AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
tensions à aksana
Un climat de tension règne à Aksana depuis les fouilles faites par l'Empire.
Envie d'en savoir plus? Vient lire la gazette!
intrigue II - LE MARIAGE IMPERIAL
L'épisode trois de la saison une a été posté, il s'agit du mariage impérial unissant Saeko Yinren et le prince héritier. Viens donc y participer!
début de la maintenance le 22/09
On vous le rappellera par mp d'ici là.

Partagez| .

tsunami in our veins (diala/mission I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 323
‹ AVATAR : phoebe tonkin.
‹ CRÉDITS : .lollipops (ava), hayleymarshalldaily (gifs), astra (signature)

‹ AGE : twenty-seven, tombent les années. comète déchirant la voie lactée. la déesse erre sur cette terre, n'attendant qu'à faire renaître sa nation engloutie par les flots.
‹ STATUT : single, l'amour est un poison qu'elle tente d'ignorer. sentiment délicat qui pourrait la mener à sa perte, elle aime sa famille, elle aime les siens, et c'est tout ce qui compte jusqu'à présent. son coeur est enfermé dans une prison de glace, forgée par ses artères.
‹ SANG : silver, le sang palpite, suinte telle des perles nacrées. couronne brisée et enfouie dans un sarcophage, elle est la légitime héritière de la nation de l'eau. atlantide perdue.
‹ COMPETENCES : leadership (niv. 4), charisme (niv. 1), honneur (niv. 1)
‹ METIER : capitaine au sein de la résistance, elle gère cette dernière aux côtés de sa famille. princesse d'une nation oubliée, plongée dans les abysses d'un monde laissé à feu et à sang. paix dystopique, qu'elle tente d'absoudre.
‹ ALLEGEANCE : always and forever, aux siens, aux osanos. à sa nation, et à ses désirs.
‹ ADIUTOR : lazar dragomir.
‹ POINTS : 348

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: tsunami in our veins (diala/mission I) Lun 19 Juin - 17:24


lula & diana
tsunami in our veins, mission une.


Le chemin avait été long et interminable. Le groupe formé par Lula, Diana et leurs adiutors avait prit la route une journée et demi-auparavant. Le fait de devoir voyager à découvert, tout en essayant d'aller au plus vite n'était vraiment pas chose aisée. Diana regrettait de ne pas avoir prit un bateau, celui d'Alderan par exemple, mais ils devaient passer par les terres. Parce qu'étrangement, le chemin était beaucoup moins dangereux sur terre qu'en mer. Diana trouvait ça compliqué, mais elle savait que le plus dur resterait à venir. S'ils n'étaient que quatre actuellement, ils seraient bientôt une dizaine. Et là, se faufiler dans les rues des nations sans se faire repérer allait être beaucoup plus difficile. Certains ne survivraient sûrement pas au voyage, mais Diana le savait il n'y avait pas le choix. Les pertes étaient inéluctables en temps de guerre. Son père lui avait répété durant toute son enfance. Si sa mère, plus pacifique de par son ascendance, avait tenté de la materner et de la protéger du monde extérieur, son père lui, l'avait mit face à des vérités noires et obscures. Diana tourne la tête vers son adiutor. « Tu n'avais pas besoin de venir, tu sais. Je me débrouille très bien sans toi. » Elle le toise de son regard ambré. Elle ne savait pas réellement quoi penser de lui. C'était comme s'ils étaient deux aimants. Créés pour se rapprocher et s'éloigner sans cesse. Électricité statique, entre eux. « Le dernier événement nous l'a bien montré, n'est-ce pas? » Le regard de Diana se durcit, et elle tourne la tête vers l'extérieur. De là où elle se trouve, elle peut voir le palais au loin. Elle peut encore en admirer la beauté, et en voir toutes ces lumières. Mais tout était différent maintenant. Elle le savait, le palais respirait la mort de son frère aîné. Aymeric s'était bien battu. Et elle s'était enfuie comme une lâche, entraînée par la personne qui se trouvait en face d'elle. « Tu n'as pas besoin de me rappeler ce genre de choses.  » La pique avait été assassine, et avait blessée Diana. Elle croise les bras sur sa poitrine, puis replace correctement son ruban dans ses cheveux. Elle se tourne ensuite vers sa sœur, endormie à ses côtés. Elle ne lui en voulait pas. Lula avait vécue des émotions fortes en sa compagnie, et elles avaient quittés le QG rapidement. De plus, Diana le savait. Si sa sœur avait réussi à s'endormir, c'est parce que sûrement, pour la première fois depuis longtemps, elle devait se sentir en sécurité. Elle caresse doucement son visage, avant de replacer une mèche de ses cheveux derrière son oreille. « Je sais que.. ton rôle est de me protéger. » Elle replonge ses prunelles dans celles de son adiutor. « Parce que ta vie est liée à la mienne. Mais.. s'il doit nous arriver quelque chose, je veux que tu la protèges elle. » Elle fronce les sourcils. « Je saurais me protéger par mes propres moyens, mais si tu devais faire un choix, et préférer sauver ma vie pour la tienne, sache que je te tuerai. Peu importe si je finirai par mourir ensuite. Ma sœur compte plus que tout, plus que notre vie. » Il arque un sourcil, mais ne dit rien. Il a l'air pensif. Le train ralentit. Elle pose une main sur l'épaule de sa sœur, et la réveille doucement. « Nous sommes arrivées, nous devons sauter du train alors qu'il est encore en marche. » Elle voit les yeux écarquillés de sa sœur, mais lui lance un sourire qui se veut rassurant. Ils se lèvent tous de leur cachette, wagon emplit de boîtes et cartons. Diana ouvre légèrement le battant, et le vent s'engouffre à l'intérieur. Ses cheveux et son visage sont fouettés par l'air, et elle se recule. Elle attend quelques instants, le train se met à ralentir un peu plus. C'est le moment. Elle attrape Lula par la main, et d'un même mouvement saute avec elle. Leurs adiutors à la suite. Elles se retrouvent allongées sur le sol,et Diana frotte son épaule. Elle vérifie sa fraîche cicatrice, et sourit en remarquant que cette dernière ne s'est pas rouverte. Diana se relève, et sort une carte de son sac. « Nous sommes ici, et nous devons rejoindre cet endroit. » Elle pointe un endroit sur la carte, près de la mer. « C'est à peu près à deux heures et demi de marche. » Elle voit les sourcils froncés de son adiutor. « Si on court. » Elle l'entend rire, mais lève les yeux au ciel. « Autant dire qu'il vaut mieux se dépêcher. » Ils entrent dans les bois bordant le chemin de fer, et s'engouffrent à l'intérieur. « Tu te rends compte que tu as laissé la résistance pour une simple mission de recrutement? » Il en profite que Lula soit partie auprès de son adiutor pour pouvoir lui parler sérieusement. « Lula avait besoin de ça, j'avais besoin de ça. » Elle continue d'avancer la tête haute, sans poser un regard sur lui. « Diana.. nous savons tous les deux ce qu'il t'arrive en ce moment. Tu es dangereuse, pour toi-même comme pour les autres. Je ne.. » Elle s'arrête et le foudroie du regard. « Je ne t'ai rien demandé. Tu aurais pu rester au QG, tu aurais pu faire ta vie, faire tout ce que tu voulais. Je pense que je te laisse beaucoup de libertés. Je ne veux pas de ta protection, je ne veux pas de tes avis. Je ne veux rien de toi. » Il s'arrête à son tour, et elle reprend sa route. « Pourquoi est-ce que tu me demandes de protéger ta sœur alors, si tu n'as pas besoin de moi? » Elle s'arrête, baisse les yeux au sol. « Parce que je pense que.. Je n'ai pas à m'expliquer auprès de toi. Viens. » Elle arque un sourcil et fait un mouvement de sa main. Il secoue sa tête, et se remet en route. Elle se met à regarder le paysage autour d'elle. Elle l'admire, elle admire ces beautés sans nom. Elle imagine sentir l'air frais de la toundra dans son dos, et celui de la mer en face d'elle. Éternelle danse entre la glace et le feu. Le chemin est long, et ils décident de s'arrêter près d'un lac.
Diana s'approche de l'eau, et rempli sa gourde d'eau fraîche. Elle s'abreuve, puis la remplit à nouveau. Elle tente ensuite d'utiliser son élément sur le lac, tente de faire des boules d'eau, mais n'y arrive pas. Elle vérifie que Lula ne la regarde pas, et est satisfaite quand elle se rend compte que sa sœur ne s'en est pas aperçue. Mais l'adiutor de Diana la regarde, le regard désolé. Elle secoue la tête, puis se mouille le visage. « Attendez. » Il se retourne vers les bois. Il s'avance prudemment, en faisant signe aux autres de ne pas bouger. Il revient quelques minutes plus tard. « J'avais cru voir quelque chose, mais non. » Diana ne dit rien, elle avait relâché sa prudence et se sentait fautive. Ils auraient pu être suivis, et sa sœur aurait pu être blessée par sa faute. Elle lance un regard sincère et un mince sourire envers son adiutor. « Reprenons. »

(….)

Ils étaient enfin arrivés. L'air marin fouette leur visages, caresse familière. Aymeric aimait tellement ces plages, ces criques et ces falaises. Les pieds de Diana s'enfoncent lentement dans le sable. Elle caresse ce dernier du bout de ses doigts de pieds. Cette sensation lui avait terriblement manqué. Elle se souvient être venue jouer plusieurs fois sur cette plage, avec sa sœur, son frère, ses cousines et tout les membres de leur famille. Ils avaient cette habitude de quitter les méandres du palais pour se diriger vers la plage durant leur jeunesse, au moins une fois par mois. Ça lui manquait, terriblement. Son palpitant s'agite légèrement. Elle montre de la main une crique isolée, indiquant que le lieu de réunion se trouve à cet endroit. Elle se retourne, vérifie une dernière fois qu'ils ne sont pas suivis puis s'approche enfin de la dite crique. Une cascade d'eau bloque l'entrée, et cache le lieu. Ces rescapés avaient été astucieux. « A toi l'honneur, Lula. » Elle n'a pas envie de râter surtout, et de ne pas avoir le contrôle. Elle a peur que sa maîtrise ne fonctionne pas correctement, et qu'au lieu d'ouvrir le passage, elle ne créé qu'un mur de glace. Mais elle préfère faire croire à sa sœur, qu'elle veut juste l'impliquer. Parce que cette dernière était là pour faire ses preuves. Ils s'engouffrent ensuite dans la crique, les pieds dans l'eau. L'eau y est turquoise, et les fonds marins pénètrent dans la grotte. Diana observe les coraux au fond, les éponges sur le sol, et les quelques poissons qui daignent nager dans ces eaux peu profondes. Elle contourne l'eau, et marche sur le sol désormais rocheux. Diana tourne la tête vers sa sœur et lui sourit. « Je te laisse annoncer notre présence. Tu sais ce que nous devons faire, évaluer observer, voir leur convictions, et voir si nous pouvons réellement les aider comme ils pourraient nous aider. Je te fais confiance, Lula. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 919
‹ AVATAR : marie avgeropoulos
‹ CRÉDITS : @milles rêves. (av), gatsby & oblivion (gifs)
‹ COMPTES : ariane griffth.

‹ AGE : vingt cinq ans qu'elle endure les souffrances que le monde lui inflige, vingt cinq ans qu'elle se protège.
‹ STATUT : célibataire, tomber amoureuse n'est pas envisageable pour une fugitive. anciennement fiancée à un osoryd contre son gré.
‹ SANG : sang argent, sang de la noblesse.
‹ COMPETENCES : niv. 4 évaluation (-manipulation/aux commérages.), niv. 4 honneur (-persuasion), niv. 4 ténacité (-dominance)
‹ METIER : en fuite, qualifiée d'ennemi numéro un de la couronne.
‹ ALLEGEANCE : comme tous les membres des osanos, sa raison de vivre est la résistance.
‹ ADIUTOR : une personne qu'autrefois elle détestait, qu'elle méprisait, mais qui maintenant commence à se faire une place dans son coeur de glace, themys isaksen.
‹ POINTS : 1738

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Jeu 22 Juin - 19:34




MISSION I.
✵✵✵
tsunami in our veins


Ses pieds étaient endoloris à force de marcher. Lula ne laissait rien paraître, mais elle en avait marre. La fatigue la guettait. C’est avec plaisir que Lula montait dans le train aux côtés de sa sœur et de leurs adiutors respectifs. Si elle avait eu le choix, la princesse aurait préféré faire le voyage seul avec sa sœur. Cela aurait été plus facile de passer inaperçu. Deux personnes valent mieux que quatre lorsqu’il s’agit de discrétion. En s’asseyant, elle adressait un sourire à son ainée. Les cernes rendaient le visage de sa sœur plus terne, il fallait qu’elle se repose aussi. Comme toujours, Diana était tendue. En mission, on ne pouvait pas le lui reprocher, puisqu'il fallait toujours se montrer prudent. « Tu peux dormir tu sais, nous ne risquons pas de nous endormir. Et vu la tension qu’il y a entre ces deux là, tu peux être certaine que je ne dormirai pas. » Lui avait chuchotait son adiutor en désignant Diana et Lazar. Lula esquissait un sourire en guise de réponse. Ces deux là ne cessait de se lancer des pics. Elle avait conscience que Diana devait sans doute ressentir un peu de rancune envers celui qui l’avait forcé à abandonner le corps inanimé de son frère, mais sans lui, elle serait morte également. Lula éprouvait également de la reconnaissance envers lui. Si elle avait perdu Diana en même temps qu’Aymeric, la douleur aurait été insupportable. Petit à petit, elle laissait le sommeil prendre le dessus et finis pas se laisser aller dans les bras de Morphée.

