AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
tensions à aksana
Un climat de tension règne à Aksana depuis les fouilles faites par l'Empire.
Envie d'en savoir plus? Vient lire la gazette!
intrigue II - LE MARIAGE IMPERIAL
L'épisode trois de la saison une a été posté, il s'agit du mariage impérial unissant Saeko Yinren et le prince héritier. Viens donc y participer!
début de la maintenance le 22/09
On vous le rappellera par mp d'ici là.

Partagez| .

Save me from Myself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 170
‹ AVATAR : Ella Purnell
‹ CRÉDITS : @ Hollidaysee

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 126

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Save me from Myself Mar 1 Aoû - 18:15


Save me from Myself
Adéa
Tu étais d'une humeur massacrante. Le pire, c'est que tu te rendais compte. Tu étais un petit monstre d'animosité. Tu avais l'impression d'être spectatrice de cette mauvaise humeur, comme si tu te trouvais en dehors de ton corps et que tu observais tes actes sans pouvoir rien y faire pour en changer. Tout ça pour quelques mots échangés avec ce stupide et ridicule maître de l'eau... Au delà de ce qu'il t'avait dis, c'était la façon dans ses mots te touchait qui accentuait ton humeur déplorable. Tu ne parvenais pas à comprendre pourquoi cela t'atteignait à ce point, pourquoi tu le laissais avoir une telle influence sur ton être. Tu regagnais la chambre d'Adonis d'un pas précipité, envoyant promené sans ménagement ceux qui se dressait sur ton chemin. Il fallait que tu te calme, que tu t'apaises avant de retrouver ton protégé. Il te connaissait suffisamment pour comprendre qu'il y avait quelques choses qui clochait et tu n'avais pas franchement envie de lui avouer les raisons de ta colère sourde. Tu t'en voulais de te laisser atteindre de la sorte, de lui avoir donné un tel pouvoir, un tel contrôle de toi. Et tu savais déjà ce qu'Adonis en pensait... Tu ne le savais que trop bien. Tu t'arrêtais avant de rentrer dans la chambre, prenant une inspiration profonde, essayant de retrouver un semblant de calme et de contenance. Tu savais pourtant qu'il ne serait pas dupe, qu'il ne se laisserait pas berner aussi facilement par ce masque là. Les autres auraient peut-être pu se confondre mais pas lui, il te connaissait trop bien pour ne pas le voir. Tu te berçais d'illusion. Tu préférais encore qu'il aborde le sujet d'Isaak... Ou pas... Tu ne savais pas ce qu'il savait, pas plus que tu ne savais réellement quoi en dire. Ce n'était rien. Cela ne signifiait rien. Un nouvelle inspiration et tu pénétrais dans sa chambre. Tu ne prenais pas la peine de frapper, pas cette fois, tu connaissais les allées et venues des conquêtes d'Adonis, tout comme tu savais qu'il était seul et qu'il t'attendait. Après tout, ne t'avait-il pas demandé de te rejoindre ici? Depuis l'attentat, tu ne te séparait que brièvement de lui. Même les nuits, tu les passais à ses côtés. Tu ne savais pas exactement lequel des deux cette situation arrangeaient le plus. Peut-être les deux. Ton regard se glissait sur les lieux, jusqu'à se heurté à sa silhouette, à son visage. Ton regard s'ancrait dans le sien et un sourire vint fendre tes lèvres alors que tu t'approchais de lui pour venir déposer un baiser contre sa joue. Douceur et tendresse à profusion, c'était devenu tellement naturel entre vous. Tout va bien? Tu le toisais, suspicieuse, inquiète à l'idée qu'il ait pu lui arriver pendant le peu de temps où tu l'avais laissé seul. Ton œil inquisiteur s'épanchait sur ses blessures, ou plutôt sur ses bandages. Tu étais inquiète à son sujet, perpétuellement inquiète, peut-être même excessive.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1907
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) luaneshë / (gif) leslie (ace) / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Veda Kimora, une humaine de 23 ans qui a été sujette à des expériences comme rat de laboratoire du gouvernement.

