AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
soutenez le forum
Vous voulez gagner des points facilement ? Alors soutenez le forum
en votant sur les top-site et en remontant nos fiches de pub !
les pouvoirs des maîtres
Attention, les maîtres contrôlent leur élément mais ne savent simplement pas se battre et se défendre avec celui-ci.
résistance
N'oubliez pas que la résistance est pour les Maîtres et ne s'occupent que des droits des Maîtres.
Les Mêlés/humains n'y sont pas représentés puisque la résistance ne se soucie pas de leurs droits.
première intrigue !
Venez participer à la première intrigue du forum !

Partagez| .

ain't no sunshine when she's gone (maviza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 480
‹ AVATAR : dominic sherwood.
‹ CRÉDITS : av (@queen élo)

‹ AGE : vingt-trois années noyées dans les flammes de la vengeance et de la colère. vingt-trois années livré aux flammes destructrices et impitoyables.
‹ STATUT : fiancé à liza valaeris, à la fois ennemi et amante, tendresse et destruction. une union non-désirée, une guerre à venir.
‹ SANG : royal, bleu, aussi pur qu'il est possible de l'être. maven est fier de pouvoir s'en targuer. au-dessus des autres, il ne cesse de l'afficher sans vergogne.
‹ METIER : magistrat au département de la justice, optant toujours pour la peine la plus lourde possible. plus le sang sera versé, mieux sa conscience se portera.
‹ ALLEGEANCE : à isaure, sa lumière étincelante et à la couronne, plus généralement. mais maven devrait apprendre à ne dépendre que de lui-même très prochainement.
‹ ADIUTOR : tami, fidèle protectrice soumise aux flammes de la tempête maven. parfois amis, parfois rivaux, il sont cependant contraints à se supporter.
‹ POINTS : 1770

MessageSujet: ain't no sunshine when she's gone (maviza) Jeu 13 Juil - 21:50

seconds from my heart, a bullet from the dark. Helpless, i surrender, shackled by your love. Holding me like this, with poison on your lips. Only when it's over, the silence hits so hard.