(…)

Un poids sur son épaule la tire doucement du sommeil. Elle ouvre les yeux et croise le regard de sa soeur qui lui indique qu'ils sont arrivés. Elle se redresse rapidement, range la couverture qu’elle avait sorti quelques heures plutôt avant de s’endormir dans son sac à dos, et se relève. Lorsque Diana lui annonce qu’ils doivent tous les quatre sauter du train en marche, elle écarquille les yeux. Elle n’avait jamais fait ça, mais le sourire rassurant de sa sœur apaise un peu son stress. Diana ouvre le battant et une rafale de vent s’engouffre dans le wagon. Quelques instant auparavant, elle se sentait encore un peu flasque, encore endormie. Le vent lui fait l’effet d’une douche froide. Ses muscles se tendent, se crispent. La main de sa sœur se glisse dans la sienne. Un. Deux. Trois. Elles sautent. Le cœur de Lula bat à toute vitesse, sa main serre celle de sa sœur au point de lui faire mal. Lorsqu’elles tombent sur le sol, Lula lui lâche la main pour amortir sa chute. Allongée sur le sol, elle tente de récupérer. Il faut qu’elle se reprenne. Ce n’était qu’un simple saut. D’un geste vif, elle secoue la tête et se relève, engourdie. Son ainée sort une carte et indique leur position. Elle annonce deux heures et demi de marche. Enfin de course. Et Lazar recommence à la charrier. Diana répond, lui lance des pics incendiaires. Ces deux là se tournent autour, du moins, Lula en a l’impression. Malgré leur lien, il y a sans doute quelques choses en plus entre eux, même si Diana ne l'avouera jamais. Ils entament leur longue et interminable marche. La plus jeune des Osanos rejoint son adiutor. Elle a toujours été proche de lui. Cela a pris du temps, au début, ils étaient comme le feu et la glace, toujours l’un contre l’autre. Ils ont finis par apprendre à vivre ensemble et à s’apprécier, malgré les pics qu’ils se lancent parfois. Rien de bien méchant. Au final, c’est l’une des personnes en qui Lula a le plus confiance, après sa sœur. « Alors, tu as apprécié le voyage ? » Lui lance-t-elle en espérant qu’il lui raconte ce qu’il a entendu de la discussion entre Diana et Lazar. « Rien de bien intéressant. La demoiselle lui a répété qu’elle s’en serait très bien sortie sans lui. » Un rire discret s’échappe des lèvres de la jeune femme. « C’est du Diana tout craché. » C’est au tour de son adiutor de sourire. « Elle a aussi demandé à Lazar de te protéger toi, s’il arrivait quelque chose. » Lula s’arrête. D’un côté, cela ne la surprend pas. Elle sait pertinemment que sa sœur préfèrerait se sacrifier plutôt que de la voir mourir. Mais entre le penser et le dire, il y a une différence. Aucun mot ne sort de sa bouche. Elle est touchée par les paroles de sa soeur. Elle met fin à la discussion lorsque sa sœur leur propose de faire une pause près du lac. Elle prend le temps de boire, puis de re-remplir sa gourde en imitant sa sœur. D’un geste brusque, elle s’asperge le visage d’eau. Lula est prête à repartir, mais Lazar les stoppe, croyant avoir entendu un bruit. Cependant, seul le bruit du vent est audible.

(…)

L’air marin est aussi agréable que dans ses souvenirs. Cela lui fait de bien de revenir à la maison, même si ce n’est que pour très peu de temps. Les plages lui rappellent son enfance, les bons moments, les souvenirs ancrés à jamais dans sa mémoire. Un sentiment de nostalgie l’envahit. D’un geste de la main, Diana indique une crique isolée. C’est là-bas que se trouve les soi-disant maitres de l’eau qui souhaite rejoindre la résistance. Le regard furtif, elle se tourne pour vérifier que personne ne les voit emprunter ce chemin. L’eau coule à flot, bruyamment. Une cascade leur bloque le passage et masque l’entrée. Sa sœur la laisse passer devant. Le cœur de Lula palpite. C’est le moment de faire c’est preuve. L’idée qu’elle peut tout mettre en l’air lui traverse l’esprit. Elle a peur de l’échec, peur de donner raison à sa sœur lorsqu’elle disait qu’elle n’était pas prête. Elle lève sa main et la glisse sur le côté, pour laisser un passage. Fière d’avoir réussi son coup, elle adresse un sourire à sa sœur. Puis, ils avancent doucement dans l’obscurité de la grotte. Elle monte sur les rochers pour éviter le sol mouiller, quand Diana lui annonce que c’est à elle d’annoncer leur présence. Lula ne sait pas comment, elle ne l’a jamais fait. Ecouter leurs convictions, les évaluer, ça ne paraît pas trop difficile, mais… si elle se trompait ? Si elle les concidérait comme fiables, mais qu’ils ne l’étaient pas. D’une voix peu assurée, elle annonce leur présence. « Bonjour, nous sommes venus ici pour vous aider, nous sommes ici en réponse à votre demande. » Elle continue d’avancer d’un pas lent, les yeux plissés pour tenter de mieux voir. Au bout de quelques secondes, elle s’aperçoit qu’il y a une personne contre le mur, agenouillée près d’une personne assise. « S’il vous plait, ma petite fille est blessée... Nous avons été attaqué par des mercenaires en venant ici. Les autres membres qui souhaitaient venir avec vous ont péri pendant l’attaque. » La personne agenouillée s’avère être la mère d’une enfant de bas âge. En voyant la petite blessée, Lula ressent un pincement au cœur. Il fallait qu’elle se reprenne, peut-être était-ce une façon de l’amadouer ? « Comment vous appelez-vous ? » Dit-elle calmement avant de s’accroupir à son tour pour voir l’état de l’enfant. « Nous sommes de la famille Dashkov  Je suis Anastasia Dashkov, et voici ma fille, Elena. » Les Dashkov. Lula avait rencontré des membres de cette famille lors d’une réception au palais. Cependant, elle avait trop peu de souvenir pour pouvoir juger leur sincérité et leur fidélité. « Je m’appelle Lula Osanos et voici mon ainée, Diana. Ainsi que nos aduitors. Nous sommes venus vous voir suite à votre demande pour rejoindre la résistance » Un bref sourire se dessina sur ces lèvres. Il s’estompa rapidement lorsqu’elle se rappela qu’elle devait leur demander pourquoi ils voulaient les rejoindre. « J’aimerai que vous m’expliquer pourquoi vous souhaitez rejoindre la résistance ? Nous avons besoin de connaître vos motivations, vos convictions, vous comprenez… » Elle laissa la mère de l’enfant s’expliquer un moment. D’après ce que Lula avait entendu du discours de la jeune femme, tout avait l’air d’être en ordre. Il s’agissait de réfugiées qui avait l’air d’avoir de bonnes convictions. Ne sachant que faire de plus, elle se relevait et se tournait vers sa sœur. « Qu’en penses-tu ? » L’inquiétude la guettait. Elle était certaine d’avoir oublié quelques choses. Aurait-elle du demander des informations supplémentaires ? Pourtant, le discours de la jeune mère était très complet. Elle plonge son regard dans celui de Diana et attend. Au moins, le point positif est qu’ils seront deux fois moins, voir trois fois moins que ce qui était prévu. Ce qui faciliterait grandement le trajet du retour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 323
‹ AVATAR : phoebe tonkin.
‹ CRÉDITS : .lollipops (ava), hayleymarshalldaily (gifs), astra (signature)

‹ AGE : twenty-seven, tombent les années. comète déchirant la voie lactée. la déesse erre sur cette terre, n'attendant qu'à faire renaître sa nation engloutie par les flots.
‹ STATUT : single, l'amour est un poison qu'elle tente d'ignorer. sentiment délicat qui pourrait la mener à sa perte, elle aime sa famille, elle aime les siens, et c'est tout ce qui compte jusqu'à présent. son coeur est enfermé dans une prison de glace, forgée par ses artères.
‹ SANG : silver, le sang palpite, suinte telle des perles nacrées. couronne brisée et enfouie dans un sarcophage, elle est la légitime héritière de la nation de l'eau. atlantide perdue.
‹ COMPETENCES : leadership (niv. 4), charisme (niv. 1), honneur (niv. 1)
‹ METIER : capitaine au sein de la résistance, elle gère cette dernière aux côtés de sa famille. princesse d'une nation oubliée, plongée dans les abysses d'un monde laissé à feu et à sang. paix dystopique, qu'elle tente d'absoudre.
‹ ALLEGEANCE : always and forever, aux siens, aux osanos. à sa nation, et à ses désirs.
‹ ADIUTOR : lazar dragomir.
‹ POINTS : 348

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Mer 28 Juin - 17:03


lula & diana
tsunami in our veins, mission une.