‹ AGE : Vingt-cinq ans, un anniversaire qui approche alors qu'il ne voit que les barreaux d'une prison glaciale.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, son coeur ne bat pas pour elle et pour cause. C'est le frère jumeau de la princesse qui a brisé le coeur du Griffith, refusant d'accéder à sa requête aussi ambitieuse que dirigée par l'amour.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines est qualifié de sang argent. Autrefois, il serait né avec le sang bleu, reconnu par tous les eartanariens comme tel, mais une famille étrangère à forcer les Griffith à ployer le genou sous leur joug meurtrier.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 4), audace (niv. 4), leadership (niv. 4)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, Adonis n'est plus rien si ce n'est le prisonnier de Cal Oshun. Jadis, il était ambassadeur de sa nation.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment, même du fond de sa cellule humide.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une jeune mêlée issue de la nation de l'eau et qui, pourtant, la débecte complètement. Si leur relation a commencé de manière chaotique, désormais les deux sont comme des âmes soeurs.
‹ POINTS : 1969

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Mer 2 Aoû - 22:54

Tous les jours, Adonis faisait venir un médecin pour examiner ses blessures. Il ne voulait pas rester à l’hôpital et il avait suffisamment de richesses que pour se permettre d’engager un médecin personnel à son chevet. Les blessures de son dos commençaient doucement à se refermer, mais elles étaient toujours douloureuses. Le brun était forcé de dormir sur le ventre, lui qui préférait justement dormir sur le dos. Mais il n’avait pas le droit de se plaindre, alors que des gens étaient morts. A cause des douleurs et des divers pansements, Adonis n’avait pas réenfilé de chemise. Il portait une sorte de fine robe de chambre ouverte, qui frottait parfois sur ses pansements dans son dos mais tant qu’Aléa n’était pas là, et tant qu’il ne se glisserait pas dans son lit, Adonis voulait rester un minimum couvert. N’importe qui d’autre pourrait venir dans sa chambre, quémander une entrevue tardive. Mais personne ne le fit. Aléa entra, sans prendre la peine de frapper. Elle connaissait l’emploi du temps du jeune Griffith et c’était lui qui lui avait dit de venir la rejoindre à cette heure. Alors qu’elle posa un baiser sur sa joue, il perçu la tension dans son corps. Adonis recula la tête pour l’observer, alors qu’elle en faisait de même. Le brun retira sa robe de chambre et la laissa choir sur une chaise avec un soupire. Il savait qu’elle insisterait pour observer le travail des médecins par elle-même, alors il n’attendait même plus qu’elle le demande. « Ca va mieux de jours en jours, mais là, c’est toujours un peu douloureux. » Inutile de mentir, pas à Aléa. Les blessures les plus profondes, on disait que le lien les faisait ressentir à l’autre. Adonis n’aurait su dire si il avait ressenti celles d’Aléa puisqu’il avait perdu connaissance pendant une ou deux minutes lors de l’attaque. Il avait d’ailleurs appris qu’il en avait été de même pour elle. Peut-être était-ce à cause de ce lien, justement. Il l’observa encore, comprenant qu’elle tentait manifestement de dissimuler de la contrariété, ou une certaine colère. Adonis s’approcha et posa ses mains sur les épaules de la jeune femme. Une de ses mains vint prendre en coupe son visage. « Dis-moi tout. » Il ne l’exigeait pas, Aléa était son adiutor, pas son esclave ou son espionne. Elle avait une place spéciale auprès de lui, une place que personne n’aurait jamais. Il y avait entre eux un lien inébranlable, et si demain on lui annonçait qu’il pouvait se défaire d’elle, il était à peu près certain de refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 170
‹ AVATAR : Ella Purnell
‹ CRÉDITS : @ Hollidaysee

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 126

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Jeu 3 Aoû - 21:27


Save me from Myself
Adéa
Tu inspectais les pansements, rôdant autour de lui comme d'une lionne autour de sa progéniture. Tu pinçais les lèvres silencieuse, vérifiant méticuleusement là façon dont il avait été soignée. Lorsque cela concernait Adonis, tu t'en fichais pas mal de blesser un médecin où l'autre qui n'aurait pas fait correctement son boulot, oui, toi, la petite mêlée qui n'était qu'une adiutor, tu te permettais de les remettre en question. Et tu t'en fichais pas mal, le bien être du prince sans couronne en valait bien la peine. Tes doigts glissaient sur sa peau par endroit, avec une extrême douceur, veillant particulièrement à ne pas toucher des zones encore sensibles, refusant d'être l'instigatrice de nouvelles douleurs. Ce n'est qu'en revenant vers lui que tu lui donnes l'occasion de voir les failles de ton masque. Il ne te connaît que trop bien pour y être insensible. Ses doigts viennent se glisser contre ton menton, alors que ton regarde s'ancre pleinement dans le sien. Un sourire se glisse sur tes lèvres lorsque l'inévitable ce produit et qu'il t'interroge sans avoir à poser la moindre question, qans avoir à te forcer de quoi que ce soit. Il n'est pas là pour te nuire, il ne veut que ton bonheur. Si tu rechignes à lui parler du maître de l'eau, ce n'est pas par crainte de le fâché, mais parce que tu sais qu'il veut ce qu'il y a de mieux pour toi. Et l'un comme l'autre, vous savez pertinemment que ce n'est pas ce gars là. C'est probablement le pire. T'essaye d'y échapper, mais plus t'essayes, plus il s'impose dans tes pensées. C'est le maître de l'eau. Je ne sais pas pourquoi ça me touche à ce point, pourquoi il a cet effet sur moi. J'ai aucun contrôle... Et tu déteste ça, perdre le contrôle. Un soupire fend tes lèvres alors que tu secoues ta frimousses à la négative. L'agacement refait surface, comme une seconde peau. T'essayes de sourire, mais tu n'arrives qu'à formé une grimace étrange. Je suis désolée, je sais exactement ce qu'il est, je déteste ce qu'il est, mais il m'obsède... Si tu as peur des mots que tu pronconces, parce que cela rend la situation trop réelle, tu lui fais entièrement confiance et tu n'as pas peur de te confier à lui. Tu as peur de toi, de tes sentiments, incontrôlable, de tes sentiments, irrationnels. L'une de tes mains remontent, doucement, glisse contre la sienne avant de se refermer contre ton poignet.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1907
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) luaneshë / (gif) leslie (ace) / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Veda Kimora, une humaine de 23 ans qui a été sujette à des expériences comme rat de laboratoire du gouvernement.

