AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
soutenez le forum
Vous voulez gagner des points facilement ? Alors soutenez le forum
en votant sur les top-site et en remontant nos fiches de pub !
les pouvoirs des maîtres
Attention, les maîtres contrôlent leur élément mais ne savent simplement pas se battre et se défendre avec celui-ci.
résistance
N'oubliez pas que la résistance est pour les Maîtres et ne s'occupent que des droits des Maîtres.
Les Mêlés/humains n'y sont pas représentés puisque la résistance ne se soucie pas de leurs droits.
première intrigue !
Venez participer à la première intrigue du forum !

Partagez| .

Open your heart and share your despair - Isaléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 201
‹ AVATAR : Logan Lerman
‹ CRÉDITS : autumnleaves (ava + gifs)

‹ AGE : vingt-cinq années à baisser la tête dans l'ombre pour mieux observer les reflets lumineux d'une scène sur laquelle il ne pose jamais les pieds
‹ STATUT : délibataire pour mieux profiter de sa liberté, il n'a pas le temps de se consacrer à une fiancée
‹ SANG : sang argent, un statut confortable qui lui permet beaucoup de choses, mais qui l'expose lui et sa famille aux jalousies
‹ METIER : sa relation exemplaire avec son adiutor en fait le parfait représentant de la commission des mêlés. Il use de cette place pour, patiemment, se montrer au monde
‹ ALLEGEANCE : sa famille, les siens, ceux qu'il doit protéger. Ce n'est qu'à eux qu'il donne sa fidélité pleine et entière.
‹ ADIUTOR : une jaune aux cauchemards violents, une jaune à la chevelure d'ébène qu'il caresse pour éloigner les démons qui la frôlent
‹ POINTS : 1127

MessageSujet: Open your heart and share your despair - Isaléa Ven 30 Juin - 19:22

Il travaillait à s’en arracher les yeux sur des brouillons de travail, avec pour mission de les rendre lisibles. Tâche ardue quand le commissionnaire l’ayant rédigé écrivait comme une taupe aveugle, tout en boucles et en traits se marchant dessus, et qu’il était fatigué. Très fatigué. Isaak Griffith n’était pas connu pour être un bourreau de travail, mais récemment, il lui arrivait plus fréquemment de rester tard dans les dossiers à sa charge, à les relire, les retaper à la machine, puis les relire encore afin d’éviter les coquilles et les ranger précautionneusement dans les chemises en papier. Il devait tout classer demain, de retour au bureau.
Le son de la machine emplissait sa chambre et le sourire d’Isaak avait laissé place à des sourcils froncés. Fatigué. Il était fatigué. Il devait pourtant continuer à travailler, pour sa réputation, pour son ambition, mais aussi tout simplement parce qu’il ne pouvait pas supporter le travail mal fait. Par les Sept, ce qu’il écrivait mal… Isaak soupira, et commençait à monter mentalement un projet pour interdire d’écrire comme un pied, quand un mouvement derrière lui le fit sursauter.

Derrière lui, à l’affut comme à son habitude, Aléa Dochain, l’adiutor de son cousin. Il eut un faible sourire dans sa direction. « J’avais déjà oublié que tu étais là, pardon. » On était mercredi et comme d’habitude, Adonis étant pris on ne savait où, la jeune femme profitait de son temps libre pour le surveiller lui. Il ne s’était pas soucié de faire la conversation et l’avait traité comme un meuble… Comme les autres idiots qui voulaient absolument limiter leur présence. Isaak ne les supportait pas. Bien sûr qu’interdire la maîtrise aux maîtres était idiot, mais faire des mêlés, qui plus est les adiutors, les victimes des rancœurs était stupide, et Isaak n’était pas de ceux-là. « Ce n’est pas ennuyant de passer la journée derrière le dos de quelqu’un ? Personnellement, je ne pourrais pas le supporter. » Ce petit blabla mettait à distance la jeune femme de lui. A Nahia, il ne faisait pas la discussion, parce que la présence de Nahia était naturelle. Comme la continuation de ses propres membres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 35
‹ AVATAR : Ella Purnell & Laura
‹ CRÉDITS : @ .cranberry & Paula, ma petite vache à tache