Diana se met à pouffer légèrement, avant d'échanger un regard avec Lazar. L'approche de sa petite sœur, était à son image. Maladroite. Elle ne se moque pas Diana, mais elle a envie de rire. Elle se retient malgré tout, et inspire profondément. La voix de sa sœur fait écho contre la roche, avant de venir se noyer dans le bassin turquoise. Lazar tend la paume de sa main devant lui, et de l'électricité en jaillit. Éclairs de lumière qui font danser leurs ombres sur le mur. Une petite voix traverse à son tour le silence, brisant le bruit des flots par lesquels ils sont entrés. Diana s'approche lentement, puis accélère quelque peu lorsqu'elle voit Lula faire de même. Elle n'est pas rassurée. Ils auraient dû être nombreux. Une dizaine. Et au final, il n'y avait devant elle, que ce qui paraissait être une mère et son enfant. Elle leur explique, qu'ils ont été attaqués par des mercenaires en chemin pour venir ici, et que leurs compagnons de voyage étaient morts. Diana croise les bras sur sa poitrine et s'apprête à dire quelque chose, mais Lula la coupe sans le savoir. La princesse décide donc de laisser sa sœur se charger de l'entretien. Comme elle le lui avait demandé. Elle replace sa queue de cheval correctement, avant de recroiser les bras sur sa poitrine. Elle plisse ensuite les lèvres, puis écoute la rescapée. Anastasia Dashkov. Le prénom et le nom résonnaient en elle, comme une vieille symphonie d'enfance. Boite à musique oubliée, perdue dans les oubliettes. Mais elle n'arrive pas à se souvenir réellement, elle n'arrive pas à savoir à quelle période elle l'a entendu. Diana abaisse légèrement sa tête en signe de salutation lorsque sa sœur la présente, puis reporte son attention sur la demoiselle. Elle regarde les vêtements de la dénommée Anastasia, et arque un sourcil lorsque ses prunelles se plongent dans celles de sa fille. Elle n'a pas l'air effrayée. Elle est juste sale, contrairement à sa mère qui semble plus propre que propre. Diana baisse ensuite les yeux et reporte son attention sur Lula. Elle plisse les lèvres à nouveau, rictus froid qui se peint sur le visage de l'Osanos. Elle écoute toutes les motivations d'Anastasia, puis attend. Lula se relève et lui demande son avis. Le regard de Diana passe de Lula à la mère, puis de la mère à la fille, et une dernière fois vers Lula. Lula semblait satisfaite. Inquiète mais satisfaite. Elle prenait son inquiétude en rapport avec le jugement qu'elle devrait lui porter face à cet exercice. Mais quelque chose clochait, Diana en était certaine. « Lazar, tu veux bien rester quelques instants avec elles s'il te plait? » Il ne sourcille pas, et opine. Diana commence à faire demi-tour, et s'approche du bassin. Elle fait signe à sa sœur de la suivre. « Ta démarche était maladroite et a besoin d'être améliorée, considérablement, mais tu as fais de très beaux efforts. Et je sais que tu sauras faire des progrès à l'avenir. » Diana lève les yeux vers la cascade en face d'eux, seule barrière protectrice entre eux et le monde extérieur. « Le problème est que, tu écoutes mais tu ne regardes pas. » dit-elle d'une voix calme. Diana se tourne vers Anastasia et sa fille, quelques mètres plus haut. Elle pose une nouvelle fois ses yeux sur la petite fille, qui ne cesse de chercher son regard. Elle est comme un animal sauvage. Elle reporte de nouveau son attention sur sa sœur. « Tu as écouté son histoire, tu y as trouvé de la crédibilité, de l'émotion et de la conviction. Bien. Mais, ça ne suffit pas. Réfléchis. » Diana fait craquer les phalanges de ses doigts. Elle montre ses chaussures, et sa tenue. Ainsi que celle de sa sœur. Elle montre ses bras, quelque peu sales.  « Nous n'avons pris que le train, et traverser une vaste étendue boisée avant d'arriver sur la plage. Nous n'avons pas été attaqué durant notre trajet, et bien que nous ayons sauté d'un train en marche, nos vêtements ne sont pourtant pas si abîmés que ça. Nous sommes juste sales. » Elle plonge son regard dans celui de sa sœur. « Maintenant, regarde la prétendue Anastasia Dashkov qui est assise là-bas. Regarde sa tenue impeccable et ses cheveux bien coiffés, quoique, frisottant légèrement à quelques endroits. » Elle arque un sourcil, puis fronce les deux. Sa dernière remarque était négligeable. « Ce que je veux dire Lula, c'est que je trouve beaucoup plus crédible qu'elle sorte d'un concours de beauté et qu'elle se soit perdu en chemin ici, plutôt que tout le reste de son histoire. » Elle regarde une nouvelle fois la petite fille, Elena. « Et, observe cette petite fille. Elle, elle est sale. Ses vêtements sont abîmés, sa cheville foulée. Elle ressemble à un animal sauvage prit au piège, attendant qu'on lui rende sa liberté. » Une question brûlait les lèvres de Diana. Elle regarde sa sœur. « Je vais aller lui parler, reste avec la petite et essaie de lui faire dire la vérité. Quelque chose cloche Lula. » Elle pose une main maternelle sur l'avant bras de sa sœur, avant de s'avancer vers le groupe. Diana regarde la petite fille et lui lance un sourire rassurant. Elle tourne ensuite son regard vers Anastasia. « Venez-avec moi, s'il vous plait. » Anastasia se lève et attrape la main d'Elena. Diana plonge son regard dans celui de la Dashkov avant de le baisser vers la main serrée autour de celle de la gamine. Elle est apeurée. Elle replonge ses prunelles ambrées dans celles de la potentielle résistante. « Elle peut rester avec ma sœur. » ton froid, ponctué par un sourire rassurant envers la gamine. Le regard de Diana reste pourtant inexpressif. Elle se décide enfin à lâcher la main de l'être tant chérit, puis suit Diana. Cette dernière lance une oeillade à Lazar, lui intimant de les suivre. Ils s'avancent doucement dans la crique, devenant de plus en plus obscure à mesure qu'ils avancent. Diana se retourne, et se rend compte qu'ils se sont bien éloignés. Elle n'aurait pas pensé la crique si grande. C'était comme si, elle n'avait pas de fond. « J'ai une question, Anastasia. Vous permettez que je vous appelle Anastasia, n'est-ce pas? » Ce n'était pas réellement une question. « Vous êtes un maître de l'eau n'est-ce pas? » Anastasia acquiesce. « Montrez-moi ce que vous savez faire, s'il vous plait. » Anastasia regarde autour d'elle. « Oh, c'est juste un test pour savoir dans quelle place vous pourrez occuper au sein de la résistance. » Elle lui fait un sourire, qui se veut rassurant mais respire l'hypocrisie. Diana recule de quelques pas. Elle montre le bassin qui, plus profond qu'à l'entrée, continuait vers le fond de la grotte. Lazar s'approche de Diana et lui murmure à l'oreille. « Qu'est-ce que tu es en train de prouver? » Elle lève les yeux au ciel, puis croise les bras sur sa poitrine. Anastasia tend ses bras vers l'eau, puis tente de la contrôler. Diana ne la quitte pas des yeux, elle regarde sa technique, bien trop scolaire et dénuée d'un réel investissement. Et bien trop passive. Elle tend sa main, lui intimant d'arrêter. « Vous savez vous battre au corps à corps sinon? » Elle secoue sa tête. « Manier une arme blanche? » Elle secoue de nouveau sa tête. « Manier une arme à feu? » Elle secoue la tête avant de souffler. Diana arque un sourcil. « Je ne vois pas où vous voulez en venir... Vous nous avez trouvés, nous devrions partir pour votre QG au plus vite. Les mercenaires pourraient revenir. » Diana baisse les yeux vers le bassin, avant de plonger son regard froid et dénué de vie dans celui larmoyant d'Anastasia. « Vous ne voyez pas où je veux en venir ? C'est pourtant simple. Comment une fille comme vous, qui ne sait ni utiliser d'armes à feu ou blanches, qui ne sait pas se battre au corps à corps et encore moins utiliser son élément de manière offensive peut s'en sortir face à des mercenaires avec une petite fille? » Elle passe sa langue sur ses lèvres pour les humidifier. « Comment avez vous pu survivre, alors que les autres y ont tous apparemment laissés la vie? » Anastasia se met à bégayer, elle mélange ses mots, tente de s'en sortir. Puis elle fini par lâcher un rire mesquin. Écho sauvage dans la crique. Diana fronce les sourcils. Si Lazar se place légèrement devant elle, et tente de la faire reculer, il n'y arrive pas. Parce que Diana n'est plus énervée. Elle n'est plus énervée par le comportement d'Anastasia en face d'elle. Elle n'est plus énervée par ce long voyage. Elle n'est plus énervée par cette guerre qui s'annonce interminable. Elle est en colère. Elle est en colère, parce que si la piètre maîtresse de l'eau en face d'elle se met à rire, c'est qu'elle ne contrôle plus du tout la situation. Elle le sent, le sang pulser au coin de ses tempes, battement sourd. « Ça aurait du être plus facile. Vous nous auriez mener jusqu'à votre QG, et vous auriez tous été découverts. Et j'aurai eu ma récompense, j'aurai eu la vie sauve. J'aurai pu sauver mon fils. » Diana fronce les sourcils. « Alors Elena n'est pas votre fille? » Anastasia se met à rire une nouvelle fois. « Sa mère est morte avec les autres membres ayant tentés de venir vous rejoindre. Ils ont été interrogés et exécutés. Elle est la seule rescapée, et je ne suis qu'une mère de substitut. Une actrice, une marionnette. Ils voulaient que je les mène jusqu'à votre QG, et ainsi, mon fils n'aurait pas pâtit de vos actes. » Diana s'apprête à ouvrir la bouche. « Parce que c'est à cause de vous Osanos, à cause de vous et de votre imprudence. De votre soit-disant sagesse et éthique. Du sang bleu que vous croyez voir couler dans vos veines. Vous pensez sauver votre nation en créant une révolte, en renversant le nouvel empire. Mais vous ne faites qu'engloutir votre peuple. Nous sommes beaucoup à être derrière vous, mais nous sommes aussi beaucoup n'attendant que votre perte. » Elle est aveuglée par ces propos. Elle pose une main sur sa poitrine et sent son cœur accélérer. Trahison. « Mais ce n'est pas grave si je suis découverte. Ils sont déjà devant la crique à l'heure qu'il est. Et si ce n'est pas moi qui les mène à votre QG, vous le ferez de vous même si vous espérer pouvoir revoir la lumière du soleil un jour. » Affolement. Les battements du palpitant accélèrent. Il semble vouloir sortir de sa poitrine. Lula. Voilà la seule chose à laquelle pensait Diana. Lula. Sa petite sœur. Elle ne pouvait pas la perdre. Elle ne pouvait pas la laisser à la merci de ces mercenaires.  C'était.. c'était de sa faute à elle. Diana plonge son regard dans celui de Lazar. Détresse. Elle ne ressent que ça, de la détresse. Sa respiration se fait saccadée. « Je n'aurai jamais dû la laisser sortir. Je n'aurai jamais dû l'emmener avec moi. » Lazar se met à courir en direction de l'entrée. Il lui avait promit de la protéger, et il le ferait. Diana baisse les yeux sur ses mains tremblantes. Elle allait perdre quelqu'un d'autre à nouveau, il fallait qu'elle bouge. Mais elle était tétanisée. « Je pense qu'il va arriver trop tard. » Elle a toujours les mains tremblantes Diana, et elle ne répond rien. « Tu as peur ? C'est la sensation qu'on ressent tous, depuis que vous êtes au pouvoir. » Ses mains continuent de trembler. « Ferme-la. » Elle se met à rire. « Je t'ai demandé, de la fermer. » Elle inspire. Il faut qu'elle arrive à bouger. Il faut qu'elle rejoigne sa sœur. Elle ne peut pas compter que sur Lazar. Lui aussi va avoir besoin de son aide. La peur la paralyse. Elle entend un coup de feu au loin, et la crique s'illumine. Elle sursaute. L'adrénaline monte, et elle prend son courage à deux mains. Elle se met à courir en direction de l'entrée, son cœur fait des bonds dans sa poitrine. Elle sent son sang palpiter, torrent qui tend à se déverser. Ébullition dans ses yeux, rage dans son cœur. Elle le sait, si quelqu'un a touché à  un cheveu de sa sœur, elle fera pleuvoir du sang des cieux.


Dernière édition par Diana Osanos le Jeu 29 Juin - 15:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 919
‹ AVATAR : marie avgeropoulos
‹ CRÉDITS : @milles rêves. (av), gatsby & oblivion (gifs)
‹ COMPTES : ariane griffth.

‹ AGE : vingt cinq ans qu'elle endure les souffrances que le monde lui inflige, vingt cinq ans qu'elle se protège.
‹ STATUT : célibataire, tomber amoureuse n'est pas envisageable pour une fugitive. anciennement fiancée à un osoryd contre son gré.
‹ SANG : sang argent, sang de la noblesse.
‹ COMPETENCES : niv. 4 évaluation (-manipulation/aux commérages.), niv. 4 honneur (-persuasion), niv. 4 ténacité (-dominance)
‹ METIER : en fuite, qualifiée d'ennemi numéro un de la couronne.
‹ ALLEGEANCE : comme tous les membres des osanos, sa raison de vivre est la résistance.
‹ ADIUTOR : une personne qu'autrefois elle détestait, qu'elle méprisait, mais qui maintenant commence à se faire une place dans son coeur de glace, themys isaksen.
‹ POINTS : 1738

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Jeu 29 Juin - 14:18




MISSION I.
✵✵✵
tsunami in our veins


Ses mots résonnent, le son rebondit sur la roche pour parvenir jusqu’à ses tympans. Son cœur bat vite, trop vite. Ce n’était qu’un simple interrogatoire, il n’y avait pas de quoi en faire tout un plat. Son regard se poste sur sa sœur, elle attend. L’inquiétude la guette, mais elle tente de se montrer sûre d’elle. Après avoir écouté la version de la soi-disant mère rescapée, elle trouve son récit plutôt convaincant. Diana lui fait signe de la rejoindre près du bassin duquel elle s’était rapprochée, après avoir dit à Lazar de rester avec l’une des rescapées. Maladroite. Ce mot résonne dans ses oreilles. Maladroite. Lula n’entend pas la suite de la phrase. Comme d’habitude, dès qu’on lui fait un reproche, elle se focalise dessus. Plus aucun son ne parvient à ses oreilles. Elle tente de ne pas montrer sa déception. Elle voulait tellement bien faire. Elle baisse les yeux, sert les poings pour tenter de se contenir. Elle n’est pas en colère après Diana, la princesse. Elle est en colère après elle même. Secouant légèrement la tête, elle se ressaisit. Aucun mot ne sort de sa bouche lorsqu’elle lui demande ce qu’elle a oublié de faire. Réfléchir est impossible. Lorsque sa sœur lui donne la réponse, c’est comme une évidence. Pourquoi n’avait-elle pas pensé à regarder leurs tenues ? Diana a raison, elle avait écouté mais n’avait pas regardé. Ses yeux écarquillés se posent sur la mère, puis sur la petite fille. Elle avait raison, Anastasia avait des vêtements impeccables tandis que ceux de sa soi-disant fille étaient souillés, sales avec en prime une cheville foulée. Tout cela ne collait pas. Lula soupire, son regard se plante dans celui de sa sœur. Il fallait se rendre à l’évidence, elle avait échoué lamentablement. « Tu as raison, tout cela ne colle pas. » Ses sourcils se froncent, qu’est-il en train de se passer ? Elle pose la main sur celle de sa sœur, posée sur son avant bras en signe d’affection. Le regard inquiet, elle suit Lazar des yeux s’éloigner vers le fond de la crique. Diana s’approche d’Elena pour lui prendre la main. Contre toute attente, la première pensée qui lui vient à l’esprit est que sa sœur ferait sans doute une très bonne mère. Avec un simple sourire, elle a réussi à rassurer la petite et lui prendre la main. Il aurait sans doute fallu plus de temps à Lula pour faire ça. Cette dernière était convaincue qu’elle aurait réussi à faire pleurer la petite fille dès qu’elle aurait ouvert la bouche. Prise de court lorsque sa sœur lui confie Elena, elle prend délicatement la main de la petite. Ses yeux se portent sur Anastasia qui la regarde l’air faussement inquiet. Lula la regarde l’air impassible. Son esprit élabore toutes sortes de théories possibles pour expliquer qu’une femme aussi impeccable soit avec une petite fille qui à l’air démunie. Lula s’agenouille face à la petite apeurée. « Ne t’inquiiète pas. Tout va bien se passer. » Ses yeux bleu océans se plantent dans ceux de la petite, envahies par les larmes. Par réflexe, Lula l’encercle de ses bras et la colle contre elle. « Tu ne risques rien avec moi. » Elle est elle-même étonnée de la facilité avec laquelle ce geste s’est fait. Le souffle chaud de la petite lui réchauffe la nuque. A travers ses légers vêtements, elle sent son palpitant ralentir. Lula esquisse un sourire et lève les yeux vers son mêlé. Sauf qu’il n’est plus là. C’est au tour du cœur de Lula d’accélérer. Les dernières minutes repassent en boucle dans sa tête. Elle ne l’avait pas vu depuis que Diana l’avait entrainé à l’écart pour lui parler. « Dimitri ? » Où était-il ? Pourquoi était-il parti sans rien dire ? Ses mains tremblent légèrement. Il faut qu’elle réfléchisse. Le silence régnait. Ce n’était pas normal. Elle n’entendait pas l’écho des pas de Dimitri, ni la voix de sa sœur. La princesse des océans se relèvent rapidement, surprenant Elena qui la regarde pleine d’incompréhension. Lula lui sourit, puis se baisse pour la soulever. Elle ne pouvait pas la laisser seule ici. « On va jouer à un jeu d’accord ? Je vais t’emmener quelque part et tu vas te cacher ? » Elena acquiesce. Lula la conduit vers l’entrée où elle avait vu une bonne cachette, et y dépose la petite. Près de l’entrée lui paraissait être une bonne idée, en cas de danger immédiat, la petite pourrait sortir rapidement. « Restes bien dans l’ombre, ne bouges pas tant que tu n’entends pas ma voix t’appeler d’accord ? » Une nouvelle fois, la petite acquiesce. Maintenant, elle se met en quête de Dimitri. Elle fait quelques pas, quelques minutes s’écoulent lorsqu’elle reçoit un violent coup sur l’arrière de la tête. Elle s’écroule, un bruit sort de sa bouche pour accuser le coup. Elle lutte pour ne pas s’évanouir, pour ne pas fermer les yeux. Ca tourne. La crique tourne. Rassemblant toutes les forces qui lui restent après un tel coup, elle tente de ramper vers le mur en vain. Son agresseur l’attrape, la soulève et la colle contre le mur. Une fois de plus, sa tête cogne contre le mur de pierre. « Tu es coincées, Osanos. » Malgré sa vue brouillée, elle voit un rictus se dessiner sur les lèvres de la personne en face d’elle. « Et bien, on ne vous apprend pas à vous défendre à la résistance ? Ou te sens-tu au dessus des autres maitres, donc tu laisses les autres se battrent pour toi ? Tu me déçois, ça a été tellement facile de te coincer. » Il y a du mépris dans sa voix, mais Lula n’arrive pas à reconnaître son visage. Sa voix lui est pourtant familière… Elle a du mal voir ce qui l’entoure. Sa tête tourne toujours. Elle tente de se défendre avec ses bras et ses jambes, mais son agresseur la maintien collé contre le mur. Il est entrainé, il sait neutraliser une cible. Il ne peut pas s’agir que d’un simple mercenaire. Des pas se font entendre. D’autres personnes ne vont pas tarder à arriver. La panique l’envahit. Elle gesticule de plus en plus. « Lâchez-moi ou... » Sa voix était moins menaçante qu’elle l’aurait voulu. Elle retient son souffle. «  Ou quoi ? Qu’est-ce que tu vas faire ? Appeler à l’aide ? » Oui. Elle ne pouvait rien faire d’autre, elle savait qu’elle était coincée. Ils sont plusieurs, elle est seule. Dimitri a disparu. Diana est… Soudain, elle prend conscience qu’en criant, sa sœur peut l’entendre. « Diana, sauves toi ! » Sa sœur devait survivre. Elle était l’héritière. Quant à elle, elle n’était que le troisième enfant. Elle n’était pas la plus importante. Lorsqu’elle sent la prise de son agresseur de relâcher, elle tombe. Il faut qu’elle se ressaisisse. La crique tourne un peu moins vite, mais un mal de tête se fait sentir. Elle plisse les yeux, comme si cela allait lui permettre de mieux voir. « Diana arrive, il faut que vous partiez toutes les deux. Cours Lula ! » La voix de Lazar la rassure, la ramène un peu dans le monde réel. Il était arrivé au bon moment. Sa tête tourne moins. Mais si Lazar était ici, où était Diana ? Elle se relève tant bien que mal et avance à une allure beaucoup trop faible tandis que le mêlé de l'héritière se bat. Si sa tête ne tournait pas, elle serait hors de portée depuis longtemps. Elle se concentre sur sa trajectoire, quand un bruit sourd retentit. Suite à cela, elle ressent une vive douleur dans le bras. Elle s’appuie contre le mur pour ne pas tomber. Son regard se dirige vers le haut de son bras, presque au niveau de l’épaule. Le sang coule à flot. La jeune Osanos pose son autre main, tremblante, sur la plaie pour tenter de contenir le sang, mais rien n’y fait. Des bruits de pas résonnent à nouveau. D’autres mercenaires sans doute ? Elle prend conscience que les chances de s’en sortir sont minces. Elle est seule et blessée. Dimitri ne donne toujours pas de nouvelle. La seule chose qu’elle sait, c’est qu’il n’est pas mort. Il ne lui reste que Diana. Elle sait qu’elle n’est pas partie, qu’elle ne s’est pas sauvée malgré ce qu’elle lui a crié. Diana est son dernier espoir.