‹ AGE : Vingt-cinq ans, un anniversaire qui approche alors qu'il ne voit que les barreaux d'une prison glaciale.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, son coeur ne bat pas pour elle et pour cause. C'est le frère jumeau de la princesse qui a brisé le coeur du Griffith, refusant d'accéder à sa requête aussi ambitieuse que dirigée par l'amour.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines est qualifié de sang argent. Autrefois, il serait né avec le sang bleu, reconnu par tous les eartanariens comme tel, mais une famille étrangère à forcer les Griffith à ployer le genou sous leur joug meurtrier.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 4), audace (niv. 4), leadership (niv. 4)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, Adonis n'est plus rien si ce n'est le prisonnier de Cal Oshun. Jadis, il était ambassadeur de sa nation.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment, même du fond de sa cellule humide.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une jeune mêlée issue de la nation de l'eau et qui, pourtant, la débecte complètement. Si leur relation a commencé de manière chaotique, désormais les deux sont comme des âmes soeurs.
‹ POINTS : 1969

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Sam 12 Aoû - 0:43

Aléa se mit à tourner autour de l’ambassadeur comme si elle avait les compétences nécessaires en médecine pour juger la qualité du travail des gens qu’Adonis payait une fortune pour qu’il le soigne ici, et non pas à l’hôpital. Il la laissa faire, sachant très bien que ça la rassurait. Adonis savait que la brune s’en voulait énormément d’avoir été séparée de lui, mais qu’auraient-ils pu faire ? Adonis avait sa petite idée en tête pour éviter de se sentir si démuni à l’avenir. Le brun ne réagit pas au touché de son adiutor, le lien qui les unit est tout sauf physique. Aléa, c’est la part de son âme qu’il a perdu quand il est né. Quelque part, la même année, Aléa a vu le jour, comme une pièce du puzzle que représente le jeune maître. Adonis soupire quand Aléa lui parle de son maître de l’eau. Une plaie, ce type, et probablement un résistant, bien que l’ambassadeur n’en sache rien. Si il en avait eu vent, l’homme serait déjà en train de croupir dans les prisons impériales. Adonis lâche le menton de la jeune femme et se dirige vers l’imposant lit dans lequel ils dorment à deux depuis les attentats. Comme lorsqu’ils ont été unis à 18 ans, ensemble à nouveau. Adonis sent son sang se glacer quand il entend la dernière phrase de la brune, alors qu’il ouvre les draps, il pose son regard sur la brune. « Tu ne peux pas te permettre une telle faiblesse. » Ses mots sont peut être durs, mais Adonis a peur. Il a peur que le maître de l’eau tente de la déstabiliser, de l’utiliser, et de le tuer lui aussi à travers elle. En assassinant Aléa, Adonis mourrait aussi. Après tout, si les Osanos avaient tués Isaiah, ils pourraient recommencer et s’en prendre au suivant sur leur site. Et le suivant, c’était lui. « Vient par ici. » Il continua d’ouvrir le lit, sachant que ni l’un ni l’autre n’aurait besoin des draps. Il faisait chaud, en plein mois de juillet, à Launondie. Heureusement le palais était frais, grâce aux ingénieurs famaeriens, mais les eartanariens qu’ils étaient n’étaient pas habitués aux fortes chaleurs. De plus, avec les pansements du dos d’Adonis, il ne supportait pas les draps sur sa peau quand il dormait. Adonis s’installa en tailleur sur le lit. Il attendait qu’Aléa vienne près de lui pour l’attirer et la faire grimper sur le lit. Il savait qu’au début, ce n’était pas facile pour Aléa de venir coucher près de lui. Après tout elle savait très bien où était sa place, mais désormais Adonis considérait que tant qu’il n’était pas forcé à dormir avec Isaure, la place d’Aléa serait dans son lit, la nuit, pour les protéger au mieux. « Tu dois penser à nos objectifs en premier. Les sentiments à la cour sont des choses dangereuses. Si je me suis mis en tête de manipuler ceux du prince, ne croit pas que d’autres ne se sont pas mis en tête de manipuler les tiens. » Naïvement, Adonis pensait qu’il ferait craquer Cal, alors que tout l’inverse se produisait et que le brun refusait de l’admettre. Son conseil, il devrait l’appliquer, mais Adonis était aveugle à ses problèmes et tout particulièrement quand Aléa mentionnait les siens à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 170
‹ AVATAR : Ella Purnell
‹ CRÉDITS : @ Hollidaysee