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 157

MessageSujet: Re: Open your heart and share your despair - Isaléa Sam 1 Juil - 8:37


Open your heart and share your despair
Isaléa
C'était l'un de ces mercredis où ton précieux maître de la terre te filait entre les doigts sans que tu ne puisses imaginer le retenir. Tu ne savais que trop bien à quel point ses entrevues avec le prince du feu était importante, bien plus importante qu'il ne le laissait entendre. Tu avais été assigné à la protection de son corps, mais c'est sur tout son être que tu veillait... Alors même si ses entrevues loin de ton regard était déraisonnable, elle apaisait son coeur et son âme, elle le comblait de bonheur. Tu profitais de ces instants pour te focaliser sur le cousin de ton prince sans couronne. Le brun échappait bien trop souvent à ton contrôle. Comme si ce n'était pas suffisamment compliqué de protéger deux maîtres, il fallait qu'ils te donnent du fils à retordre. Depuis le départ de Nahia, tu redoublais d'effort, dévorant ton temps de repos pour veiller sur celui qu'elle avait lâchement abandonner derrière elle. Plus tu y pensais, moins tu comprenais son geste. Tu ne supporterais pas de retrouver loin d'Adonis, de savoir qu'un autre adiutor veillait sur lui alors que c'était à toi de le sauvegarder. Tu puisais dans tes réserves pour ne pas relâcher la vigilance, bien au contraire. La plupart du temps, ce n'était pas un, mais deux maître que tu devais avoir dans ton champ de vision. Cette situation avait déjà commencé à rongé tes traits, creusant le dessous de ton regard avec des cernes violacées. La fatigue te gagne, ton corps endoloris est zébré par des picotement douloureux. Tu te mouves, réajuste ta position, tu te redresses pour faire quelques pas dans la chambre. Alertée par son sursaut, ton regard passe au crible sa chambre, jusqu'à se rendre compte que tu es l'unique responsable. Tes muscles tendus, le corps crispé, tu retournes te poser contre un mur, les mains croisées dans ton dos. Tes orbes viennent chercher les siennes. Il lui ressemble... Un peu. Tu ne connais que trop bien Adonis pour pleinement le retrouver dans son cousin. Mais les traits de cet autre Griffith te sont étrangement familier. Désolée. Un souffle, une voix rauque et brisée à force d'avoir garder le silence. Tu l'écoutes. Attentivement. Puis finalement tu laisses échapper un soupirs, haussant les épaules avec une nonchalance qui ne te ressemble pas. Ce serait plus ennuyant encore s'il t'arrivait quelques choses alors que je suis chargée de te protéger. Je ne laisserais pas cela arriver. Puis un sourire qui file sur tes lèvres alors que tu le toises, presque emprunt de douceur. Tu ne saurais pas parce que tu n'es pas née pour être un Adiutor. Tu es un Griffith, tu es né pour faire de grande chose. Tu bouges à nouveau, tu essayes de dénouer ton corps douloureux, sans qu'il ne puisse sans rendre compte. Ca t'fout en rage d'être aussi faible, de ne pas être au mieux de ta forme... S'ils leur arrivaient quelques choses, tu ne pourrais pas donner le meilleur de toi même pour les protéger... Et cette pensée te terrorise.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 201
‹ AVATAR : Logan Lerman
‹ CRÉDITS : autumnleaves (ava + gifs)

‹ AGE : vingt-cinq années à baisser la tête dans l'ombre pour mieux observer les reflets lumineux d'une scène sur laquelle il ne pose jamais les pieds
‹ STATUT : délibataire pour mieux profiter de sa liberté, il n'a pas le temps de se consacrer à une fiancée
‹ SANG : sang argent, un statut confortable qui lui permet beaucoup de choses, mais qui l'expose lui et sa famille aux jalousies
‹ METIER : sa relation exemplaire avec son adiutor en fait le parfait représentant de la commission des mêlés. Il use de cette place pour, patiemment, se montrer au monde
‹ ALLEGEANCE : sa famille, les siens, ceux qu'il doit protéger. Ce n'est qu'à eux qu'il donne sa fidélité pleine et entière.
‹ ADIUTOR : une jaune aux cauchemards violents, une jaune à la chevelure d'ébène qu'il caresse pour éloigner les démons qui la frôlent
‹ POINTS : 1127

