se concentrer, mais elle fut envahie par une force destructrice, qui était la sienne, il avait foncé en elle, bien plus que d’habitude, il avait brisé ce mur. Asha serra davantage le bâton qu’elle tenait entre les mains, cela lui éviterait de se prendre la tête pour atténuer la douleur qu’il lui infligeait, parce qu’aucune personne n’était arrivée en lire en elle comme il le faisait en cet instant. . « Ne fais pas la belle, Deveraux. Tu n’en as pas les moyens. » Cette phrase ne pouvait pas mieux tomber à pic, il voulait jouer alors ils allaient jouer tant pis si elle perdait la tête ce soir, parce qu’elle voulait repousser les limites quitte à se faire mal, parce que la douleur était nécessaire. Alors elle le fixa droit dans les yeux tout en s’avançant vers lui, il voulait de l’action alors il en aurait. La jolie nymphe fondit sur lui assénant des coups. Il répliqua avec rapidité et parvint à la faire tomber par terre, son dos heurta le sol et la jeune femme ferma les yeux, comme si elle avait le pouvoir d’absorber le choc que tout son corps avait ressenti. Son souffle se fit court un instant. Elle apprécia le froid du sol sur sa peau brûlant comme l’asphalte. Elle essayait de se recréer un mur tandis qu’Ace l’assaillait, ce qui lui extirpa un rictus sur ses lèvres. Il pouvait lire sans ses pensées, soit, néanmoins pouvait-il résister à autant de pensées qui affluent en même temps ? Asha repensa à l’épisode précédent où elle lui avait fait part de son désir avant de partir en courant, parce qu’elle n’avait vraiment désiré quelqu’un comme Ace. Elle avait toujours à faire à des séducteurs, où elle jouait au jeu du chat et à la souris, mais avec Ace c’était différent. La jolie rousse ouvrit les paupières et se redressa rapidement prête à attaquer. Elle savait exactement quoi faire. Elle l’observa avant de faire venir tous les objets possibles de la pièce vers lui, comme des aimants attirés par le métal. Elle l’inonda, Ace pouvait les parer et c’est ainsi qu’elle courut vers lui quand il para le dernier objet. Leurs deux corps heurtèrent le sol rapidement et brusquement comme une mauvaise chute. La jolie rousse était légèrement essoufflée et épuisée mentalement. Ses longs cheveux de feu vinrent chatouiller les joues du jeune homme tandis que ses iris bruns vinrent à la recherche de ses prunelles lapis-lazuli. Son visage était fermé, elle avait même une rage en elle qui courait dans ses veines de mêlée. Son bâton, elle le maintenant sous le coup de son assaillant. Elle faisait le vide dans son esprit pour qu’il n’ait rien à grappiller si ce n’est son regard profond. Ses traits se détendirent elle était fatiguée, oui il fallait le dire, même si elle avait eu l’ascendant sur lui physiquement, la jeune femme savait que c’était lui qui avait gagné ce petit jeu, elle refusait de se l’admettre mais c’était vrai. Alors elle approcha son visage de poupon vers Ace, sentant son souffle se perdre sur ses lèvres. « Tu as gagné, j’ai perdu, content ? » dit-elle en le fixant dans les yeux. Un petit frisson vint parcourir son échine, tandis qu’elle s’évertua à rompre le contact, sentant son corps sous le sien. C’était comme tout à l’heure mais encore plus puissant. Elle sentait que ses bras avaient des fourmis, elle lâcha le bâton qui lui était devenu inutile. « C’est tellement facile d’utiliser ton pouvoir que tu n’utilises même plus tes mains, Ivashkov. » Elle plisse les yeux quand un sourire nait sur ses lèvres gourmandes. Comme une promesse, un défi. Asha jouait, elle aimait jouer, elle savait qu'elle en avait les moyens, restait à savoir si lui aussi voulait jouer. Alors en attendant ses paumes de mains son sur son torse, elle peut sentir la chaleur de son corps et son cœur battre. Asha n'avait jamais été aussi proche de lui qu'à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Sam 2 Sep 2017 - 8:49