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 126

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Sam 12 Aoû - 19:34


Save me from Myself
Adéa
L'exaspération s'infiltrait dans tes veines. Pas contre Adonis, mais contre toi même, parce que tu n'étais pas suffisamment forte pour échapper à cette obsession destructrice et dangereuse pour ton maître. Tu t'en voulais qu'il doive encore te le répété. Il l'avait déjà fait et pourtant, tu n'arrivais pas à te défaire de cette foutue obsession qui t'attirait à ce maître de l'eau comme une aiguillée attirée par un pôle magnétique. Tes lèvres se pinçaient, si fort que tes dents venaient légèrement mordre la chaire sans pour autant l'entailler. Tu finis par laisser échapper un soupire en te donnant l'impulsion suffisante pour le rejoindre sur le lit qu'il avait défait pour vous. Retrouver la chaleur de la peau de cette âme sœur si particulière avait quelques chose de rassurant. Tu venais à ton tour prendre place sur son lit, sans pour autant t'être débarrassée de tes vêtements. Naturellement tu te plaça en fasse de lui, adoptant la même position que lui. Ton regard s'ancra dans celui de ton fabuleux prince dépouillé de sa couronne. Je sais... Un murmure honteux franchissait le seuil de tes lèvres alors que ton regard le fuyait quelques seconde, quelques seconde seulement avant de retomber sur les iris noisettes du maître de la terre. Tu es et tu demeureras toujours mon unique priorité. Je ne laisserais pas des sentiments dévastateurs te nuire d'une quelconque façon que ce soit. Je te le promets. C'était important de poser de tel mot, de les lui confier. Jamais on ne t'avais chargée d'une chose plus importante que sa protection. Si il ne s'agissait que d'une vocation dans les premiers temps, le lien qui t'unissait à lui avait pris une ampleur qui dépassait à ton contrôle. Ton monde tournait autour de lui, pour qu'il survive, pour qu'il devienne l'homme important qu'il avait besoin de devenir. Et peu importe ce qu'il me fait ressentir, je n'y céderais pas. Je sais ce qu'il est et cela n'en vaut pas la peine. Un sourire, tu te penche légèrement alors que tes mains se tendent pour venir délicatement prendre celle de ton double, ton âme sœur, ton complémentaire. Tes doigts donnaient une légère pression contre le creux de sa main alors que tu lui offrait un sourire. Ce n'est pas comme s'il était le seul homme à pouvoir satisfaire mes besoins de femme. Un sourire entendu, presque malicieux alors que tes sourcil se soulèvent. Le pire, c'est que tu t'accrochais à cette idée, tu refusais de voir l'évidence... Ces hommes dont tu parlais qui pouvaient si bien te comble ne t’intéressait plus... Plus de la même façon. Tu te voilait la face, tu échappais au soupir de ton cœur alanguis. Tu te serais perdue dans n'importe quel drap pour te prouver que ce n'était que cela... Que ce n'était qu'un besoin primaire. Ce serait presque plus simple si toi tu pouvais. Un léger rire, tu essayes de te détourner de ce sujet, de rendre cette situation plus légère, avec cette pointe d'humour sur votre incapacité à vous combler de cette façon. Tu laisses échapper un nouveau rire, amusée. Ce n'est pas très sérieux.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1907
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) luaneshë / (gif) leslie (ace) / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Veda Kimora, une humaine de 23 ans qui a été sujette à des expériences comme rat de laboratoire du gouvernement.