Dernière édition par Lula Osanos le Mer 26 Juil - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 323
‹ AVATAR : phoebe tonkin.
‹ CRÉDITS : .lollipops (ava), hayleymarshalldaily (gifs), astra (signature)

‹ AGE : twenty-seven, tombent les années. comète déchirant la voie lactée. la déesse erre sur cette terre, n'attendant qu'à faire renaître sa nation engloutie par les flots.
‹ STATUT : single, l'amour est un poison qu'elle tente d'ignorer. sentiment délicat qui pourrait la mener à sa perte, elle aime sa famille, elle aime les siens, et c'est tout ce qui compte jusqu'à présent. son coeur est enfermé dans une prison de glace, forgée par ses artères.
‹ SANG : silver, le sang palpite, suinte telle des perles nacrées. couronne brisée et enfouie dans un sarcophage, elle est la légitime héritière de la nation de l'eau. atlantide perdue.
‹ COMPETENCES : leadership (niv. 4), charisme (niv. 1), honneur (niv. 1)
‹ METIER : capitaine au sein de la résistance, elle gère cette dernière aux côtés de sa famille. princesse d'une nation oubliée, plongée dans les abysses d'un monde laissé à feu et à sang. paix dystopique, qu'elle tente d'absoudre.
‹ ALLEGEANCE : always and forever, aux siens, aux osanos. à sa nation, et à ses désirs.
‹ ADIUTOR : lazar dragomir.
‹ POINTS : 348

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Jeu 29 Juin - 17:52


lula & diana
tsunami in our veins, mission une.


Les choses s'étaient trop vites enchaînées. Elle ne s'attendait pas à ce que les événements tournent de cette manière. C'était censé être une simple mission d'extraction, un simple sauvetage de réfugiés tentant de vouloir échapper au système, afin de rejoindre la résistance. Elle continue de courir, avant de trébucher. Elle sent son pied être tiré en arrière. Ses doigts tentent de trouver une prise, mais ils s'errafflent au contact de la roche froide et humide. Elle sent l'eau autour de son pied, qui l'entraîne vers l'arrière. « Je ne te permettrai pas de t'enfuir, tu es ma délivrance, ce qui va me permettre de survivre. » Elle se débat, mais l'eau l'entraîne jusqu'à Anastasia, si son prénom était réellement ce dernier. D'un mouvement de la main, l'eau autour de ses pieds se change en glace. Elle fait la même chose au niveau de ses poignets, et Diana se retrouve alors emprisonnée. Elle regarde ses liens, et se mord la lèvre inférieure. Elle se met ensuite à rire, d'un rire sardonique « Tu trouves ça drôle? » Quelques minutes plus tôt, Anastasia ne semblait pas maîtriser son élément de manière très vive, et voilà qu'elle se retrouvait désormais capable de faire passer l'eau d'un état liquide à solide. Et parce que Diana n'avait pas été assez prudente, elle allait perdre Lula. Sa sœur. Elle ne pouvait pas se le permettre. Elle avait promit à son père qu'elle veillerait sur elle, et qu'il ne lui arriverait rien. Elle avait promit à Aymeric qu'elle prendrait soin de Lula, Rei, Hyppolite et les autres. Et voilà qu'elle se retrouvait emprisonnée par son propre élément, dans un moment décisif et tragique. Elle lève les yeux vers Anastasia, le palpitant en feu. Elle lui crache ensuite dessus. Le crachat atterrie sur sa joue. Anastasia passe sa main sur sa joue, retirant le crachat, puis gifle l'insoumise. Diana tombe une nouvelle fois sur le sol. « Tu vas souffrir. » Diana replonge son regard ambré dans celui de son bourreau. Sa sœur avait besoin d'elle, voilà la seule chose à laquelle elle pensait. Voilà la seule chose qui l'animait désormais. Feu glacial qui s'était emparé de son esprit. « Et bien, vas-y, fais moi souffrir. » Anastasia fronce les sourcils. Elle ne s'attendait sûrement pas à ce genre de réponse. Elle pensait avoir le pouvoir, mais elle ne l'avait pas. Si l'eau dans la crique était froide, elle restait suffisamment chaud pour créer un choc avec la glace aux pieds de Diana. Cette dernière avait plongée ses pieds à l'intérieur, quand l'autre avait détourné le regard. Il ne lui restait plus qu'à attendre quelques instants, et l'emprise qu'elle avait autour des pieds disparaîtrait. Et si Anastasia pensait que Diana allait souffrir, elle se trompait lourdement. Elle serait celle qui paierait pour l'avoir ralentit dans le sauvetage de sa sœur. Sa sœur qui devait désespérément avoir besoin d'elle. Sa sœur qui peut-être.. Non, elle ne devait pas y penser. Ses pieds se détachent enfin, et d'un mouvement des jambes, elle fait tomber Anastasia. Diana se relève tant bien que mal, et se remet à courir en direction de l'entrée. La glace sur ses poignets fond peu à peu, elle force, et tente de se délier de ses « chaînes » mais elle n'y arrive pas encore. Un nouveau coup de feu retentit dans sa direction, et elle jurerait, que la balle l'a manqué de peu. Elle voit Lazar au loin, aux prises avec des mercenaires. Des éclairs jaillissent de ses paumes, tonnerres mortels qui s'abattent sur l'ennemi. Puis elle voit enfin Lula. Sa sœur est accolée à un mur, à moitié agenouillée. Diana continue sa course, et trébuche. Elle se relève difficilement, et s’aperçoit qu'elle vient de trébucher sur un corps. L'uniforme de l'armée des nations. Son sang ne fait qu'un tour. Les Oshun. Encore et toujours. La rage lui fait enfin briser la glace sur ses poignets. Elle a mal, et elle a froid. Mais elle n'en a que faire, sa sœur est sa priorité. Elle s'agenouille enfin près d'elle, et pose une main sur son épaule. Sa sœur frémit. Elle a le bras en sang. Diana retient un sanglot. « Je suis désolée Lula, je suis tellement désolée Lula. » Elle place une main sur sa bouche, retenant un nouveau sanglot. Elle passe ensuite une main dans les cheveux de sa sœur. « Je vais te sortir de là, je te le promets. » Elle tente de relever Lula, mais sa sœur peine à suivre le mouvement. Elle a déjà perdu trop de sang. « Ecoute-moi, Lula. Notre tante et Alderan sont sûrement arrivés au point de rencontre que je leur avais fixé. Ils vont se rendre compte que nous ne sommes pas là, et ils vont venir à notre recherche, il faut juste que.. » Elle s'arrête dans sa phrase, alors qu'elle sent une arme pointée sur sa tête. Elle ne bouge plus Diana. Elle plonge juste son regard dans celui de sa sœur, tentant de se rassurer et de la rassurer. Elle ne la perdrait pas comme elle a perdu Aymeric. Et si Diana devait mourir en la sauvant, elle le ferait. Elle n'avait pas le choix. Les siens étaient sa priorités. « Je savais bien que tu finirais par sortir de ta cachette. » Elle ne dit rien pour l'instant, son cerveau fourmille à toute allure. Elle était prise au piège. Ils allaient tous crever. Voilà ce à quoi elle pensait. Elle tourne lentement le regard vers sa droite, en direction de Lazar. Un à un, les soldats tombent. L'un d'eux fini pourtant par l'attraper et le clouer au sol. Où était l'adiutor de sa sœur ? Ils étaient tous pris au piège. Elle lâche sa sœur, et doucement, se met droite. Elle lève les mains, en signe de paix et de résolution. « Ne lèves pas tes mains. Ne bouges pas. » Elle s'arrête. Il la retourne de force pour qu'elle lui fasse face. De sa main libre, il attrape le visage de la princesse. Il serre sa mâchoire entre ses doigts, avant de secouer son visage et de la jeter sur le sol. «Occupez-vous d'eux, je m'occupe d'elle. » dit-il, en direction de Diana. Elle le reconnaît enfin. Il était là ce jour là. Le jour où son monde s'est écroulé. Elle se souvient de lui, bourreau d'Aymeric. Il était celui qui lui avait tranché la gorge. Il était celui qui avait fait saigné son frère aîné comme un porc. Il n'était pas seul, comme aujourd'hui. Mais si Diana se la jouait correctement, elle pourrait obtenir vengeance. Elle pourrait venger son frère, et protéger sa sœur. Mais elle pourrait perdre la vie aussi. Son palpitant bat la chamade, elle a peur. Peur de tout perdre à nouveau. Elle lève lentement la main, tentant de contrôler son élément pour se défendre, mais il lui donne un coup de pied dans la tête. Elle grogne, alors qu'elle sent que son nez est en sang. Elle voit le regard apeuré de Lula, et le corps de Lazar se débattre au loin. Elle voit la mort autour d'elle, et elle ne voit que ça. Jusqu'à ce que son visage se tourne sur la petite fille cachée dans l'obscurité. Elle la voit, et elle voit les larmes sur ses joues. Elle voit l'espoir qu'elle misait sur cette rencontre, tombé en poussière. Elle voit, les cendres, le feu, la désolation. Elle voit toutes ces choses qui marqueront à jamais l'esprit de cette gamine. Elle sait ce qu'il lui reste à faire Diana. Parce qu'elle est l'héritière d'une nation vouée à être réduite à néant si elle ne fait rien. Elle est prête à tout, prête à tout pour les sauver. Quitte encore une fois, à périr. « Je me souviens de toi. » sa voix est ferme. Il se retourne vers elle et arque un sourcil. « Tu étais au palais, je te reconnais. » Elle ne baisse pas son regard, malgré la douleur qu'elle ressent. « Tu l'as tué. » Il se met à rire. « Et après vous avoir tué, on pourra m’appeler le tueur d'Osanos. » Diana frémit. Elle pose le regard sur sa sœur. Elle ne peut pas la laisser comme ça. « Diana.. » Lazar reçoit un nouveau coup. « Tue moi si tu le souhaites, mais ne la tue pas elle. » Elle baisse les yeux sur sa sœur. « Ma mort aura beaucoup plus d'utilité que la sienne. » Elle s'avance légèrement, mais il pointe son arme vers elle. Elle se met à reculer doucement. « Elle, elle peut te servir à t'emmener au QG de la résistance. Elle te mènera à tout un peuple, et l'Impératrice t'offrira sûrement une très grande récompense. » Il pointe maintenant son arme vers Lula. « Je peux très bien la tuer, et décider de t'utiliser jusqu'à ce que je n'ai plus besoin de toi. » Elle serre le poing. « Si elle meurt, je meurs aussi. Tu n'auras aucun moyen de pression contre moi. » Il hésite. Des bruits de pas retentissent au loin, et ils se retournent à l'unisson. Le coup de feu retentit. Anastasia tombe au sol, morte. Lazar en profite pour se sortir de l'emprise du soldat sur lui, et s'approche en courant de Diana. Elle secoue sa tête et la pointe vers sa sœur. Il s'empresse alors d'attraper Lula par son épaule valide et la soulève. Diana fait un signe à la gamine qui se met à courir en leur direction. Un deuxième coup de feu retentit, et la gamine tombe au sol. La main de Diana vient se plaquer sur sa bouche. Elle retient un cri, mais n'arrive pas à retenir son sursaut. « Tentez une nouvelle fois de vous enfuir, et je vous descends tous. » Diana ne bouge pas. Son cœur semble vouloir s'arracher de sa poitrine. Des larmes salées tombent de ses prunelles. Comètes pénétrant l'atmosphère. Le corps de la gamine est à ses pieds, le crâne en sang. Diana n'a pas réussi à la sauver. Elle inspire profondément. Et son visage se peint d'une froideur sans nom. Glace qui pénètre dans son palpitant, acide qui pénètre dans ses veines et poison qui suinte de ses tripes. « Lazar. » Elle brise le silence. « Prends Lula avec toi, et diriges toi vers la plage. » Le soldat se met à rire. « Retrouvez Dimitri, et fuyez. » Il se met à rire de plus belle. Elle plonge ses prunelles dans les siennes. Elle entend Lazar et Lula, leurs réticences suintés de leurs lippes. « C'est un ordre. » Elle ne leur laisse pas le choix. Alors ils l'écoutent. Lazar lui avait fait une promesse. Le soldat claque des doigts, et les membres restant de son équipe se mettent à courir dans leur direction. Elle lève simplement le bras, puis fait un mouvement rapide. L'eau du bassin vient s’abattre sur les soldats qui vont s'empaler contre les roches du mur. Elle tremble Diana, et ses jambes lui semblent lourdes. Mais le tsunami dans ses veines se réveille. Il ne demande qu'une seule et unique chose. Engloutir tout ce qui viendra en travers de sa route. Atlantide. Voilà en quoi cette grotte risque de se transformer. Cité engloutie par les flots. Et Diana se fiche d'être engloutie avec cette dernière. Elle protégera les siens, coûte que coûte. Le soldat regarde ses hommes à terre, balayés d'un simple mouvement par la princesse des océans. « Je ne sais si c'est de la prétention, du courage ou de la folie qui t'anime mais.. » Elle le coupe. « Les trois. » Elle fait un nouveau mouvement, et la cascade derrière elle, se laisse mouvoir. « Cours. » L'eau se transforme en pics de glace, elle s'apprête à l'embrocher. Elle balance ses mains en avant, puis le coup de feu part. Les pics retombent au sol, se brisent. Et la guerrière avec. Elle pousse un cri à en déchirer la nuit. Elle regarde la marque sur son épaule. Elle n'arrive pas à la voir, le sang s'en échappe bien trop vite. Elle panique mais se met à rire. Si elles s'en sortaient, Diana imaginait très bien Lula comparer leurs cicatrices. Il s'approche d'elle, le pistolet toujours pointé dans sa direction. « Tu t'es surestimé, petite sirène. Tu aurais dû fuir avec eux pendant que tu en avais l'occasion. » Diana darde son regard sur lui, et se met à sourire. « Tu parles beaucoup, pour quelqu'un qui meurt d'envie de me tuer. » Il s'agenouille près d'elle, et range son arme. Il l'attrape par les cheveux, et plaque son visage près du sien. Elle sent son souffle chaud, son haleine respirant la mort. Il lèche doucement son visage, et ça lui donne des frissons. Elle ferme les yeux, retient ses larmes. Elle ne pouvait pas mourir comme ça, pas maintenant. Elle n'en avait pas le droit. Elle ne méritait pas ça. Elle effectue un léger mouvement du poignet, et un pic de glace se reforme à son insu. Ses lèvres se posent sur les siennes, mortel poison qui pulse dans ses veines. Il mordille sa lèvre inférieure, et elle sent le sang dans sa bouche. Goût métallique et froid. L'arme sous sa gorge fait accélérer son palpitant. « Pour Aymeric. » Et le pic de glace s'enfonce dans la cage thoracique de son bourreau. Son corps est tremblant, puis s'effondre. Elle inspire profondément, comme si elle avait manqué de se noyer. Elle s'approche du cadavre de la gamine et la serre dans ses bras. Elle s'excuse, elle lui demande pardon. Elle pleure Diana. Elle pleure, parce qu'elle n'a pas réussi à sauver tout le monde encore une fois. Elle pleure parce qu'elle a l'impression de revivre la mort d'Aymeric, de son frère. Et ça, ça la tue. Elle se relève difficilement, puis passe sous la cascade. Elle voit Lazar et Lula au loin, mais toujours pas de Dimitri. Ses yeux se plongent vers l'immensité bleu de l'océan. Phare au milieu de la côte, navire traversant les sept mers. La relève arrive, elle peut le voir. Elle sourit, de soulagement. Parce qu'ils sont sauvés. Jusqu'à ce que son regard se perde à nouveau sur la plage. Lazar et Lula n'étaient pas seuls. Des mercenaires étaient encore à leur poursuite. Elle pose une main sur son épaule blessée, et tente de courir dans leur direction. Son palpitant lui fait mal, roller coaster, elle sait que ses chances de les rejoindre rapidement sont minces.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 350
‹ AVATAR : gal gadot
‹ CRÉDITS : bonnie.