MessageSujet: Re: Open your heart and share your despair - Isaléa Dim 2 Juil - 10:36

« Ennuyant ? Navrant oui, mais un meurtre est tout sauf ennuyant. Je dirais même que, passé la tragédie qu'il y a à perdre quelqu'un, ça peut être assez excitant. Nous n’avons pas la même définition des choses, mademoiselle Dochain. » dit-il avec un rire. Car, s’il devait lui arriver quelque chose, ce serait ça, il en était certain. L’assassinat de son cousin l’avait mis sur les dents, se méfiant de tout et de tout le monde. Il n’accordait sa confiance à Aléa simplement parce qu’Adonis le faisait. Et encore, elle n’était pas son propre adiutor. Beaucoup de choses devaient rester secrètes, même à elle. Il se retourna pour la regarder à sa réplique suivante, et lui lança un sourire sincère. Elle lui plaisait vraiment cette petite. Candide, dévouée toute entière à son maître qu’elle adorait comme le soleil, et le voyant un peu comme ça, lui aussi, éclaboussé par la lumière d’Adonis. Elle avait réussi à voir que sous cette couverture de cousin, de petit Griffith issu de la branche cadette, de jeune homme encore coincé par son âge à une position de simple secrétaire, elle avait perçu sa hargne, son ambition, cette volonté de mouler le monde à sa convenance sans en avoir l’air. Dissimulé dans l’ombre des coulisses pour mieux contrôler ce qui se déroulait sur scène. Aléa Dochain avait vu clair à travers son jeu. Ca avait quelque chose de rassurant, comme si Isaak trouvait enfin une personne digne d’intérêt dans cette masse grouillante d’âmes inutiles, mais d’inquiétant également. Parce que, si elle s’en était rendue compte, c’est que quelque chose perçait ? Son masque s’était-t-il effrité ? Comment pouvait-il attirer la sympathie de ses ennemis s’ils voyaient à quel point il leur voulait du mal et ne lui faisaient plus confiance ?
Quand il la vit incapable de rester immobile trop longtemps, il lui désigna le lit au fond de la pièce. « Tu devrais aller dormir. Tu ne nous seras d’aucune utilité, à Adonis et moi, si tu n’es pas capable de tenir debout à cause de la fatigue. » Il dit cette vérité d’une voix douce, pour mieux faire passer le message qu’il savait douloureux à entendre. Pour un adiutor, être incapable de défendre son maître était la pire chose qui puisse lui arriver. Il savait que sa présence ajoutait encore du poids aux épaules d’apparence si fragiles de la jeune femme, mais ne pouvait pas faire autrement. Isaak avait prêté son propre adiutor et était officiellement sans défense. Ca le foutait en rogne que l’absence de Nahia continue, encore et encore, sans qu’il n’ait une seule de ses nouvelles depuis son départ, mais il l’avait accepté. « Allez, va dormir, je ne bougerais pas d’ici avant un long moment, ne t’en fais pas. » dit-il en désignant la pile de notes qu’il devait retaper proprement à la machine. Il se remit au travail, faisant cliqueter les touches sous ses doigts, et ajouta, l’air de rien pour masquer le véritable poids de ses mots : « Je suis désolé de t’infliger tout ce travail supplémentaire et toute cette inquiétude, Aléa. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 35
‹ AVATAR : Ella Purnell & Laura
‹ CRÉDITS : @ .cranberry & Paula, ma petite vache à tache

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 157

MessageSujet: Re: Open your heart and share your despair - Isaléa Dim 2 Juil - 13:05


