AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
tensions à aksana
Un climat de tension règne à Aksana depuis les fouilles faites par l'Empire.
Envie d'en savoir plus? Vient lire la gazette!
intrigue II - LE MARIAGE IMPERIAL
L'épisode trois de la saison une a été posté, il s'agit du mariage impérial unissant Saeko Yinren et le prince héritier. Viens donc y participer!
début de la maintenance le 22/09
On vous le rappellera par mp d'ici là.

Partagez| .

no man's land (griffith cousins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1907
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) luaneshë / (gif) leslie (ace) / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Veda Kimora, une humaine de 23 ans qui a été sujette à des expériences comme rat de laboratoire du gouvernement.

‹ AGE : Vingt-cinq ans, un anniversaire qui approche alors qu'il ne voit que les barreaux d'une prison glaciale.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, son coeur ne bat pas pour elle et pour cause. C'est le frère jumeau de la princesse qui a brisé le coeur du Griffith, refusant d'accéder à sa requête aussi ambitieuse que dirigée par l'amour.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines est qualifié de sang argent. Autrefois, il serait né avec le sang bleu, reconnu par tous les eartanariens comme tel, mais une famille étrangère à forcer les Griffith à ployer le genou sous leur joug meurtrier.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 4), audace (niv. 4), leadership (niv. 4)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, Adonis n'est plus rien si ce n'est le prisonnier de Cal Oshun. Jadis, il était ambassadeur de sa nation.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment, même du fond de sa cellule humide.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une jeune mêlée issue de la nation de l'eau et qui, pourtant, la débecte complètement. Si leur relation a commencé de manière chaotique, désormais les deux sont comme des âmes soeurs.
‹ POINTS : 1969

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: no man's land (griffith cousins) Mar 11 Juil - 12:41

Comment ne pas aimer Greenstall ? Son vent frais, sa verdure, ses habitants. Tout en la capitale d’Eartanera respirait la vie. Il était ici en terre conquise depuis des milliers des années. Les pavés avaient été jadis foulés par les rois et les reines nommés Griffith. Adonis adorait sa ville, plus que tout au monde. Y revenir lui faisait toujours un bien fou. Habitué à la chaleur de Flamaerin, il portait une chemise un peu plus robuste pour son retour sur ses terres natales. La forêt qui bordait la ville était visible en arrière plan de cette forteresse imprenable. Les hautes murailles du palais de sa famille étaient déjà visibles. Il refusa de traverser la ville en voiture, préférant prendre son temps. Hélas, la fidélité de sa famille à la couronne de flammes avait provoqué un besoin en impôts plus lourd, et le tribut était payé par les habitants eux-même. Pendant qu’il traversait la capitale eartanarienne, le brun vit des mendiants supplier pour une pièce. Thomas Griffith était clair à ce propos : pas une pièce. Il savait que lorsqu’Ariane prendrait le pouvoir, ça changerait. Elle était bonne et aiderait les leurs, mais les mendiants n’étaient pas tous les leurs. La plupart étaient des humains, ou des mêlés trop vieux que pour devenir adiutor. Des rescapés d’une guerre qui leur a tout pris au profit de la liberté. Adonis n’allait pas les plaindre. Derrière lui, Aléa marchait, le regard alerte. Les Griffith étaient aimés, mais plus autant que du temps où ils étaient rois. La couronne était enterrée avec son dernier possesseur, et Adonis n’aura aucun mal à violer la sépulture de son grand père si ça voulait dire récupérer le granit qui lui revenait de droit.
Pris dans ses pensées de grandeur, il ne se rendit pas compte qu’il était déjà en train de franchir les portes du palais de Greenstall. Il regarda derrière lui, seuls les beaux quartiers étaient si proches du palais, et des riches le regardait avec ce même air de respect qui collait aux eartanariens encore fidèles à leur ancienne couronne. La porte se ferma et Adonis se tourna vers Aléa. « Va te reposer. » fit-il avant de s’éloigner. Ici, personne ne lui ferait du mal. Assassiner un Griffith au sein de sa propre demeure était passible d’une sentence pire que la mort elle-même. Le brun se dépêcha de se rendre dans un bureau qu’il s’était approprié. Datant de l’époque de la royauté eartanarienne, le bureau était spacieux et luxueux. Isaak s’y trouvait déjà et il lui lança un sourire. « L’art d’arriver toujours plus ou moins en même temps ne nous quitte définitivement pas. » et pour cause, ils étaient pratiquement né en même temps. Le lien qui les unissait relevait presque du lien gémellaire. « Tu tombes bien, Isaak, nous devons parler. » Adonis n’en dit pas plus, l’esclave qui était revenu de Launondie avec lui entra dans la pièce pour lui apporter les papiers qu’il avait exigé. Adonis le renvoya d’un geste de la main et fourra une lettre entre les doigts d’Isaak. « J’ai un espion qui a entendu parler des Osanos, apparemment situés près de Foshin. D’après lui l’Osanos qu’il file a des informations sur Isaiah, mais il a perdu sa trace. C’est un humain, un incapable, j’ai besoin d’envoyer quelqu’un de compétent. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 450
‹ AVATAR : Logan Lerman
‹ CRÉDITS : autumnleaves (ava) ; ASTRA (signa)