‹ AGE : trente deux ans
‹ STATUT : célibataire, troublée, elle est trop occupée avec la résistance pour avoir le temps d'y penser.
‹ SANG : argent, noble. descendante osanos, elle n'est pas héritière mais fait partie de la fratrie osanos originelle.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 1) + leadership (niv 1.) + agilité (niv. 1) || résistance à : attaquant, dominance) || prochains achats (endurance, méfiance, ténacité) aura résistance à attaquant, dominance x2, effort physique, manipulation.
‹ METIER : osanos en fuite, elle a été destituée de son poste d'ambassadrice de la nation de l'eau au gouvernement mais elle est avant tout bras droit dans la résistance aux côtés de son frère. atalante met un point d'honneur à aller sur le terrain et porter main forte aux soldats de la résistance.
‹ ALLEGEANCE : à elle, à sa famille, à la résistance. à la justice.
‹ ADIUTOR : galel valandir est son adiutor après des débuts difficiles.
‹ POINTS : 2280

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Jeu 29 Juin - 21:28

tsunami in our veins
(by anaëlle)

Elles n'étaient pas venues. Cette phrase, Atalante la répétait sans cesse dans son esprit, tentant de trouver une quelconque raison à leur absence. Pourtant, tout ce qu'elle réussissait à dénicher n'était que la chose suivante : elles étaient en danger. Ça ne pouvait qu'être l'unique raison pour manquer leur point de rendez-vous. La mission avait été, depuis le départ, un test pour Lula. Après maintes reprises, Diana avait enfin ouvert les yeux sur le potentiel de sa soeur et avait appuyé, pour une fois, la requête stagnante de sa tante d'envoyer la plus jeune sur le terrain. Johann avait accepté face à la coalition des deux femmes et avait affecté les deux soeurs sur une mission. Atalante aurait préféré qu'il s'agisse d'une mission moins périlleuse. Car si les deux filles de Johann ne voyaient pas de raison pour s'inquiéter, Atalante s'était étrangement montrée réticente. Le recrutement était quelque chose d'extrême et d'impardonnable : c'était une histoire de pile ou face, loin de la facilité d'une mission d'approvisionnement qui ne nécessitait pas de se mettre en danger. On connaissait les fournisseurs depuis longtemps, on les savait loyaux et généreux loin de l'incertitude quant à la nature de possibles recrues. De nombreuses missions de recrutement avaient été le spectacle de pertes et de trahisons, de par son expérience la résistante le savait. Alors elle avait négocié un point de rendez-vous, une étape à franchir mais surtout une excuse pour se trouver à proximité si besoin. Alderan l'avait naturellement suivie, fidèle à lui-même.

Ils avaient attendu, perchés sur leurs montures. Les mains d'Atalante s'étaient longuement agitées sur les rênes de son cheval, incapable de rester ne serait-ce que l'once de calme. Et elle n'avait pas dit un mot à Alderan, le regard fixé vers la plage depuis les terres vallonnées d'Aguarini, lieu de leur rendez-vous à quelques minutes de la grotte où les maîtres de l'eau devaient se trouver. Son silence avait été inhabituel, surtout alors qu'ils se trouvaient seuls loin des regards. D'ordinaire, elle aurait certainement saisi l'occasion pour se laisser aller et plaisanter avec le colosse mais l'heure n'avait pas été à l'amusement. L'inquiétude l'avait rongé de ne pas voir les deux jeunes filles sortir de la grotte. Et lorsqu'elle voit une silhouette féminine sortir de la grotte en titubant son sang ne fait qu'un tour alors que ses ongles se plantent dans le cuir de ses rênes. De cette distance, elle n'arrive pas à voir s'il s'agit de Lula ou Diana, mais elle sait avant tout que c'est sa propre chaire. Sans plus réfléchir, elle s'élance au galop vers l'océan, son long manteau noir se soulevant sous la vitesse du cheval qui écrase la terre de ses sabots. Alderan est loin dans ses pensées à présent, seulement tournées vers la silhouette qui courre tant bien que mal vers l'océan, suivie de près par des hommes. Elle en compte quatre et son sang tambourine contre ses tempes avec violence tandis que son manteau s'envole finalement derrière elle. Atalante a l'habitude de se battre sans. Il entrave ses mouvements et le vent froid d'Aguarini lui mord la peau subitement, elle qui avait été habituée ces derniers temps à la chaleur des terres Oshun. Dans son dos, son épée en biais.

C'est Lula.

Atalante hurle son prénom, avec dans sa voix toute l'angoisse du monde. Cette dernière se brise, manque d'air, mais ça ne l'empêche pas de crier à nouveau son nom. "Lula !" qu'elle répète, sans comprendre réellement la situation. Tout ce qu'elle sait, c'est qu'elle est blessée et que des hommes lui courent après. Le temps des explications viendra plus tard, la résistante se doit d'abord de protéger sa famille. Sa nièce. Comme elle ne l'avait pas pu quelques semaines plus tôt avec son neveu. Puis finalement, ses mâchoires se serrent tout comme ses sourcils se froncent : elle arrive bientôt à la hauteur de la jeune femme et c'est l'attitude d'une personne sur le point de tuer qu'elle enfile comme un costume. La tante laisse derrière elle ses émotions envahissantes et se transforme en soldat. Celui dont le nom est murmuré avec effroi par les troupes ennemies et avec admiration par les siens. Sur sa droite, elle voit Diana sortir seule de la grotte, visiblement blessée également. Elle courre mais n'arrivera pas à temps, son coeur se serre sans qu'elle ne se déconcentre.

Atalante lâche enfin ses rênes, en plein galop. Cela fait des années qu'elle se bat pour la résistance, suffisamment de temps pour développer des capacités au combat équestre. Ses cuisses se tendent et se bloquent, lui permettant de garder un certain contrôle sur sa monture qui fonce toujours droit vers Lula et les hommes à sa poursuite. L'exercice, son cheval le connait, habitué. Les bras libérés, elle entame plusieurs mouvements avec ces derniers, drainant l'eau salée de l'océan vers elle, créant plusieurs sphères d'eau tout en galopant vers les hommes. Une fois à leur portée, ses bras se tendent dans leur direction et les sphères se dirigent à toute vitesse vers eux dans un cri de rage de la part de la brune qui puise dans sa colère la détermination suffisante pour se battre. Ce n'est qu'une fois près d'eux qu'elles changent de forme pour se transformer en pic glacés, transperçant l'un d'eux tandis que les trois autres s'étant retournés à temps évitent le même destin funeste. Diana continue de courir dans leur direction et Atalante profite d'un moment de flottement face à cette attaque subite pour s'adresser à elle à travers la plage. "Reste ici !" lui ordonne-t-elle sévèrement, elle voit son visage se déformer par peur et tourne la tête à temps pour voir un homme au fusil pointé vers elle. Atalante réagit par réflexe, se baissant en arrière, son dos claquant contre la croupe de son cheval. Elle évite la balle de justesse tandis que celle-ci file dans le vide le plus total, les années de guerres paraissent alors comme une bénédiction. Jamais elle n'aurait été capable d'une telle chose si ça n'avait été pour l'entrainement et ses années d'expérience. En se baissant, la brune avait repris en main ses rênes et tirées sur celle-ci intimant à sa monture de s'arrêter. A peine se relève-t-elle qu'elle saute sur terre et frappe la croupe de son cheval pour l'obliger à courir. La direction l'importe peu, tant qu'il ne reste pas au milieu de ce qui ressemble maintenant à un champ de bataille. Puis Atalante se met à courir vers un des trois survivants, épée en main, prête à éventrer la prochaine personne sur sa route. Un autre cri empli de force et de détermination lui échappe alors qu'elle croise enfin le fer avec un des gardes qui s'était lui aussi lancé dans sa direction, épée entre ses phalanges.

Car s'ils voulaient mettre un terme à la vie de ses nièces, il faudrait qu'ils la tuent, elle, d'abord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 407
‹ AVATAR : Chris Pratt.
‹ CRÉDITS : faust, astra, LΛZΛRE.

‹ AGE : Trente-sept.
‹ STATUT : Épris de l'océan, la liberté des embruns, la fougue des vagues. Elle répond aussi à ce nom.
‹ SANG : Bronze, né de rien, tend pourtant à s'élever.
‹ COMPETENCES : Bagou (niv.1), Loyauté (niv.1) & Audace (niv.2)
‹ METIER : Partagé entre les flots qu'il sillonne en tant que pêcheur et la terre qu'il parcourt en défenseur de juste cause.
‹ ALLEGEANCE : Les Osanos et la résistance qu'il sert au péril de sa vie en tant qu'officier des éclaireurs.
‹ ADIUTOR : Pied de nez fait à l'académie boycottée, nul ne le sert sinon comme matelot à bord de l'Othenor.
‹ POINTS : 496

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Jeu 6 Juil - 2:22

Elle n'avait pas décoché un seul mot depuis leur départ, et à l'expression qui marquait ses traits, Alderan sut qu'Atalante avait peur. Peur pour ses nièces, peur pour son sang, peur de les perdre comme elle avait perdu son neveu. Une peur en toute somme légitime, mais qu'Alderan ne partageait pas, et c'est sans doute pourquoi il garda lui aussi le silence. Il connaissait Atalante. Il savait que même s'il avait fait tous les efforts du monde pour la convaincre que tout se passerait bien, son amie demeurerait intrinsèquement convaincue du contraire. Alors il laissait faire. Il jetait de temps à autre un regard curieux à la frimousse de l'Osanos pour voir si cela changeait, mais non. Bornée, elle ne se débarrassait pas de son masque d'inquiétude ; pis encore, c'était la nervosité qui la gagnait, à jouer avec les rênes de son cheval. Alderan, couché sur l'encolure de sa jument noire, se mordait la joue pour ne pas prendre la parole. Les yeux sombres d'Atalante ne quittaient pas de vue la plage, et d'un côté, elle avait sans doute raison. C'était surtout dans sa nature, de veiller à ce que tout se passe bien. Il était certes vrai que Lula et Diana avaient manqué leur point de rendez-vous, mais Alderan, en indécrottable optimiste qu'il était, avait choisi de ne pas en faire tout un drame. Cette mission était un test pour Lula, et il savait de quoi la jeune femme était capable. Après tout, elle était à peine moins âgée que sa sœur, et l'âge n'était en aucun cas un motif d'incapacité. Il en était lui-même la preuve, pour servir la résistance depuis ses onze ans.