Open your heart and share your despair
Isaléa
Tu l'écoutes. Attentivement. Tu n'as jamais eu la tristesse de perdre une personne à laquelle tu tenais. Tu avais bien perdu ta mère, mais tu étais si jeune que tu ne souviens même pas de l'avoir connu un jour... Alors tu ne considérais pas que tu l'avais réellement perdu. Elle n'était pas là. C'était différent. Au plus profond de toi, tu étais reconnaissance de ce lien magique qui t'unissait à la vie d'Adonis... Tu n'aurais jamais à connaître un monde dans lequel il n'existe pas. Tu n'es pas certaine que tu survivrais si on te privait de sa lumière. Cela n'arrivera pas, pas sous ma protection.Tu te le répètes, encore. Peut-être que si tu te le répètes suffisamment souvent, ça rendra la chose plus réelle. Par fierté, mais aussi parce que quelques part, tu commences à t'attacher à cet imbécile. Tu ne sais pas trop pourquoi. Peut-être est-ce la ressemblance avec son précieux cousin... Ou tout simplement ce que tu découvres de lui, lorsque ton regard le passe au crible. Un rire s''extirpe de tes lèvres lorsqu'il te propose de dormir. Tu marches dans la pièce, tu restes à distance, croisant tes bras sur ta poitrine, comme pour te protéger de ce qu'il est en train de te dire. Ta frimousse se secoue vivement à la négative alors que tu t'écartes davantage du lit vers lequel il essaye de t'amener. Je vais bien. Je vous serais encore moins utile si je dors quand le danger vous tombera dessus. Pourtant, tu sais pertinemment qu'il a raison... C'est bien cela le problème. Il a entièrement raison. Ça te crève le cœur de pouvoir mettre en danger Adonis, mais comment pourrais-tu faire autrement? Ton regard retombe vers lui lorsqu'il s'excuse de la charge de travail qu'il te donner. Et là, tu ne peux retenir tes pensées. Ce n'est pas toi, c'est elle. On ne quitte pas son maître. Peu importe les raisons. On ne quitte pas son maître. Je ne quitterais jamais Adonis, même s'il me le demandait. On ne quitte pas son maître. C'est trop important. Il est trop important. C'est ta raison de vivre. Tu ne pourrais supporter d'être loin de lui, de le laisser dans les mains d'un autre adiutor. Tu ne fais confiance à personne lorsque cela concerne le brun. Tu pinces tes lèvres, toisant le jeune cousin de celui qui compte autant pour toi. Je suis désolée si je parais dur, mais à mes yeux, c'est inacceptable qu'elle t'ait laissé sous ma garde. Pas parce que j'en suis incapable ou que je dois redoubler d'effort, pas parce que je suis fatigué, mais parce qu'elle n'aurait jamais dû te laisser. Tes doigts pianotent nerveusement contre tes bras. Tu n'es pas d'une nature à tenir ta langue, mais tu n'aimes pas voir les effets de tes paroles... Peu importe à quel point elles sont vraies.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 201
‹ AVATAR : Logan Lerman
‹ CRÉDITS : autumnleaves (ava + gifs)

‹ AGE : vingt-cinq années à baisser la tête dans l'ombre pour mieux observer les reflets lumineux d'une scène sur laquelle il ne pose jamais les pieds
‹ STATUT : délibataire pour mieux profiter de sa liberté, il n'a pas le temps de se consacrer à une fiancée
‹ SANG : sang argent, un statut confortable qui lui permet beaucoup de choses, mais qui l'expose lui et sa famille aux jalousies
‹ METIER : sa relation exemplaire avec son adiutor en fait le parfait représentant de la commission des mêlés. Il use de cette place pour, patiemment, se montrer au monde
‹ ALLEGEANCE : sa famille, les siens, ceux qu'il doit protéger. Ce n'est qu'à eux qu'il donne sa fidélité pleine et entière.
‹ ADIUTOR : une jaune aux cauchemards violents, une jaune à la chevelure d'ébène qu'il caresse pour éloigner les démons qui la frôlent
‹ POINTS : 1127

MessageSujet: Re: Open your heart and share your despair - Isaléa Lun 3 Juil - 8:49