‹ AGE : Vingt-cinq ans, un anniversaire qui approche alors qu'il ne voit que les barreaux d'une prison glaciale.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, son coeur ne bat pas pour elle et pour cause. C'est le frère jumeau de la princesse qui a brisé le coeur du Griffith, refusant d'accéder à sa requête aussi ambitieuse que dirigée par l'amour.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines est qualifié de sang argent. Autrefois, il serait né avec le sang bleu, reconnu par tous les eartanariens comme tel, mais une famille étrangère à forcer les Griffith à ployer le genou sous leur joug meurtrier.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 4), audace (niv. 4), leadership (niv. 4)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, Adonis n'est plus rien si ce n'est le prisonnier de Cal Oshun. Jadis, il était ambassadeur de sa nation.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment, même du fond de sa cellule humide.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une jeune mêlée issue de la nation de l'eau et qui, pourtant, la débecte complètement. Si leur relation a commencé de manière chaotique, désormais les deux sont comme des âmes soeurs.
‹ POINTS : 1969

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Mar 29 Aoû - 10:42

Le dévouement de la jolie brune était une chose précieuse. Jamais Adonis n’aurait pensé avoir un adiutor telle qu’elle. Il avait fini par apprivoiser sa présence que le gouvernement lui imposait, et par découvrir la jeune femme qu’il avait en face de lui. Plus qu’une meilleure amie, elle était son âme sœur. La personne qui avait décidé de leur couple n’aurait pas pu mieux tomber. Adonis avait entendu des histoires de couples qui se haïssaient, qui préféraient même se donner la mort pour tuer l’autre au passage. Si Adonis n’avait de toute manière jamais eu de pensée suicidaire, il savait qu’il ne pourrait de toute façon jamais attenter à sa propre vie. Tout ça pour garder cette poupée sur la surface de la terre. Adonis lui offrit un sourire sincère, alors qu’elle tentait de le rassurer. Il voulait qu’elle soit heureuse, mais il était effrayé à l’idée de la perdre au profit d’un autre maître. Quelque part, Adonis était presque jaloux de celui qui pourrait ravir le cœur de son adiutor. Il laissa Aléa lui prendre les mains, et refermer ses doigts autour des siens. Quand elle mentionna le fait que d’autres hommes pouvaient la satisfaire, le jeune homme eut un sourire appuyé. Si lui passait son temps à batifoler, il n’allait pas blâmer Aléa d’en faire de même. Après tout, qu’avait-elle à faire quand lui s’amusait avec sa catin, ou avec Cal ? Adonis caressa doucement les doigts de sa belle, entre les siens. Et puis finalement, elle remet sur le tapis un sujet oublié depuis longtemps. Elle mentionne cette fois où ils ont essayé, cette fois dont à résulté leur grande amitié, si pure de tout autre sentiment. Elle en rit, la poupée, alors qu’Adonis a un sourire amusé. Il ne dit rien, lâche la main d’Aléa assez brusquement et lui attrape la nuque pour venir l’embrasser.

Rien. Rien ne remuait dans son bas-ventre, rien ne s’allumait en lui. Pas une once de désire. Il poussa un peu sa chance et prolongea le baiser, mais définitivement rien ne se passait. Adonis recula alors un peu sa bouche et soupire contre les lèvres humides de salive d’Aléa. Il la lâcha et haussa les épaules doucement. « C’est pas faute d’avoir essayé, pourtant. » fit-il avec un rire. Il s’allongea presque à la manière d’un félin sur son lit, les bras sous son coussin et le ventre contre le matelas. « Je ne veux pas que tu te retiennes pour moi, Aléa. Je veux simplement que tu fasses attention. Tu mérites de trouver un homme, ou une femme, qui te traitera correctement. Au-delà des traitres qui pourraient vouloir te voir morte pour m’éliminer facilement, je ne veux pas qu’un homme te brise le cœur. » c’était sincère, peut être la chose la plus sincère qu’Adonis avait dit depuis des semaines. Seule Aléa connaissait Adonis comme ça, seule elle le connaissait tout court, en fait. Elle savait tout, elle savait même ce qu’il y avait dans son cœur. Et plus le temps passait, moins il arrivait à le cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 170
‹ AVATAR : Ella Purnell
‹ CRÉDITS : @ Hollidaysee