Il y avait quelque chose de foncièrement libérateur dans le fait d’utiliser son pouvoir. Il faisait partie d’Ace, à l’instar de tout le reste et il y avait quelque chose de profondément doux, naturel et confortable dans le fait de le laisser se déployer autour de lui. Bien sûr, s’il en usait trop, il finissait par ressentir de la fatigue, mais cette dernière tardait à venir, remplacée par un sentiment si vivifiant qu’Ace ne s’en verrait jamais repu. Ce pouvoir était la source de bon nombre de ses malheurs. La raison pour laquelle il avait été arraché à sa mère et la signification de ce bracelet accroché à son poignet, telle une menotte orangée. Ce pouvoir était aussi une véritable aubaine, cependant. Dans un monde en guerre perpétuelle, il constituait l’arme d’Ace, une arme qu’il avait appris à manier à la perfection et qui l’avait transformé en un être dangereux et redouté. Faire corps avec son pouvoir, c’était ce qu’on avait appris à Ace. S’en délecter, le laisser envahir jusqu’au moindre recoin de son corps et de son âme. C’était ce qu’il faisait en cet instant. Il laissait son énergie se déverser en lui avec un naturel né de l’habitude. Procéder à ce genre d’attaques de fronts lui était devenu aussi familier que le simple fait de respirer. Il était rare qu’il frappe aussi fort, pas lorsqu’il s’entrainait pour Asha, mais il y avait quelque chose de très plaisant dans le fait d’ouvrir les vannes. Il ne comptait pas lui faire mal, non. Le simple fait de s’imposer ainsi en refermant sa main sur l’esprit d’Asha suffisait à manifester sa puissance. De la même façon qu’Asha retenait ses coups, usant de son pouvoir pour l’immobiliser et le désarmer, Ace se contentait de projeter son pouvoir avec une intensité mesurée. A l’inverse d’une situation où il serait opposé à un ennemi, Ace ne devait exercer qu’un contrôle limité sur son pouvoir, ce qui n’était pas sans ternir les efficacités de ces attaques. Asha fondit sur lui, multipliant les attaques et il s’appliqua à se défendre tout en maintenant sa prise. Elle bougeait mieux que lui, ce qui n’avait rien d’étonnant. Elle était plus agile et se faufilait mieux. Ace avait appris non sans une certaine frustration que sa corpulence ne constituait guère un véritable atout sur le plan physique. Son mètre quatre-vingt douze rendait ses attaques moins fluides et si sa force physique se trouvait supérieure à celle d’Asha, il n’en restait pas moins vulnérable d’une certaine façon. Il s’appliqua cependant, parant les coups tout en projetant avec une force essoufflée son énergie. Il arrivait à garder le rythme, repoussant avec une animosité redoublée les projectiles d’Asha, lorsque cette dernière projeta violemment son corps contre lui. Ace en eut momentanément le souffle coupé alors qu’il s’effondrait comme une masse sur le sol de la salle. Il n’avait pas réussi sa chute, pris par surprise par la confrontation frontale dont Asha s’était rendue responsable. Il n’éprouvait pas de douleur cependant, pas sur le plan physique. Il aurait voulu se couper de son pouvoir, mais il n’y parvenait pas. Son corps entier était conscient de la proximité qu’Asha avait établie en fonçant sur lui. « Tu as gagné, j’ai perdu, content ? » Leurs visages étaient si proches qu’Ace pouvait sentir son souffle sur sa joue. Son regard était planté dans celui d’Asha, son cœur battant à vive allure dans sa poitrine. Il ne songea même pas à répondre, obnubilé qu’il était pas la forme de son visage de poupée. Elle était belle, c’était tout bonnement incontestable. Outre ses atouts physiques, il y avait quelque chose dans son expression qui laissait Ace à bout de souffle. « C’est tellement facile d’utiliser ton pouvoir que tu n’utilises même plus tes mains, Ivashkov. » Là encore, il ne répondit pas de suite, la majeur partie de son attention fixée sur ses lèvres. Elle ne pesait rien sur lui. Dans sa tête, il énuméra les parties de leurs corps qui se touchaient en cet instant. Il aurait juré que sa peau était brulante, son corps fiévreux. « Ma force réside dans ma tête. » S’entendit-il dire, comme de très loin. Il était partagé. Une partie de lui aspirait à la repousser. Il aurait pu le faire, aisément. Son corps était moins tendu et compte tenu de leur différence de corpulences, il n’aurait eut aucun mal à se défaire de l’étau dans lequel elle l’avait coincé. Il aurait pu le faire. Il ne fit pas cependant. Il avait envie de cette proximité. Envie d’elle. Une pulsion. Un amas de pulsions. Il ne pouvait pas réfréner cela, pas alors qu’elle était à la califourchon sur lui, ses mains plaquées sur son torse. Ace se sentit brusquement pétri de reconnaissance. De la reconnaissance car elle n’avait pas son pouvoir. Elle n’était pas faible, non, du tout, mais elle ne disposait pas de ses capacités. Elle ne pouvait pas s’infiltrer dans ses pensées. Elle ne pouvait que se fier à son regard, regard dont Ace exprimait qu’il ne trahissait qu’une partie des pensées perverses qui le traversait en cet instant. Il se doutait cependant qu’il ne faisait guère un bon menteur en cet instant. Il lui semblait que son cœur martelait si fort de sa poitrine que le son éclipsait tout le reste, remplissant aisément la pièce et son corps était tendu, tendu par un élan de désir qu’il peinait à réfréner. Immobile, coincé sous elle, Ace évalua ses options. La décision était sienne, pour une fois. Il était libre, libre de décider de ce qui se passerait ensuite. Partir ou rester,  rester ou partir. A moins qu’elle ne décide pour lui. Brusquement, cette pensée lui fut tout bonnement insupportable. Il ressentait le besoin de contrôler cela, ce courant d’électricité qui traversait leurs corps emboités. Il avait besoin de contrôler quelque chose, lui qui n’avait jamais eut d’autres choix que de répondre aux ordres que son sang mêlé lui imposait. Et il pouvait contrôler cela, cet instant. Asha. Avec une brusquerie presque sauvage, il délivra l’un de ses bras et l’enroula avec force autour du buste d’Asha pour l’attirer à lui, la forçant de se fait à se rapprocher d’elle. Dès que ses lèvres furent suffisamment proches, il les plaqua contre les siennes avec une avidité renouvelée. Il l’embrassa sans s’embarrasser d’une douceur quelconque, se laissant aller à une passion débridée qui n’était pas sans trancher violemment avec la facette sage et glacée qu’il aimait à réserver à tous les autres. Son baiser était brulant, vorace, débridé. Lorsqu’il détacha ses lèvres des siennes, son regard bleu embrasé d’une intensité nullement dissimulée, ce fut pour murmurer quelques mots. « Si tu veux que j’arrête… » Il n’en avait pas la moindre envie et se sentirait sans doute profondément humilié d’être ainsi repoussé, mais il avait pris le risque, conforté par les pensées qui lui parvenaient, des pensées qu’Asha lui délivrait d’elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Sam 2 Sep 2017 - 20:37





And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.