         Rapidement après l'attaque meurtrière de Dragondale, la famille royale avait été rapatriée dans ses quartiers royaux, au cœur de la capitale. Les Oshun étaient en permanence entourés de plusieurs gardes du corps et les adiutors avaient reçus la consigne de ne jamais quitter leurs maîtres. La crise avait touché les argents les plus importants d'Aksana, qui avaient rapidement fuit la terrible capitale du feu et les morts qui hantaient ses rues, désormais. Le blond était encore sous le choc de ce qui s'était produit, quelques jours auparavant. Il revoyait sans cesse les corps sans vie, étendus au sol. Les lamentations des agonisants résonnaient inlassablement dans sa tête. Un massacre sans nom, une barbarie sanglante, voilà ce qui s'était abattu sur le royaume d'Aksana. Cela ne le préoccupait guère, en réalité. Les horreurs étaient monnaie courante dans la vie du maître du feu. Non, ce qui l'inquiétait, c'était les conséquences qu'aurait cette attaque terroriste. Car ces rebelles n'en resteraient pas là, tu en étais certain. Ils continueraient à attaquer la royauté et ses vassaux, incessamment, jusqu'à ce qu'ils obtiennent ce qu'ils désiraient tant. Des heures sombres s'annonçaient pour l'empire et Maven pouvait presque percevoir la guerre sous-jacente qui se cachait sous ces premiers affrontements. Et il ne s'inquiétait pas pour lui, ni pour la vie des siens ou de ses sujets. Non, la seule chose qui lui importait, c'était la sécurité de sa précieuse sœur. Isaure avait été sévèrement blessée, lors de l'attaque et tu avais passé de nombreuses nuits à son chevet, oubliant par là même tes propres blessures. Rien ne comptait plus qu'elle. Le monstre Oshun, pourtant pourvu d'humanité, avait hurlé et crée des scandales au cœur du palais des flammes, afin de faire entendre sa voix, que l'on avait trop tendance à négliger. Il avait été érigé en arme et comptait  bien mettre à profit son expérience des combats et du sang, pour assurer la sérénité de son aînée. Car si Isaure venait à rendre son dernier souffle … Dieu seul savait ce qu'il serait capable de faire. Retourner un royaume entier, entraîner peur et mort dans son sillage. Il n'aurait plus aucune limite, si le soleil de son existence venait à disparaître de son univers. Tel un animal domestiqué, Maven s'agenouillait devant sa sœur, accomplissant ses moindres volontés, dans l'espoir d'obtenir quelques caresses satisfaisantes. Un chien docile et féroce, une âme loyale par-delà la mort. D'ailleurs, alors même qu'il avais été séparé d'Isaure durant les explosions, il n'avait qu'une chose en tête : la retrouver. Et l'amener, saine et sauve, hors de cette attaque d'une ampleur inouïe. Sa propre sécurité lui importait peu, en réalité. Sa vie n'avait guère de valeur à ses yeux, puisque son univers entier tournait autour de son aînée. Pas d'amis, pas d'amants, pas de relations de cœur. Il ne laisserait pas de malheureux derrière lui, lorsque son corps retournerait à la poussière. Même sa fiancée ne le pleurerait pas. Au contre, Maven s'attendait plutôt à ce que la belle Elizaveta organise une fête pour l'événement. « Monsieur Oshun. » Un serviteur vint tirer l'enfant de ses sombres pensées et gardait obstinément la tête baissée. Le jeune homme était à l'origine d'une nouvelle légende aussi ridicule que plaisante, à savoir que le contact de ses simples prunelles était capable d'embraser les corps. Une réputation qui avait son utilité, parfois. Mais qui était également pourvue d'un versant négatifs. Les gens ne s'approchaient qu'à contre cœur d'une créature pareille. D'autant plus qu'il était également connu pour ses pulsions violentes, même au beau milieu de réceptions mondaines et sa manie – non-négligeable – de briser les os sur son passage. « Votre … Votre Mère, l'impératrice Camilla, tenait à vous rappeler que votre fiancée, mademoiselle Valaeris, quittera le palais demain à la première heure, pour retourner dans sa nation. » Et sur ce, la petite créature détala à toute allure, désireuse de s'éloigner de l'imprévisible enfant Oshun. Comme il la comprenait. Lui-même n'aurait pas eu envie de s'approcher de sa propre personne, si la situation avait été inversée. Maven fit craquer les jointures abîmées de ses doigts, vestige de l'explosion qui l'avait projeté au sol. Il avait récolté une jolie infection qui l'avait cloué au lit durant quelques jours, ainsi que de nombreux hématomes et os brisés. Ce qui ne dérogeait que peu avec les blessures qu'il obtenait au quotidien, en se créant des bagarres de rues, pour des motifs aussi insignifiants que puérils. Mais se battre, sentir l'adrénaline courir sans ses veines … C'était la seule chose qui le faisait se sentir vivant. Car il avait l'impression d'errer dans une vie bien sombre et dénuée d'intérêts. S'il n'y avait pas Isaure, il aurait été prêt à parier que sa vie aurait déjà touché à sa fin. Rien ne le rattachait à ce terrible monde et surtout pas cette famille qu'il haïssait profondément. Être un prince Oshun n'avait pas grand intérêt à ses yeux. Il se fichait des privilèges et d'appartenir à la maison royale. Maven était bien loin de toutes ces préoccupations politiques, qui le forçaient d'ailleurs à épouser une princesse de glace, aussi cinglante que désirable. L'enfant n'avait pas revu son ambivalente fiancée depuis l'attaque, alors même qu'il était venu la taquiner. Cependant, leur rivalité légendaire avait connu une certaine accalmie, ces derniers temps. Depuis que vous étiez arrivés à Launondie, Maven l'avait précautionneusement évité, car il avait encore le goût de ses lèvres sur les siennes et ses mains ne demandaient qu'à retrouver les courbes enchanteresses de la jolie blonde. Il savait qu'elle avait été blessée également, lors de l'attentat perpétré à Dragondale mais n'avait pas eu le cœur – ou le courage – de se présenter au chevet d'Elizaveta. D'ailleurs, il doutait fortement que cette dernière ne se plaigne de son absence. Bien entendu, le jeune homme l'avait croisé de nombreuses fois, autant dans la capitale qu'à Dragondale mais un silence s'était installé entre eux. Il était toujours en colère contre elle, pour ce couteau qu'elle lui avait habilement planté dans le dos. Pourtant, il sentait toujours son cœur se serrer un petit peu, à sa vue. Mais il mettait cela sur le compte de diverses excuses ridicules qui ne trompaient personne. Même pas lui. Mais elle partait demain et, contrairement à ce qui avait été prévu, il n'allait pas l'accompagner. La situation était bien trop délicate et l'impératrice s'était montrée formelle : la famille Oshun devait présenter un front uni contre l'adversité. Avec un soupir sonore, le maître du feu se dirigea vers les quartiers qu'occupait la Valaeris. Il ne prit pas la peine de frapper. Après tout, le palais lui appartenait. Il était maître entre ses murs. « Elizaveta ? » La chambre de la belle était plongée dans la pénombre et il ne remarqua sa gracieuse silhouette que grâce aux pâles rayons de lune qui éclairaient l'endroit. Allongée sur le lit, telle une princesse plongée dans un sommeil immortel, elle semblait attendre le baiser d'un prince charmant pour ouvrir ses beaux yeux dorés. Ses longues boucles pâles formaient un halo autour de son visage qui, pour une fois, semblait en paix. Une chose que peu de personnes pouvaient se vanter d'avoir vu. Son visage était d'ordinaire orné d'un masque de circonstance, aussi froid qu'intransigeant. Maven s'arrêta à quelques pas de l'immense lit sur lequel elle reposait, tiraillé entre l'envie profonde de tourner rapidement les talons et celle de venir s'allonger auprès d'elle. Son corps entier la réclamait. Et notamment sa virilité, qui ne cessait de peindre une Elizaveta dénudée dans ses rêves. Il aurait été si facile pour lui de la faire sienne alors qu'elle semblait si faible, à ce moment précis. « Si c'est une mascarade pour ne pas avoir à me parler, sache que je viens de la part de mon adorable génitrice. Elle voulait s'assurer que tout était en ordre pour ton départ. » Heureusement ou malheureusement, selon les moments, Maven retrouverait bien vite sa promise. Les futurs époux n'étaient que très peu séparés, comme le voulait la tradition. Et, à son plus grand désespoir, cela signifiait qu'il serait de nouveau éloigné de sa chère sœur. « Est-ce que … Est-ce que tout va bien ? » Il n'y avait plus la moindre trace de colère ou de désir d'opposition, dans sa voix. Juste une lassitude et une once de chagrin qui ne demandaient qu'à être apaisées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

ain't no sunshine when she's gone (maviza)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Nouveaux tests TCS 2009
» Fards à paupières MAC PRO
» Pour les scéptiques sur les sièges dos à la route...
» britax boulevard
» Minimiss qui sera la plus belle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: LAUNONDIE :: palais des flammes-