Elle résistait, Aléa, elle restait debout et tenait coûte que coûte à rester éveillée, les bras croisés sur sa poitrine en signe de défi. Isaak leva dramatiquement les yeux au ciel en faisant tiquer sa langue contre son palais. Elle n’allait réussir à rien si elle restait dans cet état, et Isaak décida d’appuyer gentiment là où ça faisait mal. Adonis. « Eh bien, non seulement la ténacité d’Adonis t’a contaminée, mais aussi son sens du théâtre. Sois raisonnable et au moins assieds-toi. S’il m’arrive quelque chose, ne t’en fais pas, tu seras réveillée. » Son menton désigna les chaises rembourrées devant son bureau. Il n’en dit pas plus, mais repensa aux nombreuses fois où, s’entraînant avec Nahia qui parvenait à le mettre en difficulté, sa maîtrise avait fait surface sans qu’il ne lui demande pour le protéger. Il essayait tant bien que mal de l’enfouir et au moins d’en minimiser les manifestations, mais s’il était enlevé, nul doute qu’il produirait sans le vouloir un mini tremblement de terre qui réveillerait Aléa aussitôt. Ces détails, elle n’avait pas besoin de les savoir. Après tout, ils n’étaient liés que pour quelques semaines, tout au plus. Nahia reviendrait vite. Nahia lui était liée. Elle ne pouvait se passer de lui.

On ne quitte pas son maître. Cette phrase, qu’elle répéta plusieurs fois, lui fit l’effet d’un coup de poignard. Il s’était rendu compte après coup qu’effectivement, quitter son maître était inacceptable. Parce qu’ils étaient liés, parce que passer ses journées sans sa présence lui était étrange. Comment faisait-il, avant, quand il était libre de toute chaîne, quand il ne devait rendre de compte qu’à lui-même et quand sa vie n’impliquait pas celle de la jeune femme ? Les doigts d’Isaak s’arrêtèrent d’eux-mêmes au beau milieu d’une phrase, et il poussa un soupir, les yeux fixés dans le vide. Quand il les remonta vers la jeune femme, il eut un sourire calme et lui dis : « Tu sais, Aléa, n’ayant pas été élevée dans la tradition des Eartaneriens, je ne sais pas si tu peux comprendre l’attachement viscéral que nous avons envers les nôtres. » Isaak se leva en poussant doucement son siège de bureau, alla à la rencontre de la jeune femme encore debout et gentiment l’amena vers l’un des fauteuils en face de lui qu’il lui désigna de la main pour qu’enfin, elle pose ses jolies fesses dessus. La main qu’Isaak posa sur son épaule s’aperçut de l’incroyable tension de la jeune femme, qui lui fit l’effet d’une douche froide. Il n’aimait pas du tout devoir s’appuyer sur elle, et devoir lui donner une charge mentale supplémentaire. Aléa cependant ne céda pas à la légère pression de sa main et resta debout. « Je suis issu de la plus grande famille d’Eartanera, j’ai été élevé en Griffith. Ma vie n’importe peu si je ne suis pas capable de servir la grandeur des miens. Voilà pourquoi j’ai ordonné à Nahia d’aider Adonis et de me quitter. Parce que si une menace plane sur nos têtes à tous, avoir mon adiutor auprès de moi n’est pas aussi important que de voir ceux qui veulent faire du mal à ma famille hors d’état de nous nuire. » Isaak était conscient de son propre sacrifice, mais il s’agissait ses siens, de leur sécurité à tous, à ses cousins, à sa petite sœur. Tous, ils passaient bien avant sa petite personne et même si Isaiah n’était pas le plus digne d’intérêt de leur génération, il était un Griffith. Son meurtre ne pouvait rester impuni. On ne s’attaquait pas aux Griffith sans devoir subir les conséquences de la colère des anciens rois de la terre. « Maintenant, pour l’amour des Sept, assieds-toi je t’en prie, je n’aime pas discuter avec les pieds de grue. » soupira-t-il un peu exagérément.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
blue
avatar
blue
‹ MESSAGES : 35
‹ AVATAR : Ella Purnell & Laura
‹ CRÉDITS : @ .cranberry & Paula, ma petite vache à tache