Un sourire sur ses lèvres pleines, elle ne pouvait pas s’en empêcher, elle savait que ce sourire pouvait réchauffer les cœurs, les faire fondre.  Ses iris bruns savaient qu’elle avait capté l’attention du jeune homme sur elle, la jeune naïade pouvait être persuasive. « Ma force réside dans ma tête. »  Elle secoua sa tête  légèrement ne pouvant qu’approuver ses mots. Sa force résidait dans sa tête, elle avait pu le constater par elle-même, elle pouvait encore le sentir en elle, son pouvoir qui s’infiltrait dans ses pensées, reliées à lui. Son souffle était court, tandis qu’elle cherchait dans ses yeux une émotion à travers ses yeux inquisiteurs. Elle n’avait pas son pouvoir, mais elle pouvait faire parler les hommes d’une autre manière. Elle n’avait pas besoin de pouvoir lire dans ses pensées, bien qu’elle en meure d’envie. Elle malmena sa lèvre inférieure en y pensant. La balle était pourtant dans son camp, il pouvait arrêter s’il le voulait mais la machine était déjà lancée, la jeune rousse pouvait sentir son cœur battre la chamade comme alarmé par cette soudaine chaleur qui s’imprégnait de la pièce, qui irradiait de leurs deux corps. Asha ne voulait pas que ce moment s’achève, même si elle doutait que Ace voulait y mettre un terme aussi. Elle essayait de le comprendre, parce qu’il n’avait pas réagi lorsqu’elle lui avait exprimé son désir, bien qu’en réalité elle ne lui avait pas laissé le choix en partant, mais elle n’avait rien vu, pas comme à cet instant. La jeune femme avait l’impression de rêver, car elle n’avait jamais vu ce regard-là, non il ne l’avait jamais regardé comme il le faisait, comme s’il la désirait ardemment.  Asha écarquilla les yeux quand elle sentit l’une des mains du jeune homme se poser sur ses reins pour la rapprocher de lui, encore, réduire à néant cette distance qui ne servait plus à rien. Elle sentait que son corps tremblait, et avant qu’elle ne put formuler des phrases dans son cerveau, ses lèvres étaient déjà scellées aux siennes dans un baiser fougueux. Asha ne connaissait pas cette fougue et cela ne lui déplaisait pas. Il arrêta cette étreinte, elle en voulait encore, comme si sa vie en dépendant, elle voulait encore gouter ses lèvres, lui exprimer tout son désir qui brûle, brûle comme une flamme éternelle et ardente. « Si tu veux que j’arrête… » Arrêter ? Elle ne connaissait pas ce mot maintenant qu’il avait débuté, arrêter n’était pas possible, elle ne pourrait pas résister encore. Elle plaça sa main sur son visage, laissant glisser ses doigts sur sa mâchoire pour finir la course sur ses lèvres qu’elle voulait mordre. « De parler ? Oui je veux que tu arrêtes. » Ce n’était pas un mirage, elle pouvait sentir la brûlure sur ses lèvres pleines et boursoufflées, elle voulait encore la ressentir, cela la rendait vivante. Elle ne savait pas comment c’était tombé sur lui, lui qui paraissait froid et distant, ne laissant rien mise à part le vide dans le leu de ses yeux qu’elle pouvait maintenant admirer de plus près, de se fondre à l’intérieur, se laisser aller et ne plus penser à autre chose. Elle approche son visage du sien, ses lèvres effleurent les siennes, son regard se perd un instant dans ses pupilles. « Et je t’interdis de sonder ma tête, tu gâcherais le plaisir de la spontanéité alors oust. » La jeune femme le scruta, érigeant de nouveau un mur qu’elle sait qu’il pourrait briser s’il le voulait, mais où résiderait le plaisir s’il savait ce qu’elle allait faire ? Elle voulait profiter de cet instant avec lui. Alors ses lèvres s’attaquent aux siennes, c’est une déclaration de guerre. Elle répondait à son premier baiser avec la même fougue, elle pressa son corps contre le sien, prenant son visage entre mains, ses lèvres s’engagent dans une folle danse, elle sentait son cœur battre la chamade tellement fort, ça cogne sur sa cage thoracique. Elle voulait partir explorer sa peau d’albâtre, connaître son corps. Elle sentaient ses mains se balader sur sa silhouette élancée, elle soupira d’aise, ne voulant pas qu’il arrête ses tortures. Elle ne voulait pas penser à demain où au simple fait qu'il n'avait pas réagi la première fois, peut-être qu'il ne voulait pas se l'avouer, mais elle était ravie de voir qu'il avait céder à cette pulsion, à ce désir primal. Comme si c'était la seule liberté qu'il leur restait, leurs corps étaient libre de s'exprimer tandis que leur parole était bridée. La jeune femme mordilla la lèvre du jeune homme avant de l'embrasser de nouveau, dévorant ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Dim 3 Sep 2017 - 11:38