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 126

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Lun 4 Sep - 9:48


Save me from Myself
Adéa
Il se détache de toi pour mieux te reconquérir. Ses lèvres viennent se plaquer contre les tiennes. Rien. Tu ne ressens strictement rien, si ce n'est un malaise grandissant. Tu as presque envie de le repousser, de mettre un terme à cette gêne qui s'infiltre sournoisement entre vous. Un sourire contre sa bouche, jusqu'à ce qu'il ne libère ton rire en s'écartant de lui. Un rire léger et caressant, alors que ton menton signe à la négative. Je m'en serais voulue de priver tes prétendantes de ta compagnie... Sans parler du prince. La dernière partie de ta phrase n'est qu'un murmure, une réplique tranchante et pourtant taquine. Il a beau prétendre qu'il n'est qu'une manœuvre politique de plus, tu sais pertinemment qu'il s'éloigne chaque mercredi un peu plus de cette réalité. Tu le laisses se vautrer dans son lit, venant prendre naturellement place à ses côtés. Ta tête s'enfonce dans la montagne de coussin alors que ton dos reposer contre le matelas. Tu fixes le plafond, tu te perds dans la contemplation de ton esprit, un instant, un instant seulement. Tu l'écoutes, attentivement, tu souris, avec douceur, touchée par l'affection qu'il te porte. Il est tout ce que tu possèdes... Et posséder est un bien grand mot. A moins que ce ne soit lui qui te possède. Mh. D'une certaine façon, oui. Il était le premier à t'avoir offert ce sentiment d'appartenance, ce sentiment d'amour et de tendresse. Aucun homme dans tout Askana ne saurait être dans ton ombre, mon prince. Un sourire, encore. Confidence à demi mot. Tu as fais du fils de la terre le centre de ton univers, à tel point qu'il serait difficile pour un autre de se hisser à la hauteur de ce prince sans couronne, et quand bien même il y parviendrait, cet homme là devrait accepté ta dévotion, accepter que quoi qu'il arrive, il passerait après celui que tu protèges. Aucun homme au monde n'accepterait un tel sort, tu ne le sais que trop bien. Un nouveau sourire alors que ton visage se tourne vers lui, lover contre son lit. Je croyais que c'était à moi de te protéger, pas le contraire. Un brin de malice qui danse dans la profondeur de ton regard. Le maître de l'air s'est toujours montrer protecteur vis à vis de ceux qu'il aime. Tu t'y es accoutumé, d'une certaine façon, mais tu n'oublies pas que de vous deux, tu es celle qui a les capacités et le devoir de le protéger, de vous protéger. Tu dois être suffisamment forte pour vous deux.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1907
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) luaneshë / (gif) leslie (ace) / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Veda Kimora, une humaine de 23 ans qui a été sujette à des expériences comme rat de laboratoire du gouvernement.

‹ AGE : Vingt-cinq ans, un anniversaire qui approche alors qu'il ne voit que les barreaux d'une prison glaciale.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, son coeur ne bat pas pour elle et pour cause. C'est le frère jumeau de la princesse qui a brisé le coeur du Griffith, refusant d'accéder à sa requête aussi ambitieuse que dirigée par l'amour.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines est qualifié de sang argent. Autrefois, il serait né avec le sang bleu, reconnu par tous les eartanariens comme tel, mais une famille étrangère à forcer les Griffith à ployer le genou sous leur joug meurtrier.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 4), audace (niv. 4), leadership (niv. 4)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, Adonis n'est plus rien si ce n'est le prisonnier de Cal Oshun. Jadis, il était ambassadeur de sa nation.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment, même du fond de sa cellule humide.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une jeune mêlée issue de la nation de l'eau et qui, pourtant, la débecte complètement. Si leur relation a commencé de manière chaotique, désormais les deux sont comme des âmes soeurs.
‹ POINTS : 1969

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Mer 13 Sep - 22:50

Adonis lui lance un sourire amusé. « Je ne dois pas fidélité à Cal, si c’est ce qu’il a envie, qu’il répudie sa Yinren et m’épouse à la place. » fait-il, apparement sur le ton de la plaisanterie, mais Aléa sait mieux que personne qu’il est plus sérieux que ce qu’il ne veut bien laisser paraitre. « Si j’avais été une femme, peut être que ça aurait été possible… Et encore, non, il aurait fallu que je sois une Flamaerienne. Erk. » fait-il avec un air dégouté, alors qu’il enfonce une moitié de son visage dans son oreiller. Il déteste le feu, l’élément, la culture, la nation, tout. Il n’aime pas la chaleur oppressante qu’il apporte et n’aime pas cette aura effrayante qui lui colle à la peau. Adonis observe Aléa, couchée à côté de lui. Il tend la main et glisse ses doigts contre sa joue. Elle sait qu’il a ce côte affectueux, un peu trop proche de ceux qu’il aime. Il veut les protéger, et pouvoir les aimer en paix. « Ce n’est pas ce que je veux. Tu ne peux pas vivre le restant de tes jours accrochée à mes basques sans vivre ta vie un minimum. Je sais que c’est ce que la loi exige, et je me fiche du sort des autres adiutor, mais tu es bien plus que ça pour moi. Tu protèges mon corps, et le tien, mais il ne t’incombes pas de protéger mon coeur. Tu le fais parce que tu le veux, et je protège le tien parce que je le veux. » Il l’aime tellement qu’il aimerait pouvoir l’aimer plus, à vrai dire. Il aimait pouvoir voir en elle la femme de sa vie, son amour avec un grand A. Il aimerait pouvoir vivre une idylle parfaite elle. Parfaite, parce que quand l’un mourra, l’autre mourra avec. C’est ça l’amour, vivre ensemble et seulement ensemble. Adonis ne peut qu’en rêver, son coeur en a choisi un autre et il ne peut plus faire semblant, ni le nier. Il aimerait avoir le courage de le lui dire, à Aléa, mais comment faire ? Alors il ne fait rien, il a encore besoin de se l’admettre à lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 170
‹ AVATAR : Ella Purnell
‹ CRÉDITS : @ Hollidaysee