Le vent lui cinglait le visage, et cette plage droit devant ne faisait que rappeler au marin son irrésistible envie de partir en mer. Il se laissa distraire momentanément par le bruit des vagues et cette odeur bien particulière qui flottait près de bords de mer, puis il se concentra à nouveau sur la plage. Il se redressa sur sa monture, impatient. Il n'était pas dans ses habitudes de rester passif aussi longtemps. Sa vue n'était pas aussi perçante que certains et il devait plisser les yeux pour distinguer des formes au loin. Il réajustait sa position sur sa selle lorsque Atalante s'élança comme une flèche sans un mot, et les pans de son manteau flottant sur les flancs de son cheval. Alderan distingua alors une silhouette sur la plage, et sans plus tarder, il éperonna sa monture pour tenter de rattraper Atalante. Il lança sa jument au galop, conscient que son amie d'enfance avait bien plusieurs secondes d'avance sur lui et qu'elle atteindrait le silhouette sur la plage bien avant elle. Des gerbes de sable volaient dans tous les sens lorsqu'il gagna enfin la plage. Il vit Atalante tuer l'un des quatre mercenaires dans un enchaînement d'action à couper le souffle, mais le colosse ne se laissa pas déconcentrer et arriver à hauteur de Lula, il tira les rênes de sa monture pour stopper sa course et sauta à terre. Il fut alors pris entre deux feux ; celui de rester protéger Lula, et celui d'aller prêter main forte à Atalante. La première étant blessée, Alderan choisit de rester pour assurer sa sécurité. Un des trois assaillants ayant échappé à la furie criminelle d'Atalante approchaient à grands pas, et laissant ses mains tracer des figures dans le vide, il draina l'eau de la mer jusqu'à former une bulle assez grande pour y contenir un homme. D'un geste du poignet, et au moment propice, il fit prisonnier le mercenaire de la sphère d'eau marine. Il maintint celle-ci au-dessus du sable et regarda fixement l'homme se débattre en son sein, jusqu'à ce que la vie ne le quitte au bout de plusieurs convulsions vaines. Il relâcha alors la sphère qui éclata au sol en éclaboussures, tandis que le cadavre du mercenaire noyé tombait dans le sable dans un bruit sourd. Cet enchaînement demandait autant de concentration que d'énergie, et Alderan ressentit une légère migraine tout en se tournant vers Lula pour s'enquérir en un coup d'œil de son état de santé. « Par les sept, Lula, » dit-il en voyant son bras ensanglanté. Il tira un couteau de sa ceinture et déchira un pan de sa manche, assez grand pour faire un garrot. « Reste tranquille, » susurra-t-il avec douceur tandis qu'il procédait, nouant le morceau de tissu autour du bras de la jeune femme. Il réalisait alors que l'inquiétude d'Atalante était fondé, et qu'il n'avait nullement envie de se trouver à la place de ces mercenaires lorsque le courroux de la brune s'abattrait sur eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 919
‹ AVATAR : marie avgeropoulos
‹ CRÉDITS : @milles rêves. (av), gatsby & oblivion (gifs)
‹ COMPTES : ariane griffth.

‹ AGE : vingt cinq ans qu'elle endure les souffrances que le monde lui inflige, vingt cinq ans qu'elle se protège.
‹ STATUT : célibataire, tomber amoureuse n'est pas envisageable pour une fugitive. anciennement fiancée à un osoryd contre son gré.
‹ SANG : sang argent, sang de la noblesse.
‹ COMPETENCES : niv. 4 évaluation (-manipulation/aux commérages.), niv. 4 honneur (-persuasion), niv. 4 ténacité (-dominance)
‹ METIER : en fuite, qualifiée d'ennemi numéro un de la couronne.
‹ ALLEGEANCE : comme tous les membres des osanos, sa raison de vivre est la résistance.
‹ ADIUTOR : une personne qu'autrefois elle détestait, qu'elle méprisait, mais qui maintenant commence à se faire une place dans son coeur de glace, themys isaksen.
‹ POINTS : 1738

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Dim 9 Juil - 18:07




MISSION I.
✵✵✵
tsunami in our veins


Boum boum boum. C’était comme si on lui martelait la tête avec un marteau. Ce fichu mal de crane ne voulait pas cesser et la douleur provoqué par la balle qui l’avait effleuré lui faisait horriblement mal. La princesse de l’eau distingue difficilement ce qui l’entoure. Elle sait que Lazar de bat derrière elle, illuminant la crique en laissant des éclairs s’échapper du bout de ses doigts. Le genoux posaient sur le sol, elle tente de contenir le sang qui coule de sa plaie. Un bruit vient jusqu’à ses oreilles, comme si quelqu’un venait de tomber. Diana peut-être ? Elle n’a pas la force de relever la tête, trop occupé avec sa propre blessure. Lorsqu’elle voit les genoux de sa sœur contre le sol et sent sa main se poser sur son épaule, son sang ne fait qu’un tour. Diana était là. Elle était restée. Un sentiment de soulagement l’envahit. Malgré les coups de feu et les bagarres, elle se sent mieux lorsque sa sœur est à ses côtés. Diana s’excuse. Comme d’habitude, elle endosse la responsabilité de l’attaque. Les yeux de l’ainée des Osanos sont mouillés, mais elle contient ses larmes. Sa main se plaque sur sa bouche. Lula veut lui dire que ce n’est pas de sa faute, que c’est elle qui a insisté pour participer à cette mission, mais son corps se fige lorsque son regard se pose sur les poignets de sa sœur. Ses yeux s’écarquille. « Tes poignets... » Seuls ces deux mots s’échappent de sa bouche, incapable d’en dire plus. Elle aimerait également lui dire qu’elle est désolée, mais elle sait pertinemment que ce n’est pas de sa faute. Ce n’est de la faute de personne, mis à part de ces hommes qui les ont pris par surprise. Ces hommes qui portent un uniforme, ces hommes de la nation du feu. Horribles personnages qu’ils sont. Ces yeux se ferment lorsqu’elle sent la main de sa sœur lui caresser les cheveux. Cela lui rappelle des souvenirs de leur enfance. Enfance si douce, si paisible. Diana venait toujours la rassurer lorsqu’elle faisait un cauchemar, et comme Lula était une véritable boule de nerf après ses rêves terrifiants, elle lui passait la main dans les cheveux en fredonnant. Un soupir s’échappe de ses lèvres. Qu’est-ce qu’elle aimerait retourner à cette époque. Lui promettant de la sortir de cette crique, elle l’aide à se relever. Malheureusement, la tête de la gamine tourne. Le sang ne cesse de couler, elle en a perdu une grande quantité, ce qui n’arrange pas les tourbillons. Elle s’agrippe tant bien que mal à son ainée, essayant de la suivre. Lorsque Diana lui avoue que Atalante, leur tante, et Alderan s’apprêtent à les rejoindre, un espoir de voir enfin la sortie du tunnel se fait sentir. Cependant, lorsque sa sœur cesse de parler, Lula ne réalise pas tout de suite ce qui est en train de se passer. Elle est concentrée sur Atalante et Alderan, leurs sauveurs. Elle relève la tête pour croiser le regard de sa sœur. Elle se crispe. Elle a peur, elle est terrifiée à l’idée de voir sa sœur mourir sous ses yeux. Pas encore. Pas une nouvelle fois. Son cœur se serre, ses yeux restent plantés dans ceux de Diana, pour la rassurer autant qu’elle la rassure. « Je savais bien que tu finirais par sortir de ta cachette. » Lula tressaillit. Il fallait qu’elle réfléchisse et vite, ou alors ils allaient tous y rester. Le sang continuait de couler de son épaule, et son cerveau commençait à en manquait. Les choses n’étaient pas très claires, tout était embrouillés. La seule chose dont elle était certaine, c’était qu’elles étaient prises au piège. Le regard de sa sœur se tourne vers son mêlé, qui n’a aucun mal à vaincre ses assaillants jusqu’à ce qu’un d’entre eux finisse par le mettre à terre. Les sourcils de Lula se froncent. Mais où était Dimitri ?  Sa sœur se redresse, levant doucement les bras en signe de paix. « Ne lèves pas tes mains. Ne bouges pas. » Elle se stoppe. Le cœur de Lula s’accélère, ses pulsations sont de plus en plus rapide, si cela est encore possible. Sa sœur lui tourne le dos pour faire face à l’homme qui pointe l’arme sur elle. Lula n’est que spectatrice, elle ne peut rien faire. Elle est beaucoup trop affaiblie. Elle aimerait faire quelques choses. Lorsqu’il pose ses mains sur la mâchoire de Diana et la jette au sol, s’en est trop. D’un geste rapide –aussi rapide qu’elle le peut du moins- elle tend une main en espérant faire bouger l’eau qui s’écoule au fond de la crique. En vain. En la voyant échouer si lamentablement, l’homme affiche un rictus moqueur. Pauvre type. « Occupez-vous d'eux, je m'occupe d'elle. » Un autre homme vient l’attraper par derrière et la tient fermement. Il prend soin de lui appuyer avec force sur sa blessure, pour la neutraliser. Un petit cri lui échappe, sous la douleur. Lula fixe sa sœur, comme si c’était la dernière fois qu’elle la voyait. Elle ne pensait pas qu’elle serait aussi pétrifiée devant l’ennemi. Elle se giffle intérieurement pour se laisser faire de la sorte et pour ne pas défendre sa sœur qui se fait frapper à la tête. Elle se sent idiote et vulnérable. Elle se sent mal. Du sang s’écoule par le nez de Diana. La vue du sang ne l’a jamais effrayé, ni donné la nausée, mais la c’est différent, c’est du nez de Diana qui coule. Ses lèvres se pincent, ses yeux fixent le regard ambré de son ainée comme pour la soutenir à distance. Elle a envie de crier, de hurler pour qu’il la laisse tranquille. Elle est là, elle restera avec elle jusqu’au bout. Lorsqu’elle ouvre la bouche, sa sœur lui coupe la parole. Les yeux de Lula s’écarquillent en entendant les mots que sa sœur prononce. Elle le connaît. Il était au palais. Il était là quand… quand les yeux de son frère se sont fermés à tout jamais. Sa mâchoire se serre, elle regarde l’homme en question, celui qui a assassiné son frère. Ses yeux lancent des éclairs. « Et après vous avoir tué, on pourra m’appeler le tueur d'Osanos. » Sa remarque ne la fait pas rire. Elle ne fait rire personne. Quant à Lazar, il est de plus en plus mal. Après avoir reçus plus de coup qu’il n’en fallait, sa voix résonne dans la crique. Diana se jette alors dans la gueule du loup. Lula se débat contre la personne qui la tient, en vain. « Non, s’il te plait Diana.. » Elle la supplit. Rester seule ne présage rien de bon. Elle ne veut pas la laisser, Diana a besoin de Lula autant qu’elle besoin d’elle. « Je peux très bien la tuer, et décider de t'utiliser jusqu'à ce que je n'ai plus besoin de toi. » Elle regarde sa sœur, pour la supplier d’arrêter. Elle ne veut pas partir. Puis, un nouveau coup de feu retentit. Quelqu’un tombe bruyamment sur le sol. Anastasia Dashkov. Lula ne sait pas ce qu’il s’est passé entre elle et sa sœur, ni qui était cette femme, mais vu les blessures que Diana a aux poignets, ce n’était pas une femme bien. Ce n’était pas une résistante. Ce n’était qu’une traitre. Lazar provite de cette brève diversion pour se défaire de l’emprise d’un des soldats et court vers Diana. Lorsque sa sœur la pointe du doigt, le cœur de Lula se sert. Elle ne pense pas une minute à sa propre protection, elle ne pense qu’à celle de Lula. L’homme qui la tient prisonnière la lâche pour contrer les intentions du mêlé, mais ce dernier le neutralise. Elle sent le bras de Lazar entourer son épaule, puis sent ses pieds décoller du sol. Une nouvelle fois, la jeune Osanos s’apprête à ouvrir la bouche, mais un deuxième coup de feu la coupe. Non, ce n’est pas possible. L’homme venait de tuer Elena. Lula, trop surprise pour réagir, ne bouge plus. Ses yeux fixent le corps de la petite, inanimé. « Tentez une nouvelle fois de vous enfuir, et je vous descends tous. » Il n’y avait rien de surprenant qu’un homme tel que lui n’ait aucun scrupule à assassiner une gamine. Il avait déjà tellement de sang –dont le leur- sur les mains. Comme sa sœur, Diana est pétrifiée par le geste qu’il vient de commettre. Lorsque la colère se peint sur son visage, Lula comprend qu’il va le payer cher. Sur le ton le plus froid qu’elle n’ait jamais employé, Diana leur ordonne de sortir d’ici. Elle ne leur laisse pas le choix. Le regard de glace, les yeux lançant des éclairs, Lula n’a pas d’autres choix que d’écouter son ainée. Elle se résigne. « Diana, fait attention. Je… » Elle n’a pas le temps de finir sa phrase, Lazar l’a déjà emmené trop loin pour que sa sœur l’entende. Elle voulait lui dire qu’elle l’aimait et qu’elle ne voulait pas la perde. Pas elle. Et sa tête qui ne cesse de tourner, sa douleur au bras qui la déchire, mais qu’importe. Elle ne pense qu’à sa sœur.  Du bout des doigts, elle serre la veste de Lazar avec le peu de force qui lui reste. « Non, Lazar… Il faut y retourner. » Ses mots ne sont que des murmures, mais elle sait qu’il l’entend. Il ne la laisserait jamais ici, seul sachant que des soldats étaient à leurs trousses. Juste avant de perdre connaissance, elle semble entendre son prénom au loin. Atalante. Ils étaient enfin là. Elle soupire de soulagement. L’adrénaline retombe, elle se sent de plus en plus faible. Le trop plein d’émotions n’aide pas. Puis, ses yeux se ferment et tout n’est que chaos.