Si tu veux que j’arrête… Rien de plus qu’une porte de sortie. Voilà ce qu’il lui offrait là. La possibilité d’en finir, de se défaire de l’étreinte dans laquelle il l’avait prise. Une simple précaution, murmure essoufflé et roc dans sa bouche. Il ne prenait guère grand risque en formulant cette proposition. Il n’avait aucune envie d’arrêter ce qu’il venait de commencer et était suffisamment doué pour cerner les autres (avec son pouvoir, comme sans) pour sentir sans peine qu’Asha était sur la même voie que lui. Elle le désirait, il l’avait lu quelques instants plus tôt, alors qu’ils se tenaient l’un contre l’autre sur la balustrade, Volastar s’étendant sous leurs pieds. Là haut, elle avait laissé s’effondrer toute protection entre son esprit et le sien, le laissant s’imprégner de ses pensées. Elle lui avait ouvert une porte, une porte qu’il s’était empressé de refermer avant de s’y engouffrer à l’instant. Ace n’était pas encore sûr de l’intelligence de la chose. Son être tout entier demeurait partagé, pétri par ses émotions entremêlées. Il n’y avait rien de mal à se faire plaisir, c’était ce qu’il aimait à penser. Dans un monde qui leur avait d’ores et déjà tant pris, Asha et lui n’avaient aucune raison de lutter contre leurs pulsions. Ils étaient sur la même longueur d’ondes. Il l’avait lu plus tôt dans ses yeux et son attitude à présent ne laissait guère de doutes à ce sujet. Ace avait l’impression que son corps était en feu. Quand bien même des couches de vêtements les séparaient, faisant barrage entre leurs deux peaux, la tension n’en était pas moins foncièrement palpable. Appuyé contre le sol dur, Ace oubliait tout de la rigidité passablement inconfortable de ce dernier, trop occupé qu’il était à plonger son regard dans celui d’Asha. Sans surprise, elle n’avait pas du tout l’air d’avoir envie qu’il arrête quoi que ce soit et elle ne manqua pas d’exprimer ce sentiment à voix haute, mettant fin à toutes formes de malentendus potentiels. En parlant, elle laissait glisser ses doigts sur son visage, caressant doucement ses traits reconnaissables. Ace était obnubilé par ses lèvres qu’il brulait de presser à nouveau contre les siennes. « De parler ? Oui je veux que tu arrêtes. » En l’occurrence, il n’avait définitivement rien contre. Ace n’avait jamais été d’une nature excessivement bavarde (il avait toujours été un fidèle partisan de l’adage énonçant qu’il était plus judicieux de se taire lorsqu’on n’avait rien d’intéressant à dire) et encore plus quand il avait des choses plus intéressantes à faire qu’avec sa bouche. Il n’avait pas besoin de sa voix pour s’exprimer, pas quand son corps était parfaitement apte à dépeindre ses émotions à sa place. Résolu à se taire, il demeura donc silencieux, figé dans sa sublime contemplation. Lorsqu’Asha effleura ses lèvres des siennes, il s’abandonna à sa caresse, avant de pousser un léger soupire d’aise. « Et je t’interdis de sonder ma tête, tu gâcherais le plaisir de la spontanéité alors oust. » La spontanéité. Ace se fendit d’une petite moue, feignant la contrariété. Il avait toujours voué une affection certaine au contrôle, une affection qui ne lui était guère venue de nulle part. Il n’avait pas eut le choix. La vie avait exigée de lui ce goût pour la maitrise. Il avait dut apprendre à dompter ses émotions pour raffermir sa prise sur son pouvoir, un pouvoir dont la force avait bien souvent manqué de peu de l’ensevelir durant ses jeunes années. Il avait été dépouillé de sa propre essence, mué en une arme dangereuse parvenue jusqu’aux mains du gouvernement mis en place. Il n’y avait jamais eut de place pour toute forme de spontanéité. Il n’était pas taillé pour cela. Ace aimait à prendre pleinement connaissance de toutes les informations mises à sa disposition. Exiger de lui qu’il taise sa nature profonde avait quelque chose de troublant. De presque effrayant, en fait. Son pouvoir le consumait, accru par la passion que faisait naitre en lui la proximité dangereuse d’Asha. Son instinct lui intimait de s’insinuer en Asha de toutes les façons dont il était capable, pour entremêler son âme à la sienne. Tout en résistant contre son envie de relâcher l’emprise ferme qu’il avait sur son pouvoir, il sentit qu’elle s’employait à remettre en place une protection tangible autour de son esprit. Une protection trop maigre, trop fine. Une protection qu’il était libre de briser. Le dilemme persistait, un dilemme auquel Asha coupa brusquement court en capturant ses lèvres entre les siennes. Quelque chose sauta en Ace alors que la passion déferlait en lui, imprégnant jusqu’au moindre recoin de son corps. Asha embrassait de la même façon qu’elle faisait tout le reste. Avec une détermination sourde et empreinte de confiance. De ses mains, elle caressait son visage, comme pour en imprimer tous les plis et tous les creux dans sa mémoire. Electrisé par la moindre de sa caresse, Ace persistait à la serrer contre lui, l’étreignant d’un bras alors qu’il laissait son autre main s’égarer dans son épaisse chevelure rousse. Il enroulait les longues mèches comme autant de langues de feu autour de ses doigts fins, profondément séduit par le contraste rougeoyant avec sa peau pale. Il l’attirait à lui avec une détermination résolue, incapable de se voir rassasié lorsqu’on en venait à elle. Il avait envie de la découvrir et qu’elle le découvre, envie de parcourir jusqu’au moindre centimètre de sa peau. Et elle le voulait aussi. Inutile de lire ses pensées pour le deviner quand bien même certaines brides lui parvenaient, ayant glissées entre les mailles du filet. Ace pouvait presque les entendre, entendre ses barrières qu’ils avaient minutieusement érigés autour d’eux trembler sur leurs fondations. Ace ne ferait rien pour les remettre en place, pas maintenant, pas quand il la tenait ainsi contre lui. Il laissait ses mains courir sur ses formes et lorsqu’elle lui mordilla la lèvre, il ferma les yeux, comme pour graver cette émotion au fin fond de sa mémoire. Bordel. Comme c’était bon. Il n’avait pas rouvert la bouche depuis un moment et sa voix était essoufflée, ébranlée, lorsqu’il repris enfin la parole. « Tu me rends fou. » Murmure éraillé lui ayant échappé. Il le pensait. Vraiment. Il avait soif d’elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Mar 12 Sep 2017 - 15:45