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 126

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Jeu 14 Sep - 13:47


Save me from Myself
Adéa
Tes mains venaient se poser contre ton ventre alors que ton visage basculais vers lui. Ses propos résonnaient. A travers son rire, tu découvrais la vérité qu'il te dissimulait. Au fond, tu savais déjà que le prince de feu avait pris bien trop d'importance dans le cœur de ton précieux maître. Tu craignais qu'il ne ce soit fait prendre à son propre jeu, que ce fils flamaerien l'ait utilisé à son tour. Tu lui transpercerais le cœur avec une dague s'il avait abusé de ton précieux maître, d'une quelconque façon que ce soit. Tu ne savais pas quoi lui dire, quoi lui répondre, parce que même si ses mots étaient tintés d'humour, tu savais ce qu'ils dissimulaient. Ta main se tendait vers lui à la recherche d'un contact, alors que lui glissaient les siens contre ta joue. Tes doigts se posaient contre son bras, avec une douceur réconfortante. Tu l'écoutais à nouveau. parler de toi, cette fois. Un sourire venait fendre tes lèvres alors que tu détournais le regard pour fixer un point dans le néant. Il te connaissait, plus que n’importe qui au monde, il savait lire entre les lignes. Même si tu t'étais toujours montrée sincère et franche à l'égard de tout ce que tu ressentais, pour lui, pour tout. Cela ne t'empêchait pas d'éprouver une certaine pudeur lorsque lui prononçait des mots aussi fort, des mots qui faisaient écho en toi. Tes doigts étaient toujours accrochés à son bras, ils glissaient contre sa peau, presque naturellement. Tu sais comme moi que l'amour n'a rien avoir avec le mariage dans la noblesse. ce n'était un secret pour personne. Les mariages d'amour étaient rares dans la société dans laquelle ton prince sans couronne évoluait. Tu avais choisi des mots distants, car même si tu avais compris les sentiments qui le bouleversaient dans ses non-dits, tu comprenais aussi qu'il n'était pas prêt à se les avouer. Tu lui offrais une chance, de croire que lui et Cal pouvait s'aimer, malgré cette Yinren à laquelle l’héritier du feu était lié. Je ne parlais pas de fidélité. Tu n'es pas l'homme d'une seule personne, tu es bien trop généreux pour les satisfaire de ta présence. Un sourire. A nouveau. Tu essayais de rendre les choses plus légère qu'elle ne l'était, plus légère que ce que tu avais compris. Tu essayais de ne pas l'emprisonner dans des sentiments qu'il n'assumait pas complètement. Tu laissais échapper un soupir. Tu crois que j'aurais beaucoup de temps pour vivre ma vie lorsque tu auras récupéré ta couronne? Mh. Je n'ai ni le temps, ni l'envie de m'encombrer le cœur... Parce que tu finissais toujours par souffrir. Tu avais une vision obscure de ce monde, tu savais l'homme capable de tout, du pire comme du meilleur, particulièrement le pire.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1907
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) luaneshë / (gif) leslie (ace) / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Veda Kimora, une humaine de 23 ans qui a été sujette à des expériences comme rat de laboratoire du gouvernement.

‹ AGE : Vingt-cinq ans, un anniversaire qui approche alors qu'il ne voit que les barreaux d'une prison glaciale.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, son coeur ne bat pas pour elle et pour cause. C'est le frère jumeau de la princesse qui a brisé le coeur du Griffith, refusant d'accéder à sa requête aussi ambitieuse que dirigée par l'amour.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines est qualifié de sang argent. Autrefois, il serait né avec le sang bleu, reconnu par tous les eartanariens comme tel, mais une famille étrangère à forcer les Griffith à ployer le genou sous leur joug meurtrier.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 4), audace (niv. 4), leadership (niv. 4)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, Adonis n'est plus rien si ce n'est le prisonnier de Cal Oshun. Jadis, il était ambassadeur de sa nation.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment, même du fond de sa cellule humide.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une jeune mêlée issue de la nation de l'eau et qui, pourtant, la débecte complètement. Si leur relation a commencé de manière chaotique, désormais les deux sont comme des âmes soeurs.
‹ POINTS : 1969