‹ AGE : vingt-cinq années à baisser la tête dans l'ombre pour mieux observer les reflets lumineux d'une scène sur laquelle il ne pose jamais les pieds
‹ STATUT : délibataire pour mieux profiter de sa liberté, il n'a pas le temps de se consacrer à une fiancée
‹ SANG : sang argent, un statut confortable qui lui permet beaucoup de choses, mais qui l'expose lui et sa famille aux jalousies
‹ COMPETENCES : diplomatie (2) évaluation (2) & fraternité (2)
‹ METIER : sa relation exemplaire avec son adiutor en fait le parfait représentant de la commission des mêlés. Il use de cette place pour, patiemment, se montrer au monde
‹ ALLEGEANCE : sa famille, les siens, ceux qu'il doit protéger. Ce n'est qu'à eux qu'il donne sa fidélité pleine et entière.
‹ ADIUTOR : une jaune aux cauchemards violents, une jaune à la chevelure d'ébène qu'il caresse pour éloigner les démons qui la frôlent
‹ POINTS : 1614

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: no man's land (griffith cousins) Mer 12 Juil - 17:05

Isaak avait reçu avec joie l’invitation à l’anniversaire de sa tante. Il n’en pouvait plus de la capitale et de ses chaleurs étourdissantes, et souvent se maudissait, lui et son ambition, de ne pouvoir résider dans aucune autre ville un peu plus venteuse. Il était un vrai Eatanerien, amoureux de son air, de son vert, de ses espaces. La sensation de ne pas avoir la peau poisseuse de sueur en plein été était un véritable luxe dont il profitait pleinement, le sourire aux lèvres. Nahia, en face de lui, avait regardé d’un mauvais œil qu’il ouvre la fenêtre de sa voiture, toute entière consacrée à sa sécurité, et il avait simplement rétorqué « Je suis un homme qui rentre sur ses terres natales et qui a besoin de respirer son pays. » Comme beaucoup de Griffith, Isaak était viscéralement attaché à ce morceau de terre et à tout ce qu’il représentait pour lui. Un foyer inviolable, une sécurité. Cette sécurité qu’il avait l’impression de perdre sitôt qu’il posait les orteils sur les terres du feu. Là, enfin, son sourire prenait ses rondeurs enfantines caractéristiques du garçon prodige qui rentre enfin chez lui après avoir accompli son travail ailleurs.

La voiture les arrêta juste au-devant du palais et, embrassant le quartier d’un regard, Isaak se promit de venir traîner ici dès qu’il en aurait la possibilité, puis de s’enfoncer dans des boyaux un peu plus sordides qu’il fréquentait adolescent, après avoir fait le mur. Il savait cependant qu’il n’exécuterait pas la seconde partie de son plan : toutes ses nuits, il devait les passer près d’elle, dans le secret de leur lien. Il ne congédia Nahia qu’une fois arrivé devant le bureau d’Adonis et, après avoir remis une mèche derrière son oreille, lui dit d’aller demander à ce qu’on prépare sa chambre. La jeune femme le laissa seul devant les lourdes portes luxueusement ouvragées. Une fois de plus, Isaak eut un soupir. Adonis et sa folie des grandeurs jamais ne feront les choses à moitié. Connaissant son cousin, il savait qu’il viendrait ici en premier lieu. Alors qu’Isaak pouvait travailler dans n’importe quelle pièce tant qu’elle contenait un bureau, du papier, et une machine, l’essentiel de ses données étant dans sa tête ou dans la mallette qu’il avait toujours sur lui, Adonis s’était donné un cadre très riche et plein de beauté.
Quand Adonis arriva, Isaak eut le droit à ce grand sourire dont son cousin avait le secret. Il lui renvoya le sien, moins solaire, mais tout aussi franc. Il acquiesça quand Adonis exprima le souhait de lui parler et, s’installant dans le fauteuil en face du sien, séparé par le massif meuble qu’était le bureau de travail de son cousin, il l’écouta. Il tiqua. Tous les deux étant animés du même pressentiment, celui qu’Isaiah n’avait pas été la victime d’une mort accidentelle, ils avaient décidé d’enquêter par leurs propres moyens, se passant de l’aval de leur père et oncle et déployant le réseau d’espions, assez considérable, qu’Adonis avait mis en place. Une folie des grandeurs, qui pouvait s’avérer une qualité bien utile, d’après le pragmatique Isaak. « Les humains sont incompétents, tu devrais vraiment faire attention avant d’en employer un. » Isaak était un maître, un noble, pour qui la hiérarchie du sang avait beaucoup de valeur. Il regarda le document qu’Adonis lui avait remis, jugeant la richesse de ses informations dans un coup d’œil rapide. Il avait l’habitude d’analyser des documents pour en retenir uniquement l’essentiel. « Il a au moins réussi à faire avancer notre enquête de quelques pas… As-tu le nom de l’Osanos en question, cher cousin ? » s’enquit-il alors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
administrator
avatar
administrator
‹ MESSAGES : 1907
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) luaneshë / (gif) leslie (ace) / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Veda Kimora, une humaine de 23 ans qui a été sujette à des expériences comme rat de laboratoire du gouvernement.