And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.


Elle était prisonnière, bien que la notion de la liberté, était pour elle une chose qu’elle connaissait à demi-mot.  Elle est devenue prisonnière de son désir qu’elle ne pouvait plus refouler. Elle avait céder à la tentation car d’un seul toucher il avait réussi à la déstabiliser, à créer un tourbillon d’émotions en elle. Son corps d’ondine était tout contre le sien, comme poussé, attiré par lui. Le résultat d’une alchimie explosive, qui rendait son corps réceptif à la moindre de ses caresses. Elle aimait voir l’effet qu’elle pouvait lui faire, rajouter un peu de piquant. « Tu me rends fou. » La jeune rousse ne put s’empêcher de sourire entre deux baisers, bien qu’elle ne veuille pas le quitter, comme si les lèvres du jeune blond étaient devenues une drogue dont elle était rapidement devenue accro. Sa voix éraillée lui faisait tourner la tête, la plongeant dans une sensation plaisante. La jeune femme releva les bras du jeune home vers le haut emprisonnant ses poignets de ses mains délicates, puis elle laissa glisser ses index sur sa peau d’albâtre descendant vers son corps, laissant sur son sillage des frissons. La jeune bleue se laissait complètement aller, laissant son corps prendre le contrôle de tout son esprit, voulant se satisfaire. Elle pouvait sentir que l’esprit d’Ace essayait de s’insinuer comme un serpent dans son esprit ouvert, la jeune femme l’embrassa de plus belle. Elle voulait que son pouvoir se taise, ou du tout du moins l’affaiblir, pourtant elle sentait encore Ace ancré en elle, comme s’ils étaient toujours liés, une connexion indescriptible. Elle frissonne, sentir quelqu'un d'autre dans son esprit n'était pas commun, comme deux âmes cohabitant dans le même corps. « Je pensais t’avoir dit de ne plus user de ton pouvoir.. » un demi-sourire vint sur ses lèvres rosées. Elle se recule légèrement, le provoquant légèrement. La jeune femme le regarde un bref instant plongeant ses iris brunes dans les siennes. Elles étaient d’un bleu ardent, un bleu clair, sublimé par ce voile de désir qui le consumait. Elle aimait la chaleur de ce regard qui la ravageait déjà. Elle se mordillait la lèvre, elle en voulait encore, le sentir contre elle, être inondé de son désir, être possédée par sa passion dévorante. D’une main libre, elle caresse sa nuque de ses doigts qui rampent dans sa chevelure, puis elle l’agrippe violemment, l’obligeant à relever le menton légèrement. Elle s’approche de lui, comme une lionne sur sa proie et elle ne quitte pas son regard, pas question qu’il sonde son esprit, pourtant il pourrait encore faire céder ses barrières, mais il y autre chose, quelque chose de plus intéressant. Elle relâcha son emprise avant de couper court à tout contact physique, ce n’était pas l’envie qui l’en manquait. Elle lui tendit la main pour l’aider à se relever, vint à son encontre en pressant ses lèvres contre les siennes. « Et si on laissait cette salle à ceux qui ont vraiment besoin de s’entraîner ? » Une simple question, histoire de se remettre de ce plein d’émotion qui met son cerveau au bord de l’explosion. Elle caressa du bout des doigts ses lèvres assassines, un véritable poison nées pour la faire fondre, goûter à ce morceau de chair était devenu un interdit pourtant si bon. Ils pourraient facilement être surpris dans la salle, elle voulait protéger de moment rare d’intimité et si improbable. La jeune rouquine ne pensait pas finir dans ses bras, mais il y a quelque chose dans son étreinte qui la rend folle, folle de désir pour lui. Elle l’entraîne dans sa descente aux enfers, d’un regard elle parcoure les alentours sans la moindre trace humaine et elle fonce, profitant d’un recoin pour le pousser contre le mur et fondre sur lui telle une furie. « Tu me fais perdre la tête aussi Ivashkov. » Elle ne savait pas où cela les mènerait mais ce soir elle était sienne et il était sien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Mar 12 Sep 2017 - 17:33