‹ AGE : Vingt cinq gouttes de sueur, autant d'années passées à œuvrer pour prouver sa valeur.
‹ STATUT : Un coeur ouvert à une impasse. Tu aime, mais tu aimes mal. Qui voudrait se trouver dans l'ombre d'un cœur qui ne sait pas trop ce que c'est d'être chéri.
‹ SANG : Sang métissé, déshonoré. T'es cette fille de personne, cette fille dont on attendait rien.
‹ ALLEGEANCE : Son unique allégeance va pour celui qu'elle protège. Elle est l'ombre de la lumière qui propage autour de lui.
‹ ADIUTOR : Le prince à la couronne invisible. Adonis. Tu seras à ses côtés à jamais, reliée à lui aussi bien par la magie d'un sort que par l'amour d'un coeur pur, nulle entaché par les désastre du désirs.
‹ POINTS : 157

MessageSujet: Re: Open your heart and share your despair - Isaléa Lun 3 Juil - 9:33


Open your heart and share your despair
Isaléa
Le maître de la terre essayait de t'attirer dans son piège, sans que tu ne montre le moindre signe de défaillance. Il usait son cousin pour t'atteindre, sans se douter que cela ne faisait que de te confortée dans tes idées. Tu demeurais debout, sans lui répondre ouvertement, ton maintient de position suffisait amplement. Tu étais têtue et butée, surtout lorsqu'il s'agissait de ton devoir d'Adiutor. Tu te devais d'être cet être, inflexible et fort, cet être sans faille, qui ne laisserait rien advenir à son protégé... Ses protégés. Ils étaient deux à présents. Et si le deuxième ne serait jamais aussi précieux que le premier, il n'en demeurait pas moins plus important que tout autre chose au monde, de part son statut de protégé. Mais la langue du brun claqua, sortant des mots qui n'auraient jamais eu te heurter de la sorte. Son sourire ne pu minimiser les coup infligé à ton cœur. Tu encaisses en silence. Il ne sait pas, personne n'a jamais su au delà d'Adonis, personne ne sait que tu n'as eu aucune éducation, d'une quelconque nation, que tu avais élevée par des vulgaires lambdas qui n'avaient jamais manifesté une once d'amour à ton égard. Adonis avait été la première personne au monde à te manifesté un quelconque intérêt, à t'aimer. Tu ne comprenais que trop bien à quel point il est important de sauvegarder les gens que tu aimes... Parce que c'est lui que tu aimes. Il est le seul et l'unique. Un morceau d'âme qui est venu compléter la tienne, remplir ton cœur de sentiment que tu n'avais jamais connu auparavant. Et au delà de cette douleur, tu trouves dans ses mots ce que tu as toujours vu dans le regard des autres. Il te sous estime. Il sous estime tes capacités à protéger ton cousin puisqu'il a ressenti le besoin d'envoyer Nahia pour préserver les tiens. La rage te consume toute entière. Si tu te laisses docilement approcher du bureau, tu te dégage de l'étreinte de sa main d'un simple mouvement d'épaule. Un mouvement emprunt de la colère qui gronde de tes entrailles. Si ton visage demeure impassible, tu redoutes que ta voix ne viennent trahir les sentiments qui secouent ton être, qui grondent dans tes entrailles. Tu fixes le néant, incapable de redresser le regard sur lui. Tu te braques, blessées dans le plus profond de ton âme. Je n'ai peut-être pas été élevée dans tradition des Eartaneriens, mais je sais ce que c'est d'aimer. Si ma vie n'était pas liée à la sienne, je la donnerais aisément pour sauvegarder celle d'Adonis. Ta voix est rauque, brisée. Elle te trahit toujours. Je suppose que je devrais donc la remercier la vie d'Adonis, puisque ma protection ne semble plus suffisante. Tu ne répond même pas à sa demande, refusant catégoriquement de t'asseoir. Tu as été suffisamment humiliée. Tu ne rêves que d'une chose, retourner t'entraîner pour parfaire tes techniques et pouvoir le protéger de toutes menaces.
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
earth nation
avatar
earth nation
‹ MESSAGES : 201
‹ AVATAR : Logan Lerman
‹ CRÉDITS : autumnleaves (ava + gifs)