(…)

Le vent marin et le sable lui frappent le visage. Un bruit de métal lui parvient aux oreilles. Péniblement, elle ouvre les yeux et aperçoit le visage inquiet d’Alderan. D’un geste vif, il tire un couteau de sa ceinture et déchire un bout de sa propre manche pour recouvrir sa plaie. A peine a-t-il posé les doigts sur son bras qu’une vive douleur se fait sentir. Lula contient un cri aigüe. Ca fait un mal de chien. Elle serre les poings et regarde au loin le temps que son sauveur termine. « Merci, Alderan. » Un maigre sourire s’affiche sur son visage. Elle est encore faible, mais elle est en possession de ses moyens. Du regard, elle cherche sa sœur et sa tante. Atalante se bat encore, toujours aussi vaillaimment que d’habitude. Mais elle ne voit pas Diana. Elle regarde Alderan, puis Lazar. Non. Diana ne peut pas être morte. La panique s’empare d’elle. Elle tente de se relever, mais elle retombe lourdement. Elle porte une main sur sa tête, l’appuyant contre son front. « Où est Diana ? Il faut aller l’aider, elle a voulu rester dans la crique avec ... » Ce sont les seuls mots qu’elle arrive à dire. Elle avait laissé sa sœur entre les mains du tueur d’Aymeric. Son cœur s’accélère. Ces yeux ne cessent de vaguer de droite à gauche, puis se posent sur une silhouette allongée sur le sable à quelques mètres d’eux. Dimitri. Profitant d’un moment d’inattention de la part des deux hommes, Lula marche à quatre pattes jusqu’à lui. Il est inconscient. Prise de panique de le perdre aussi, elle le secoue dans l’espoir de le réveiller. « Dimitri ! Reveilles-toi, s’il te plait… Ne me laisse pas. » Des larmes perlent sur ses joues. Déjà qu’elle n’avait pas vu Diana depuis son réveil, peut-être était-elle morte ? Elle n’aurait pas supporter de les perdre. Son mêlé laisse échapper un bruit. Un grognement plutôt. Il ouvre les yeux et la regarde. « Tu m’as fais peur, idiot. » Elle le soulève légèrement du sol et l’enlace. Elle le sert de toutes ses forces. Puis, elle l’aide à se relever. Ce dernier en profite pour lui expliquer que lorsqu’il était dans la crique, il a entendu un bruit. « Ce n’était qu’un bruit insignifiant, je n’ai pas voulu vous alerter. Je pensais pouvoir neutraliser l’ennemi, mais je me suis surestimé. Ils étaient trop nombreux. Je suis désolée, j’aurais du vous prévenir. » D’après ses dires, il était sorti de la crique parce-qu’il avait repéré un soldat. Comme toujours, il s’était cru plus fort que tout le monde et avait voulu le neutraliser. Sauf qu’ils lui sont tous tombés dessus. « Ce n’est pas grave, l’important c’est que tu n’es rien. Maintenant, il faut aller aider Diana. » Son ton était beaucoup moins déterminé qu’elle ne l’aurait voulu. Dos à tout le monde, Lula ne s’était pas aperçu que sa sœur était sortie de la crique, et ne pensais qu’à une chose, la retrouver coûte que coûte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 323
‹ AVATAR : phoebe tonkin.
‹ CRÉDITS : .lollipops (ava), hayleymarshalldaily (gifs), astra (signature)

‹ AGE : twenty-seven, tombent les années. comète déchirant la voie lactée. la déesse erre sur cette terre, n'attendant qu'à faire renaître sa nation engloutie par les flots.
‹ STATUT : single, l'amour est un poison qu'elle tente d'ignorer. sentiment délicat qui pourrait la mener à sa perte, elle aime sa famille, elle aime les siens, et c'est tout ce qui compte jusqu'à présent. son coeur est enfermé dans une prison de glace, forgée par ses artères.
‹ SANG : silver, le sang palpite, suinte telle des perles nacrées. couronne brisée et enfouie dans un sarcophage, elle est la légitime héritière de la nation de l'eau. atlantide perdue.
‹ COMPETENCES : leadership (niv. 4), charisme (niv. 1), honneur (niv. 1)
‹ METIER : capitaine au sein de la résistance, elle gère cette dernière aux côtés de sa famille. princesse d'une nation oubliée, plongée dans les abysses d'un monde laissé à feu et à sang. paix dystopique, qu'elle tente d'absoudre.
‹ ALLEGEANCE : always and forever, aux siens, aux osanos. à sa nation, et à ses désirs.
‹ ADIUTOR : lazar dragomir.
‹ POINTS : 348

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Sam 15 Juil - 0:17

Son palpitant lui fait mal, roller coaster, elle sait que ses chances de les rejoindre rapidement sont minces. Elle en saigne la déesse. Parce que c'est comme un écho, un souvenir qui lui revient en pleine face. Boomerang qu'elle se prend en pleine tête. Elle voit Lula et sa blessure, Lula et les mercenaires aux trousses. Atalante et Alderan juchés sur leurs fidèles destriers. Et elle espère Diana, qu'ils arriveront à temps. Parce que Diana le sait. Quoiqu'elle fasse, elle n'y sera pas. Quoiqu'elle fasse, elle ne pourra jamais arriver à temps pour sauver Lula. Et ça lui déchire le cœur, lui arrache les entrailles. Parce qu'elle a déjà perdu Aymeric. Elle a déjà perdu des amis, et elle a déjà perdu trop de choses. Sa respiration se perd peu à peu, et elle a du mal à prendre de la vitesse. Ses pieds semblent s'enfoncer dans le sable mouillé, et son épaule qu'elle tient d'une main, lui fait un mal de chien. Elle saigne et elle sème son hémoglobine rouge et pourtant argenté derrière elle comme le petit poucet, mais elle n'en a que faire. Elle veut se battre jusqu'à la fin. Parce que si Lula venait à disparaître aujourd'hui, si Lula venait à mourir de la main de l'un de ces mercenaires, la princesse guerrière qu'elle était, ne pourrait pas s'en remettre. Parce que tout cela serait de sa faute. Parce qu'elle aurait pu empêcher ça de tellement de manières différentes, et parce qu'elles n'auraient jamais dû se trouver là en premier lieux. Parce que Lula était sa sœur, une part d'elle. Elle n'était pas qu'un vulgaire soldat qu'on jette à l'abattoir.

Son souffle est court, mais elle continue. Elle ne regarde pas sa tante, qui admirable, se bat comme la déesse même de la guerre. Elle ne regarde pas Alderan non plus, son acolyte. Elle ne voit que Lula. Elle en oublie Lazar, Diana. Et sa propre vie. Elle ne pense qu'à elle. Mais le cri de sa tante à son attention l'arrête dans sa course. Elle se stoppe, puis place une main sur sa bouche alors qu'Atalante manque d'être abattue par un mercenaire. Sa tante s'affaisse sur son cheval, évitant la balle de peu. Elle enchaîne ensuite quelques mouvements, et Diana la voit quelques secondes plus tard à terre, épée en main. Admirative, elle ne bouge pas. Pourtant, en elle se livre une bataille. Écouter la sagesse de sa tante et ne rien faire, ou continuer dans sa lancée, malgré sa blessure à l'épaule et la probabilité qu'elle n'arrive pas à temps. Elle n'a pas le temps de réfléchir plus longtemps. Elle agit à l'instinct, et ses jambes se mettent à courir d'elle-même. Tant pis si sa tante la réprimande, tant pis pour les conséquences. Elle est prête à toutes les assumer, sauf la mort de sa sœur. Elle ne quitte pas le groupe des yeux, et regarde droit devant elle. Alderan noie un des mercenaires avec une technique magistrale, et Diana ne peut s'empêcher d'avoir des yeux admiratifs un bref instant. Elle avait presque oublié à quel point, lui aussi, était doué. La princesse continue sa course, trébuche puis se relève douloureusement. Elle relève le regard, et s’aperçoit alors que Lula a disparu. Son palpitant s'excite, s'agite dans sa cage thoracique.

Elle lève son bras devant elle, continuant à courir. Elle se concentre, tente de ressentir les vagues de la mer. Elle tente de ne faire qu'un avec son élément, de le contrôler comme elle l'a toujours fait durant des années. Mais l'exercice est difficile. Elle n'arrive qu'à former une petit pic de glace, ressemblant à une lance. D'un mouvement du poignet, la lance fonce dans les airs, et vient percuter la poitrine d'un mercenaire. Elle voit Lula se déplacer, quitter Lazar et Alderan, trop occupé par les mercenaires et le combat d'Atalante. L'inconsciente. La scène la terrifie. Elle voit sa sœur, près de son adiutor. Et elle voit surtout, le mercenaire au sol. Titubant jusqu'à elle, une arme au poing. Il était blessé, mais pas achevé. Et Lula ne le voyait même pas. Diana crie son nom, mais elle ne l'entend pas. « Lula! » s'époumone t-elle. « Lula! » Elle ne remarque pas les mercenaires, tombés sous les coups d'Atalante, ni même si Lazar et Alderan se sont rendu compte de l'absence de sa sœur. Il risque d'être trop tard. La rage monte en elle, comme un poison qui s'insinue dans ses veines. Feu ardent qui vient lécher ses entrailles, montant de son bassin à ses artères. Elle n'arrivera jamais à temps. Elle en est certaine. Alors elle puise dans ses dernières forces Diana, et elle perd le contrôle. Tsunami qui s'empare d'elle. Abysses dans lesquelles elle s'enfonce. La Déesse s'apprête à déverser des flots cinglants et dévastateurs. Elle peut éviter Lula, elle peut l'empêcher d'être blessée. Mais elle n'arrivera jamais à éviter Atalante, Lazar et Alderan. Ils sont bien trop rapprochés les uns des autres. Elle n'a cependant pas le choix. Et dans un effort surhumain, elle se laisse aller à ses émotions. Elle se laisse aller à cette peine, cette tristesse et cette désolation qui en elle ne font désormais qu'un. Elle se laisse aller à cette perte de contrôle, ô combien terrifiante et grisante. Ses mains se lèvent, et elle en oublie presque sa blessure. Elle en oublie presque le sang qui coule le long de son bras, et qui bientôt, lui fera sûrement perdre la vie si quelqu'un ne vient pas l'aider à temps. Elle en oublie Atalante, elle en oublie Lazar et elle en oublie Alderan. La mer s'agite, gronde. Dangereuse, elle ne fait désormais qu'un avec le bruit des vagues. Ce n'est pas une parcelle d'eau que Diana tente d'arracher à l'océan. C'est l'océan lui-même. C'est une vague assez grosse pour engloutir les mercenaires et ses alliés qui se forme et vient s'abattre sur le groupe, passant seulement à quelques centimètres de Lula et Dimitri. Elle ne pouvait pas faire plus, elle n'en avait pas la force. Et la Lune, ô combien lointaine, n'était en aucun capable de lui faire soulever l'Océan entièrement. La déesse du styx s'affaisse, et perd le sens de la réalité un instant. Sa tête tourne, son nez saigne, son bras saigne. Alors elle espère qu'Alderan, Atalante et Lazar sont en vies. Parce que désormais, c'est elle qui a besoin d'aide. Engloutie par ses propres abysses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 350
‹ AVATAR : gal gadot
‹ CRÉDITS : bonnie.

‹ AGE : trente deux ans
‹ STATUT : célibataire, troublée, elle est trop occupée avec la résistance pour avoir le temps d'y penser.
‹ SANG : argent, noble. descendante osanos, elle n'est pas héritière mais fait partie de la fratrie osanos originelle.
‹ COMPETENCES : attaquant (niv. 1) + leadership (niv 1.) + agilité (niv. 1) || résistance à : attaquant, dominance) || prochains achats (endurance, méfiance, ténacité) aura résistance à attaquant, dominance x2, effort physique, manipulation.
‹ METIER : osanos en fuite, elle a été destituée de son poste d'ambassadrice de la nation de l'eau au gouvernement mais elle est avant tout bras droit dans la résistance aux côtés de son frère. atalante met un point d'honneur à aller sur le terrain et porter main forte aux soldats de la résistance.
‹ ALLEGEANCE : à elle, à sa famille, à la résistance. à la justice.
‹ ADIUTOR : galel valandir est son adiutor après des débuts difficiles.
‹ POINTS : 2280

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Sam 15 Juil - 16:56

tsunami in our veins
(by anaëlle)

À peine était-elle descendu de sa monture qu'elle s'était jetée sur le mercenaire. Leurs fers s'étaient bruyamment croisés, son qui s'était marié au bruit des vagues d'un océan qui se déchaînait à quelques mètres d'eux. Motivée par la colère que lui inspirait ses assaillants et la peur, brûlante, de perdre ses nièces sur cette plage, Atalante ne faisait plus qu'un avec son épée qu'elle tenait fermement entre ses mains. Ses coups, durs et brutaux, étaient parfois accompagnés de rugissements car lionne elle était à ce moment là. Défendant sa famille envers et contre tout, mettant sa propre vie en danger pour assurer celles de ses nièces. Elle manqua à deux reprises de connaître le même destin que le mercenaire qu'elle avait tué quelques minutes plus tôt si ça n'avait été pour ses réflexes aiguisés avec le temps et l'expérience. Chaque fois qu'elle frôlait la mort, ses coups redoublaient d'intensité et sa détermination ne faisait que s'accroître, pareil à un ouragan se nourrissant de la violence des flots. Son adversaire était de taille et Atalante avait failli le sous-estimer mais elle avait été suffisamment sage pour ne pas le faire. Il faisait bien une tête de plus qu'elle et ressemblait plus à une armoire qu'à un homme. D'autres auraient abandonné face à cette montagne mais la résistante se savait plus rapide que ce colosse dont elle lisait les mouvements avec plus ou moins de facilité tant ses coups étaient lents -mais terriblement puissants-. Et si jusqu'ici sa rapidité et sa technique lui avaient suffi pour garder le dessus, l'homme finit par perdre patience et parvint à la désarmer. Son épée alla se planter quelques mètres plus loin dans le sable et l'homme en profita pour asséner un coup qui s'était voulu mortel à Atalante. C'était sans compter ses réflexes qui lui sauvèrent la vie en se jetant sur le côté, au sol. Il tenta à nouveau de la frapper de son épée et Atalante roula sur le côté pour éviter le coup qui fit voler une gerbe de sable tant il avait été violent.

Il la voulait morte, mais n'était pas le premier.