Tu me rends fou. Une vérité. Pure. Lavée de tout faux semblants. Les mots lui avaient échappés. Il n’en avait pas l’habitude. Ace Ivashkov contrôlait bien des choses et sa langue en avait toujours fait partie. En cela, Asha était dangereuse. Elle parvenait à le désarçonner et il ne pouvait guère se le permettre. Ce n’était pas trop grave en cet instant, bien sûr. Le monde ne risquait pas de s’effondrer s’il se laissait dévier en ce moment. Liza était en sécurité et cet instant d’inattention n’allait guère lui couter la vie, mais cela n’en restait pas moins dangereux. Un avertissement. C’était une chose de perdre pied un instant en lieu sûr, mais c’était là une porte ouverte sur une voie qu’Ace ne devait guère emprunter. Il ne pouvait tout simplement pas se permettre de perdre en vigilance. C’était un privilège qu’il avait perdu il y a de cela des années, quand sa vie s’était retrouvée sanglée de force à celle de Liza. Il avait fait le serment de la protéger et il ne se figurait pas à l’époque où il l’avait formulé combien il allait finir par prendre au sérieux cette promesse. Il ne pouvait pas savoir à l’époque à quel point il finirait par placer sa foi en celle qu’il avait avant même de la rencontrer perçu une geôlière. Alors qu’il était préparé à la haïr, il s’était au contraire attaché, au point de lui témoigner aujourd’hui un soutien sans faille. Liza était le sommet de ses priorités, un sommet dont Asha le détournait en cet instant. Il ne parvenait plus à penser, pas alors qu’elle multipliait les baisers, capturant ses lèvres encore et encore dans une embrassade fiévreuse. Ace se laissait faire, la laissant manipuler son corps avec une docilité pour le moins inédite. La moindre caresse lui enflammait la peau. Il ne voulait pas que ça s’arrête. Il ne voulait pas qu’elle s’éloigne, plus jamais. Il ne se contrôlait pas, ou du moins pas autant que l’habitude, s’abandonnant un peu à l’euphorie de son instant. Son pouvoir le dénonçait en ce sens. Comme durant son enfance, à l’époque où il n’avait aucun contrôle dessus, il le sentait, presque palpable. Son esprit s’entremêlait à celui d’Asha. Tout son être réclamait de se glisser en elle et ce de toutes les façons possibles. Lorsqu’elle frissonna contre lui, il ne songea pas immédiatement que c’était là une réaction à ses aptitudes. « Je pensais t’avoir dit de ne plus user de ton pouvoir.. » Une remontrance qui n’en était pas véritablement une, le sourire d’Asha en témoignant. Ace se reprit néanmoins en main alors qu’elle se redressait pour l’observer de son regard gourmant. Elle commença à se mordiller la lèvre et il dut déployer des trésors de ne patience pour ne pas l’attirer à nouveau contre lui. « Je n’y peux rien. Tu me déconcentres. » Encore une fois, il se montre là d’une honnêteté totale. Il est suspendu à ses lèvres, son regard totalement perdu dans le sien. Lorsqu’elle fond à nouveau sur lui, son cœur bat si fort dans sa poitrine qu’il ne serait guère particulièrement surpris de le voir jaillir et rebondir contre les murs de la pièce. Il lui était difficile de se concentrer sur sa prise sur son pouvoir alors qu’il se retrouvait en proie à un tel déluge d’émotions primaires. Le regard d’Asha, rivé sur lui, percutait jusqu’aux tréfonds de son âme, le mettant au défi de percer les défenses tangibles dressées autour de son esprit. Lorsqu’elle le relâcha, il se sentit étonnement vide, comme amputé d’un membre. Il resta allongé sur le sol, perplexe. Elle se releva et il l’observa. Lorsqu’elle tendit la main vers lui il observa cette dernière avec une curiosité charmante. Il lui fallu un instant pour s’exécuter et elle eut tôt fait de l’embrasser à nouveau alors qu’il se hissait sur ses longues jambes. « Et si on laissait cette salle à ceux qui ont vraiment besoin de s’entrainer ? » Une idée parfaitement sensée. De ses doigts, Asha caressait ses lèvres et il se décida à en capturer un qu’il suça doucement. Tout son corps brulait de se jeter à nouveau sur elle. Il voulait la percuter de plein fouet, ne faire plus qu’un. Ses émotions étaient exacerbées, dominées par ses pulsions. Elle le plaqua contre un mur, déplaçant son corps avec la même aisance avec laquelle elle déplaçait tout le reste. Ace ne lui opposait aucune résistance. « Tu me fais perdre la tête aussi Ivashkov. » Et réciproquement. Ace pressa urgemment ses lèvres contre les siennes, l’enlaçant de ses deux bras. Lorsqu’il recula sa tête et ouvrit la bouche pour parler, ses joues pales s’étaient parées d’une légère teinte rosée et son regard bleu était fiévreux. « Ma chambre. » C’était clair, foutrement clair. Il ne trouvait guère nécessaire d’œuvrer dans la subtilité. Ils avaient abandonnés cela au moment où ils s’étaient retrouvés à califourchon l’un sur l’autre. Ace attrapa la main d’Asha, entremêlant ses doigts aux siens avant de se diriger d’un bon pas jusqu’à la porte. Il avait besoin d’intimité. . Tout de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 55
‹ AVATAR : madelaine petsch
‹ CRÉDITS : alohahoz (avatar) ; madelainepetschs@tumblr(gif)

‹ AGE : vingt-six ans,
‹ STATUT : seule, bien que ses prunelles sombres soient attirées par une silhouette dont elle reconnâitrait le pas même en ayant les yeux fermés. un homme identique, des yeux bleus perçants et une chevelure noire
‹ SANG : sang mêlé, indigne de foulée cette terre de ses yeux ardents
‹ COMPETENCES : loyauté (niv. 1)
‹ METIER : adiutor, une protection de plein temps, elle s'y jette corps et âme à jamais liée à son blond à la peau d'albâtre et aux yeux bleu comme le ciel
‹ ALLEGEANCE : à la ligue des mêlés et aux promesses qu'ils lui ont faites
‹ ADIUTOR : liée à jamais a un valaeris, au dernier survivant de l'air, elle donnerait sa vie à la faucheuse pour qu'il puisse fouler encore cette terre si le choix devait arriver.
‹ POINTS : 276

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Mar 12 Sep 2017 - 18:07


And the land is dark
And the moon is the only light we see
No, I won't be afraid
.