‹ AGE : vingt-cinq années à baisser la tête dans l'ombre pour mieux observer les reflets lumineux d'une scène sur laquelle il ne pose jamais les pieds
‹ STATUT : délibataire pour mieux profiter de sa liberté, il n'a pas le temps de se consacrer à une fiancée
‹ SANG : sang argent, un statut confortable qui lui permet beaucoup de choses, mais qui l'expose lui et sa famille aux jalousies
‹ METIER : sa relation exemplaire avec son adiutor en fait le parfait représentant de la commission des mêlés. Il use de cette place pour, patiemment, se montrer au monde
‹ ALLEGEANCE : sa famille, les siens, ceux qu'il doit protéger. Ce n'est qu'à eux qu'il donne sa fidélité pleine et entière.
‹ ADIUTOR : une jaune aux cauchemards violents, une jaune à la chevelure d'ébène qu'il caresse pour éloigner les démons qui la frôlent
‹ POINTS : 1127

MessageSujet: Re: Open your heart and share your despair - Isaléa Jeu 6 Juil - 14:44

Aléa changea, imperceptiblement. Son visage de marbre ne laissa rien paraître, mais Isaak sentait quelque chose sous sa peau, quelque chose dans son maintien, quelque chose dans la flamme de ses yeux. Il l’avait mise en colère. Et il ne savait pas pourquoi. Elle répliqua, la voix un peu rêche, qui brisa sur la syllabe finale, et Isaak comprit qu’il avait touché une corde sensible. « Ce n’est pas parce que tu n’as pas eu de famille que tu ne peux pas construire la tienne. Ce n’est pas parce que tu n’as pas été élevée dans notre tradition que tu ne peux pas la comprendre un jour. » Il abandonna l’idée de la faire asseoir, et prit place sur le fauteuil en face de celui qu’il lui avait attitré. Il la regardait. Sans presque cligner des yeux. « En fait, je voulais juste te faire comprendre qu’avant ma propre vie ou celle de Nahia, je place celle de ma famille. Tu éprouves un tout autre genre d’amour, plus intense et moins… » Il chercha ses mots un instant, les yeux dans le vague. « Moins filial, peut-être, tu aimes parce que tu aimes, pas parce que c’est ton devoir. Je suis un Griffith, le collectif passera toujours avant l’individuel, la famille avant les membres. Toi, c’est Adonis qui passe avant tout. » Isaak essayait tant bien que mal d’expliquer l’abnégation dont il avait fait preuve en envoyant Nahia, d’un tout autre genre de celle de l’adiutor qu’il avait devant lui. Elle protégeait Adonis. Lui essayait de protéger sa famille entière. « Je ne suis pas en train de mépriser ce que tu fais, au contraire, je suis ravi qu’Adonis ait un aussi bon adiutor à ces côtés pour prendre soin de lui. Je fais la même chose que toi, à une échelle supérieure. Ce n’est pas seulement Adonis que je protège en envoyant Nahia, c’est ma petite sœur, mes cousins, leurs parents et les miens. » Il eut un sourire presque triste venant orner ses lèvres. « Et pardonne-moi de te le dire, mais pour moi, tu n’es pas Nahia. Ta protection ne sera jamais suffisante, car tu n’es pas mon adiutor. » Isaak avait adouci sa voix, sachant qu’il touchait là un point sensible de la jeune femme. « Tu fais un travail admirable, et je suis tout de même heureux de t’avoir comme adiutor temporaire. » Il disait la stricte vérité, mais il essayait de la dire de telle sorte à ce qu’elle puisse se détendre. Comme s’il était un dompteur essayant d’apprivoiser un animal sauvage, un cavalier tentant de débourrer son cheval fougueux.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Open your heart and share your despair - Isaléa

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La bière open source
» Open data et données personnelles : mythes et réalité… mouvante
» Heredis et Open Office
» Ma collection de vernis OPI...
» "Le NP mal aimé"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: LAUNONDIE :: Brezin-