‹ AGE : Vingt-cinq ans, un anniversaire qui approche alors qu'il ne voit que les barreaux d'une prison glaciale.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, son coeur ne bat pas pour elle et pour cause. C'est le frère jumeau de la princesse qui a brisé le coeur du Griffith, refusant d'accéder à sa requête aussi ambitieuse que dirigée par l'amour.
‹ SANG : Le sang pourpre qui coule dans ses veines est qualifié de sang argent. Autrefois, il serait né avec le sang bleu, reconnu par tous les eartanariens comme tel, mais une famille étrangère à forcer les Griffith à ployer le genou sous leur joug meurtrier.
‹ COMPETENCES : charisme (niv. 4), manipulation (niv. 4), audace (niv. 4), leadership (niv. 4)
‹ METIER : Traitre à la couronne impériale, Adonis n'est plus rien si ce n'est le prisonnier de Cal Oshun. Jadis, il était ambassadeur de sa nation.
‹ ALLEGEANCE : Lui-même. Adonis a fomenté plusieurs alliances en échange d'une couronne qu'il attend encore patiemment, même du fond de sa cellule humide.
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une jeune mêlée issue de la nation de l'eau et qui, pourtant, la débecte complètement. Si leur relation a commencé de manière chaotique, désormais les deux sont comme des âmes soeurs.
‹ POINTS : 1969

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: no man's land (griffith cousins) Mer 19 Juil - 22:04

Le sourire de son cousin lui réchauffa le coeur. Se trouver avec celui qu’il estimait être un véritable frère plus qu’un cousin lui faisait du bien. Le jeune homme avait certes d’excellents amis – les meilleurs – ils n’étaient pas des Eartanariens, et encore moins des Griffith. Seul Isaak le comprenait réellement si bien, avec peut être Aléa. Adonis s’installa dans un majestueux fauteuil qui ne lui aurait probablement jamais appartenu si les Griffith étaient restés rois et reines de leurs terres. Ce bureau serait à Ariane, et non le sien. Mais Adonis aimait s’emparer des choses que l’héritière était censée posséder, surtout quand il savait qu’elle n’en voulait même pas. Adonis hocha doucement la tête, pensant à son esclave et espion. Ce n’était pas lui qu’il avait envoyé, pas encore. Car il comptait bien le faire, mais pas seul. Il voulait trouver un mêlé pour l’accompagner, et le protéger. Mais Aléa refusait de quitter son maître, elle était trop attachée à son devoir. « Ils savent se faire discrets, précisemment parce que nous leur accordons aucun crédit, cher cousin. » Adonis laissa son dos se caler dans le dossier de son fauteuil et posa son regard d’ambre sur celui, bleu acier, de son cousin. « Il s’agirait apparement de Merle. Une Osanos tout ce qu’il y a de plus banal : insupportable. » Adonis fit en accompagnant le qualificatif d’une légère moue boudeuse. Il n’aimait aucun Osanos, mais Merle et Atalante détenaient le pompomp de sa non affection. « Je ne peux pas envoyé mon espion seul. Les Osanos ne sont pas idiots et ce serait suicidaire de les considérer ainsi. Si j’envoie Tomas seul, il y a de fortes chances qu’il se fasse attraper et tuer. » Adonis attrapa un morceau de marbre sur le bureau, un objet d’entrainement classique pour tous les maîtres nés – comme eux – à l’aube de la paix. Ils ne pouvaient que faire voltiger l’objet, lui donner une forme, le transformer en cheval de roche et le faire courrir sur le bureau. Voilà tout ce qu’ils pouvaient faire. D’ailleurs, grâce à un mouvement de ses doigts, le rocher s’éleva au dessus de son autre main tendue. Il réfléchissait, le regard perdu sur ce morceau de marbre noir, strié de lignes blanches. Il fini par l’attraper au bout de quelques secondes, et le garda dans son poing fermé. « C’est un mêlé qu’il me faut. » Il le savait depuis le début, cette réflexion avait plutôt servi à savoir si il en parlerait à Isaak ou non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 450
‹ AVATAR : Logan Lerman
‹ CRÉDITS : autumnleaves (ava) ; ASTRA (signa)