Elle perd pied et pour une fois elle aime ça, cette sensation de ne plus être en contrôle de plus rien, ses sens sont les maîtres de son corps, comme un chef d’orchestre exposant son autorité sur ses artistes. Elle qui était une maniaque du contrôle se laissait aveuglée par son désir ardent et fulgurant.  Elle sent ses lèvres sur les siennes, elle ne peut pas s’en passer à ce moment, comme si l’embrasser était vital à cet instant, elle sent son corps défaillir lorsqu’il l’enlace dans ses bras et que ses mains se baladent sur son corps pour l’épouser à la perfection.  Il avait mis terme le temps d’un instant à cette sensation, comme s’ils étaient dans l’œil de cet ouragan qu’était leur désir mutuel. Son souffle se répandait sur sa bouche entrouverte, elle en profita pour respirer légèrement, reprendre son souffle qu’il avait pris avec lui. Ses joues étaient rosies par la chaleur que leur corps communiquait, en y pensant Asha devait être aussi rouge que lui. Ses prunelles brillaient et son regard bleu d’acier était trop puissant pour qu’elle puisse résister à cet appel. Elle se pinça les lèvres, tandis que sa petite fossette vint apparaître sur sa joue. « Ma chambre. » Son corps se pressa contre le sien avant de se séparer. Elle aimait le contact de sa paume contre la sienne, de ses doigts qui sont mêlés entre eux.  Dans un petit rire cristallin, la jeune femme suivit le jeune homme, tandis que son cœur battait la chamade, faisant un bruit infernal. « Quelle autorité, je ne peux pas refuser. » dit-elle en faisant une moue satisfaite. Elle vint vers lui et sauta fin de pouvoir enrouler ses longues jambes autour de son buste. Ses mains vinrent caresser sa nuque, y dessinant des petites arabesques invisibles sur sa peau. Elle le regardait, plissait ses yeux de biche, elle le jaugeait du regard. A chaque toucher elle sent de l’électricité dans leurs corps conducteur, il suffisait d’une flamme pour tout faire péter. Leurs corps étaient tous deux des combustibles tandis que leur parole était l’allumette qui mettait le feu aux poudres. La jeune rouquine approchait son visage lentement du sien effleurant ses lèvres, croisant son regard. La nymphe mordillait sa lèvre inférieure sachant pertinemment que cela le rendrait fou, alors elle se rapproche mais tout doucement elle apprécie comment il la dévore de son regard transperçant où elle peut se noyer. Elle ne voulait pas penser à Andreï qui était avec Liza, non c’était son moment à elle, à eux. Il ne pouvait rien leur arriver, alors pourquoi ne pas profiter des petits plaisirs de la vie ? « Ne fais pas marche arrière Ivashkov.. » Une lueur de défi dans ses prunelles brunes, tandis qu’elle se hissait encore plus, pressant son corps musclé contre le sien, sentant son cœur battre  à l’unisson avec le sien. Elle enfoui son visage dans son cou, caressant sa peau du bout de son nez aquilin avant de poser ses lèvres sur cette parcelle de son corps. Elle y parsema quelques baiser commençant par le bas tout en remontant lentement, sentant le corps du jeune blond se tendre sous ses baisers. Elle voulait le faire languir, alimenter ce feu pour qu’il ne s’éteigne pas. Faire durer ce moment qui était éphémère, from dusk until dawn. Parce que ces moments étaient les seuls qu'elle s'autorisait, que sa vie était tout simplement résumée à Andreï et aux combats, à faire d'elle une arme infaillible. Ce soir elle avait décider de le faire céder et ensemble ils écriraient une page.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 93
‹ AVATAR : richard madden.
‹ CRÉDITS : spleen.ocean.

‹ AGE : vingt-neuf années écoulées, la trentaine se profile à l'horizon.
‹ STATUT : fiancé pour la seconde fois. après s'être vu couplé à une osanos, c'est à présent à une swanson qu'il se retrouve promis.
‹ SANG : rivière argentée, fait qui n'a de cesse d'être souligné.
‹ COMPETENCES : uc.
‹ METIER : officier dans l'armée, rien de moins qu'une destinée qu'il ne saurait contrarier.
‹ ALLEGEANCE : au gouvernement, quand bien même le cœur s’éveille apportant doutes et inconfort.
‹ POINTS : 521

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: (so devoid of color) ashe Mer 13 Sep 2017 - 11:26