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Jeu 14 Sep - 14:16

Aléa glissa ses doigts sur son bras, lui rendant l’affection qu’il lui donnait. Jamais il n’aurait pu rêver d’une adiutor comme elle. Il se souvenait encore, peu avant la cérémonie, d’avoir passé en revue les mêlés qui allaient sortir de l’académie la même année que lui. Il ne connaissait pas les mêlés, et n’avait à l’époque aucune idée du classement. Lequel était le plus puissant ? Pour savoir qui le suivait de près, car le plus puissant était pour Wanda. Au final, il avait hérité de son âme sœur. Adonis laissa retomber sa main et ferma les yeux un instant, alors que la fatigue l’envahissait. Il l’écouta attentivement mais ne dit rien. Finalement, il rouvrit les yeux, récupéra sa main qu’il glissa sous son oreiller et la regarda avec intensité. « Tu me brises le cœur, Aléa. » fit-il le plus sérieusement du monde. Il bougea un peu, pas tout à fait confortable. « Ne me dis pas que je suis la raison de ton éternel célibat. Je ne veux pas que tu survives juste pour m’empêcher de mourir. » il insistait, mais c’était important pour lui. Il soupira. « Quant aux mariage de noblesse, je le sais effectivement. Il n’empêche que la bienséance nous enjoint à la discretion. Quand j’aurai trouvé qui j’aime, je devrai me cacher, alors que toi, tu pourras le vivre au grand jour. Ca doit être bien, de pouvoir embrasser l’homme de ta vie quand tu en as envie. » L’homme de sa vie, il avait déjà choisi un genre, parce qu’inconsciemment son cœur avait déjà choisi qui était l’heureux élu. Adonis bailla et étouffa la fin de son bâillement dans son oreiller. « Ce qui est certain, c’est qu’Isaure ne m’aimera jamais, et que je ne l’aimerai jamais. Mais je n’aurai sans doute pas à l’épouser, puisque je compte devenir roi avant. » et il n’épousera personne sinon une eartanarienne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 170
‹ AVATAR : Ella Purnell
‹ CRÉDITS : @ Hollidaysee

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 126

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: Save me from Myself Hier à 13:21


Save me from Myself
Adéa
Un rire qui s'échappe de tes lèvres, léger et franc alors qu'il plonge son regard dans le tiens, regrettant que tu ne t'épanouisse pas au delà de lui. C'est sans doute le moment de lui dire que tu as couché avec son cousin... Tu ne le lui as pas encore dis. Tu ne le lui as pas caché non plus. ce n'était pas si important au fond... c'était une fois, un exutoire à la fatigue qui te rongeait. Tu pinces tes lèvres. tu cherches les mots, mais il n'y en a pas vraiment pour avouer ce genre de chose. Tu sais qu'il ne te jugera pas, pas plus qu'il ne t'en voudras... Vous avez vos histoires respectives, vous n'avez jamais éprouver le besoin d'en faire étalage auparavant. L'autre Griffith n'était pas bien différent de ses autres avec qui tu partageais ton lit. Il n'y avait rien à dire de particulier, une histoire d'un soir, deux âme en perdition s’abandonnant à la passion. Adonis, ne t'en fais pas pour moi,tout va bien. Et si ça peut te rassurer, j'ai couché avec Isaak un peu avant le festival de dragondale.  Tes orbes roulent pour s'aventurer à nouveau sur le plafond. Tu ne comptes pas t’étendre sur le sujet, non, tu voulais juste lui prouver que ta vie n'était pas morne et morose, qu'elle ne se limitait pas à lui, même s'il prenait une place considérable. Tes lèvres se pincent l'une contre l'autre alors que tes mains viennent se déposer contre ton ventre, sentant l'air emplir ton être à chacune de tes inspirations. Tu l'écoutais. Tu n'étais pas certaine que ce serait plus facile pour toi. La preuve en était de ce fichu maître de l'eau qui hantait tes pensées. Tu douterais toujours des intentions de ces gens qui s'approchent de toi... Pour atteindre ton propre maître. Puis finalement, les révélation déchirante. Tu obtiendras cette couronne. Je te promets que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour qu'elle te revienne. Tu pourras enfin être le roi que tu mérites d'être. Une promesse, emplie de certitude. Si seulement...
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Save me from Myself

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» save water, drink champagne. (asa)
» Association de Défense des Koalas - Drew Miller
» Savy + Let me be the one to lift your heart up and save your life I don't think you even realize baby you'd be saving mine
» HOW TO SAVE A LIFE | Callum & Arya
» To save all we must risk all (loevenxzola)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: LAUNONDIE :: palais des flammes-