‹ AGE : vingt-cinq années à baisser la tête dans l'ombre pour mieux observer les reflets lumineux d'une scène sur laquelle il ne pose jamais les pieds
‹ STATUT : délibataire pour mieux profiter de sa liberté, il n'a pas le temps de se consacrer à une fiancée
‹ SANG : sang argent, un statut confortable qui lui permet beaucoup de choses, mais qui l'expose lui et sa famille aux jalousies
‹ COMPETENCES : diplomatie (2) évaluation (2) & fraternité (2)
‹ METIER : sa relation exemplaire avec son adiutor en fait le parfait représentant de la commission des mêlés. Il use de cette place pour, patiemment, se montrer au monde
‹ ALLEGEANCE : sa famille, les siens, ceux qu'il doit protéger. Ce n'est qu'à eux qu'il donne sa fidélité pleine et entière.
‹ ADIUTOR : une jaune aux cauchemards violents, une jaune à la chevelure d'ébène qu'il caresse pour éloigner les démons qui la frôlent
‹ POINTS : 1614

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: no man's land (griffith cousins) Ven 28 Juil - 15:40

Isaak aimait beaucoup converser avec son cousin. Leurs personnalités étaient très différentes l’une de l’autre, et finalement ils se complétaient bien. Adonis était plein d’expressions, de mimiques, alors qu’Isaak n’avait qu’une gamme peu variée de visages à montrer. Adonis aimait se montrer, Isaak jouait dans l’ombre. De chauds yeux d’ambre dans lesquels on se noie volontiers, des yeux de glace, froids, une banquise qui ne permet à personne d’y pénétrer.Mais tous deux avaient une chose en commun : de l’ambition. Une ambition pour toute une famille entière, la leur, qu’ils voulaient affranchir de la tutelle dangereuse d’un empire qui ne les protégeait pas assez.

Isaak sourit à la mimique de son cousin, acquiesçant à ses dires : lui non plus ne pouvait pas supporter les Osanos. A vrai dire, il supportait peu de monde. Il garda les yeux concentrés sur le visage d’Adonis alors que celui-ci faisait danser le morceau de marbre devant lui. Il attendit la suite, patiemment, sachant que son cousin testait quelque chose en lui. Qu’importe, il avait déjà toute la fidélité d’Isaak avant même d’avoir le front ceint de la couronne de granit : il était un Griffith, il avait les mêmes plans que lui, et il avait été le compagnon de jeux du garçon qu’Isaak avait été. Isaak connaissait Adonis comme on trace les lignes de sa propre main. « Le seul mêlé qui a toute ma confiance, c’est la mienne. » Nahia Basarab, cette étrange créature qui le protégeait depuis sa sortie de l’école, dont la finesse de sa silhouette ne laissait pas présager de sa force et de sa colère. Elle était sa mêlée. Elle était incapable de le trahir. S’il connaissait Adonis par cœur, pour avoir été élevé avec lui, il connaissait la jeune femme d’instinct. Quelque chose en elle résonnait comme le faisait les échos d’une musique familière. « Je ne suis qu’une personnalité secondaire des Griffith, personne ne remarquera l’absence de mon adiutor, alors que toi, tu t’affiches sans cesse à la cour. Et je ne sais pas ce que tu en penses, mais confier ça à un mêlé qu’on ne connaît pas, je n’en ai pas la moindre envie. Nahia m’est fidèle, et elle est efficace. Qui plus est, ce n’est pas une bavarde. » Elle saurait tenir sa langue et garder les secrets de son maître. Et Nahia comprendrait ses raisons, elle était la seule qui était capable d’une telle chose. Nul doute qu’elle accepterait sans rechigner les tâches ingrates qu’Isaak pouvait lui donner. C’était là une preuve de la confiance aveugle qu’il avait en elle : l’envoyer au loin, dans une mission périlleuse, où elle risquait d’y laisser la vie et celle de son maître au passage sans qu’il ne puisse faire quelque chose. Mais il était persuadé qu’elle allait revenir en vie, parce qu’elle avait autant besoin de lui que l’inverse. « Je crois, ajouta-t-il après avoir rassemblé ses souvenirs, qu’elle connaît l’adiutor de Merle. Je les ai vus ensemble au temps de l’académie… » Il ne précisa pas d’où lui venaient ces souvenirs, car même la jeune femme ignorait avoir été l’objet de trop nombreux regards de sa part à l’époque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

no man's land (griffith cousins)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Raz le bol des cousins !
» nombre de cousins ?
» COUSINS COUSINES
» Mariage de cousins germains !
» Les cousins de la marquise 14 et 15 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: into the past :: flashbacks-