Une perte de contrôle délicieuse. Une trêve dans une existence passée à serrer les dents. Ace se laisse aller, s’abandonnant à un instant dont il sait qu’il sera trop court. Ils le sont toujours. Ses instants de perfection brulante, de liberté délicieuse quoiqu’illusoire… Ils ne durent pas. Ils ne durent jamais. La parenthèse charnelle a trop tôt fait de s’achever et en aussi peu de temps qu’il n’en faut pour le dire, les couloirs s’évanouissent et le monde est à nouveau tel qu’Ace l’a toujours connu. Une vie jalonnée de creux, amputée de pleins. Un univers grisâtre qui l’obstrue. Alors Ace profite. Goulument. Il prend ce qu’il y a à prendre, ce qu’Asha concède à lui donner. Il est réceptif au moindre de ses mouvements, son corps ondulant contre le sien dans une chorégraphie parfaitement coordonnée, ses lèvres se pressant contre les siennes avec un naturel tel qu’il pourrait jurer que leurs bouches étaient faites pour se rencontrer. Un instant d’osmose totale. Il en veut plus. Il en voudra toujours plus. Ils sont trop exposés cependant. N’importe qui pourraient entrer et les surprendre. Ace ne pense pas avoir quoi que ce soit à craindre, mais cela ne signifie pas qu’il aspire ainsi à se donner en spectacle. Cet instant est trop intime, trop parfait. Il n’aspire en rien à le partager. Il n’y a qu’Asha et lui et cela doit rester ainsi. Alors il émet un souhait essoufflé, un ordre murmuré. Il ne s’embarrasse pas de tours et de détours. Il va droit au but. Ils n’ont pas le luxe de patienter. Il leur faut foncer. Ainsi vont leurs vies, brulantes et brulées, bâties autour d’instants infimes qui s’égrèneront toujours trop vite. Le temps est une denrée précieuse qu’il serait idiot de gaspiller.  « Qu’elle autorité, je ne peux pas refuser. » Il ne pris guère le temps de répondre. Il ne l’avait pas attendu pour se décider. Déjà il la trainait dans le couloir, leurs doigts entrelacés. Tout son corps brulait de poursuivre ce qu’il avait commencé. Ses jambes le portaient, vertigineuses et instables. Ses sens étaient éveillés, son cœur martelant férocement contre les paroles de sa cage thoracique. Ses pulsions étaient telles qu’elles secouaient son corps, réclamant la présence d’Asha. Il se jeta presque dans ses appartements, refermant d’un geste vif la porte derrière elle. Voilà, ils seraient mieux ici, libres de faire tout ce qu’ils voulaient sans craindre de se retrouver brutalement exposés à la curiosité déplacée des autres. Ne perdant pas le nord, Asha le percuta, se hissant contre lui, ses jambes enroulées autour de son torse. Il brulait véritablement de désir pour elle et accueillit son corps avec plaisir, savourant le contact de leurs peaux respectives. Les cheveux d’Asha se déployaient autour de lui, caressant son visage comme autant de langues de feu. Lui même brulait de l’intérieur. Les mains d’Asha palpaient sa peau, attisant encore plus son désir pour elle. Elle emplissait jusqu’à la moindre parcelle de son champ de vision. En cet instant, il s’accorda le luxe de tout oublier. Tout, sans la moindre exception. Il n’était plus dans le palais des Valaeris. Il n’y avait plus de sang mêlé, bronze, bleu ou argent. Plus rien de tout cela n’existait. Il oublia même ce bracelet orange, menotte criarde et immonde, symbole de sa place au sein de ce monde délabré. Il n’était plus un esclave. Il n’était plus un soldat. Il n’était qu’un homme, ramené à la partie la plus primitive de sa personne. Il était un homme et elle était une femme et rien d’autre n’avait d’importance. Elle mordilla sa lèvre et il ferma les yeux, frémissant de plaisir. Elle savait exactement quoi faire pour attiser la flamme qui brûlait d’ores et déjà en lui. Il rouvrit les yeux pour planter à nouveau son regard dans le sien. Ace avait abandonné le masque dont il avait pris l’habitude de couvrir ses traits. Ce dernier, cette armure qui lui permettait de suivre en terres ennemies, reposait sur le sol. Il n’en avait pas besoin. Son désir était aussi lisible qu’une poignée de mots couchés sur le papier. Encore plus, en fait. Ses yeux exprimaient mieux ce qu’il ressentait que sa bouche, bouche qui était par ailleurs trop occupée à se télescoper fougueusement contre celle d’Asha. Les mots étaient d’autant d’armes au pouvoir inestimable, mais en cet instant, la langue d’Ace était occupée ailleurs et il ne comptait pas y faire quoi que ce soit. « Ne fais pas marche arrière Ivashkov… » Comme si c’était seulement possible. Ils étaient allés beaucoup, beaucoup trop loin. Reculer n’était plus permis. Ace n’allait pas la laisser filer, non. Hors de question. Asha était toujours adroitement collée contre lui, son visage niché au creux de son cou. De ses lèvres, elle couvrait sa peau de baisers, électrisant son âme. Ace ne pensait plus à rien, si ce n’est à son lit dans la pièce adjacente. Il encercla d’un bras la taille fine d’Asha et tâcha de manœuvrer sur ses jambes un tantinet tremblantes pour regagner sa chambre. Une poignée de secondes s’écoulèrent avant qu’il ne touche but et lorsqu’il sentit le matelas contre ses cuisses, il se laissa tomber en arrière, entraînant volontairement Asha dans sa chute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(so devoid of color) ashe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Loreal NEW Hip High Intensity Pigments Color Truth Cream Eye
» paint pot/ cream color base
» maybelline color vivids
» Le Color Bug:maquillage pour cheveux
» [patisserie] Batman selon la méthode Window color

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: playground :: anciens rps-