Ses bottes partiellement recouvertes de fer cachaient une lame dans leurs talons qu'elle libéra aisément avant de donner un coup sec aux chevilles du colosse qui lâcha un hurlement bestial sous la douleur. Il tomba une poignée de secondes plus tard, alors que ses tendons étaient probablement lésés et Atalante en profita pour attraper une dague à sa taille et la planter -animale- dans la gorge du mercenaire. Il la fixa un moment avant de mollement retomber sur le sable, tandis qu'elle reprenait difficilement son souffle. La brune profita de cet instant pour regarder autour d'elle le chaos prendre place. Alderan était aux côtés de Lazar et Lula, un mercenaire jonchant le sable non loin d'eux. Diana continuait à courir dans leur direction et Atalante s'avança vers elle, pourquoi ne l'écoutait-elle pas ? Depuis l'endroit où elle se trouvait, elle pouvait clairement voir sa nièce perdre du sang. "Diana !" cria-t-elle à travers la plage, un rappel dur, presque un ordre, dans sa voix teinté d'inquiétude. Pourtant la jeune fille ne s'arrête pas, loin de là elle continue tout en hurlant le prénom de sa soeur. "Lula !" qu'elle répète en s'égosillant. Atalante ne comprend pas au début, Lazar et Alderan étaient avec Lula, elle était en sécurité. Elle les avait vu tous les trois après avoir tué le troisième mercenaire. Diana s'arrêta subitement et Atalante l'imita, prête à lui dire à nouveau de ne pas bouger parce qu'elle perdait du sang et aggravait ses blessures. Mais l'héritière utilisa subitement son élément et ce qui avait échappé à Atalante finit par faire sens. Elle se retourna vers Alderan et Lazar, le coeur serré et la gorge sèche, pour s'apercevoir que Lula n'était plus avec eux. Son palpitant manquant un battement alors qu'elle chercha frénétiquement des yeux Lula pour la trouver quelques mètres plus loin proche de son adiutor... et d'un mercenaire. Atalante réagit au quart de tour, courant à tout allure vers sa nièce. "Alderan, Lula !" appela-t-elle pour attirer son attention et le diriger avec elle vers le mercenaire qui s'avançait vers Lula.

Puis soudain, c'est un pic de glace qui s'abat dans la poitrine de l'homme sans pour autant l'arrêter. Atalante est immédiatement stoppée dans sa course, prise par surprise, seulement pour se tourner et voir Diana en pleine maîtrise de son élément. Derrière elle, elle voit la vague se former et craint le pire : sa nièce était trop blessée pour contrôler l'élément. "Diana, non !" lui crie-t-elle la peur au ventre, le bras tendu vers elle. Mais elle n'écoute pas, n'écoute plus, les yeux rivés vers sa soeur et le mercenaire qui s'approche. Finalement, c'est une course contre la montre qu'elle entame en se dirigeant à nouveau vers le mercenaire qu'elle pense pouvoir atteindre avant que Diana ne commette l'irréparable et ne les mette tous en danger.

Elle a tord.

A peine arrive-t-elle à hauteur du mercenaire que la vague de Diana la touche de plein fouet. Elle n'a le temps de rien. Ni de contrer son attaque en maîtrisant l'eau autour d'elle, ni de se préparer au calvaire qu'elle va vivre dans les prochaines secondes. Son corps désarticulé est balancé dans tous les sens, avalée par l'océan déchainé tandis que l'eau d'ordinaire salvatrice et asservie s'immisce dans ses poumons. Elle tente de remonter à la surface, en vain, les flots continuent à la malmener l'empêchant de reprendre sa respiration ou de reprendre le contrôle sur cet élément qui est pourtant sien. Dans un hoquet, sa dernière bouffée d'air lui échappe. Et puis soudain le calme. L'océan se fige, retrouve sa surface huileuse et la silhouette d'Atalante est doucement rejetée sur le sable humide, comme déposée par son élément. Elle, elle ne bouge pas d'un cil, poupée à qui on aurait coupé les fils. Ombre inconsciente dans laquelle l'air a du mal à s'insinuer. Le temps passe, chaque seconde aggravant la dernière avant qu'enfin elle n'ouvre les yeux et happe l'air par de grandes goulées. L'esprit embrumé par ce qu'elle vient de subir, il lui faut du temps avant de reprendre totalement ses esprits.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 407
‹ AVATAR : Chris Pratt.
‹ CRÉDITS : faust, astra, LΛZΛRE.

‹ AGE : Trente-sept.
‹ STATUT : Épris de l'océan, la liberté des embruns, la fougue des vagues. Elle répond aussi à ce nom.
‹ SANG : Bronze, né de rien, tend pourtant à s'élever.
‹ COMPETENCES : Bagou (niv.1), Loyauté (niv.1) & Audace (niv.2)
‹ METIER : Partagé entre les flots qu'il sillonne en tant que pêcheur et la terre qu'il parcourt en défenseur de juste cause.
‹ ALLEGEANCE : Les Osanos et la résistance qu'il sert au péril de sa vie en tant qu'officier des éclaireurs.
‹ ADIUTOR : Pied de nez fait à l'académie boycottée, nul ne le sert sinon comme matelot à bord de l'Othenor.
‹ POINTS : 496

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Ven 21 Juil - 23:32

Alderan devait reconnaître avoir eu tort : les choses étaient loin de se présenter sous un jour favorable aux deux sœurs Osanos. Ce n'était pas la première fois que son excès de confiance lui jouait des tours, mais c'était bien la première fois que le colosse se voyait autant inquiété par le sort de cette mission de sauvetage. Ils ne pouvaient pas échouer, et Alderan s'inspira de la rage qui animait Atalante pour venir à bout de ce mercenaire qui se dirigeait vers eux. Son amie d'enfance avait beau réagir instinctivement, elle restait aux yeux de marin un modèle de bravoure que peu de personnes pouvaient, à ses yeux, égaler. Les siens étaient en danger, et elle devait veiller sur eux. Alderan, tout orphelin qu'il était, ne pouvait que tenter d'imaginer ce sentiment de vulnérabilité face aux proches que l'on risque de perdre. Un sentiment qu'il ressentait pour Atalante depuis quelques temps. L'effort qu'il fit en créant la gigantesque bulle d'eau afin de noyer le mercenaire lui coûta plus qu'il ne voulut l'admettre après coup. Il s'occupa de Lula car elle était blessée et ne pouvait rester comme ça, mais sitôt qu'elle se fut éloignée, un vertige s'empara du marin. Il posa un genou à terre le temps de reprendre ses esprits. Il secoua la tête, tout en surveillant Lula de loin. Puis, une voix familière scanda son prénom. La voix d'Atalante. Alderan tendit le coup pour discerner la silhouette, floue sous l'effet de la fatigue, d'Atalante se ruant vers eux. Il reposa son regard sur Lula et s'aperçut finalement de la présence du mercenaire blessé rampant à même le sable un couteau à la main, et ce en direction de la jeune Osanos. Fait chier, gronda Alderan se redressant le plus rapidement qu'il put. Les vertiges étaient de retour, et il manqua de se casser la gueule à plusieurs reprises, mais il s'élança finalement vers Lula... avant de s'arrêter d'un bond, subjugué l'océan et par cette vague qui s'élevait, gigantesque. Terrible. Il se tourna vers Lula et le mercenaire, et Atalante n'était pas loin lorsque la vague le frappa. Alderan tomba en arrière et fit plusieurs roulés-boulés dans l'eau bouillonnante. Les yeux fermés, le marin ne chercha pas à résister aux vagues dans le but d'économiser son énergie amenuisée. Il se contenta de garder sa respiration le plus lentement possible, jusqu'à ce qu'il heurte violemment le sable, à plat ventre. La mer se retirait, redevenait d'huile, abandonnant cette fureur dont l'avait armée Diana. Alderan poussa un grognement, du sable plein les yeux, les cheveux et le visage. D'un revers de main, il se frotta les yeux. Il tremblait de tout son corps et mit plusieurs secondes avant de se rendre compte qu'il avait un morceau de bois fiché dans l'avant-bras. Alderan roula sur le dos et arracha l'intrus d'un geste sec, sitôt suivi d'un grondement de douleur. Puis un second. Pour la forme. Le colosse chercha autour de lui des visages familiers et aperçut un corps échoué sur le sable. Il reconnut Atalante, et tandis que du sang suintait légèrement de sa blessure à l'avant-bras, le marin se dirigea vers son amie. Ses vêtements gorgés d'eau étaient lourds et contraignant. Il se jeta à genoux auprès de la brune. « Atalante. Ata ! Debout. Allez. » Il aida la jeune femme à se redresser, passant un bras sous son épaule, et scruta la plage à la recherche de Diana et Lula. Priant de tout son être pour que les deux femmes s'en soient sorties.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
moderator
avatar
moderator
‹ MESSAGES : 919
‹ AVATAR : marie avgeropoulos
‹ CRÉDITS : @milles rêves. (av), gatsby & oblivion (gifs)
‹ COMPTES : ariane griffth.

‹ AGE : vingt cinq ans qu'elle endure les souffrances que le monde lui inflige, vingt cinq ans qu'elle se protège.
‹ STATUT : célibataire, tomber amoureuse n'est pas envisageable pour une fugitive. anciennement fiancée à un osoryd contre son gré.
‹ SANG : sang argent, sang de la noblesse.
‹ COMPETENCES : niv. 4 évaluation (-manipulation/aux commérages.), niv. 4 honneur (-persuasion), niv. 4 ténacité (-dominance)
‹ METIER : en fuite, qualifiée d'ennemi numéro un de la couronne.
‹ ALLEGEANCE : comme tous les membres des osanos, sa raison de vivre est la résistance.
‹ ADIUTOR : une personne qu'autrefois elle détestait, qu'elle méprisait, mais qui maintenant commence à se faire une place dans son coeur de glace, themys isaksen.
‹ POINTS : 1738

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Lun 24 Juil - 12:37




MISSION I.
✵✵✵
tsunami in our veins

La princesse ne pense qu’à aider sa sœur, étant persuadée que Diana est encore dans la crique avec l’homme qui a assassiné leur frère. Son cœur se serre, elle veut simplement aider Diana. Sa grande sœur qui a toujours été là pour elle. Même si elle la repoussait depuis la mort d’Aymeric, Lula savait que Diana l’aimait. Et surtout, qu’elle ne l’abandonnerait jamais. En ordonnant à Lazar de la sortir de la crique, elle s’était sacrifiée pour elle. Admirative, elle l’était. Sa sœur avait fait preuve d’un immense courage face à ce mercenaire et ce sacrifice, Lula ne l’oublierait jamais. Elle n’entend pas les cris de sa sœur, qui s’époumone, qui hurle son prénom à plusieurs reprises pour la prévenir qu’un des mercenaires arrive par derrière. Mais la princesse ne le voit pas. Elle regarde seulement Dimitri, elle l’implore de bien vouloir l’écouter et d’aller sauver l’une des personnes qui compte le plus pour elle. Si sa sœur meurt, elle ne se le pardonnera jamais. Un grondement retentit et la mer s’agite dangereusement. Lula tourne la tête vers l’océan et voit un gigantesque tsunami, une énorme vague qui s'apprête à tout détruire sur son passage. En tournant la tête, elle aperçoit du coin de l'oeil un mercenaire qui s’approche d’elle, mais ce dernier ne bouge plus. Il est trop ébahit par ce qui est en train de se passer. Son cœur s’accélère, l’adrénaline monte. Il faut qu’elle se mette à l’abri. Atalante est trop occupée à se battre et Alderan également, une seule personne est capable d’une telle chose, et elle sait de qui il s’agit. Diana. Serait-elle sortie de la crique ? La vague se rapproche, et elle recule de quelques pas. « Atalante ! Alderan ! » Elle hurle. Elle se retourne alors vers la crique qui lui paraît lointaine. Elle s’arrête. Elle ne bouge plus. Diana. Diana se tient face à elle, les bras tendus, maîtrisant l'océan. C’est sa sœur qui s’apprête à engloutir tout ce qui se trouve sur son passage. C’est sa sœur qui perd le contrôle. Elle veut l’aider, mais elle n’a pas le temps. Tout se passe beaucoup trop vite. L’énorme vague ne passe qu’à quelques centimètres de son adiutor et d’elle. Elle se cache les yeux et se réfugie dans les bras d’un homme qu’elle a si longtemps détesté. L’océan ravage tout, Diana ravage tout. La princesse ferme les yeux, la tête plaquée contre le torse de son adiutor. Elle serre sa veste déchirée de toutes ses forces, elle s'accroche. Il la protège, mais qui protège Diana ? Puis soudain, plus aucun grondement ne parvient à ses oreilles. Le calme est revenu. Elle ouvre les yeux, et se détache de Dimitri. Son cœur loupe un battement lorsqu’elle voit le corps de sa tante étendu sur le sol, sans vie. « Par les Septs, Atalante… » Ce n’est qu’un murmure… Elle plaque sa main sur sa bouche, stupéfaite par les dégâts causés par son ainée. Ses yeux commencent à s’embuer de larmes, où sont Diana et Alderan ? Elle aperçoit Alderan s’approcher de sa tante. Soulagement qui s’empare d’elle. Il va bien lui aussi, il aide sa tante à se redresser avec difficulté, mais le tsunami ne les a pas épargné. Leurs regards se croisent et d’un signe de la tête, elle leur signale qu’elle va bien. Le stress commence à s’emparer d’elle. Elle a beau cherché des yeux, scruter la plage encore et encore, elle ne trouve pas sa sœur. Et finalement, elle la voit. Etendue sur la sable. Un cri déchirant s’échappe de ses poumons. « Diana ! » Elle court, elle se dépêche. Elle manque de glisser à plusieurs reprises, mais elle s’en moque. Elle veut atteindre Diana. Elle veut savoir qu’elle va bien. Un tas de petites particules frappent son visage, des grains soulevés par le vent. Elle est à bout de souffle, elle court aussi vite que possible et finit par l’atteindre. Elle est allongée, inconsciente. Du sang coule le long de son philtrum. Son épaule est couverte de liquide rouge séché. Dans sa hâte, elle bouscule un peu le corps de sa sœur en s’agenouillant près d’elle. Diana ne doit pas mourir. Elle ne peut pas. Lula ne supporterait pas de perdre encore un membre de sa famille, Rei non plus. Personne ne pourrait le supporter. Des larmes perlent sur ses joues. Ce n’est pas possible, elle ne peut pas l’abandonner. Elles venaient à peine de se réconcilier, de se rapprocher. « Diana, je t’en pris Diana, réveilles toi ! » Elle renifle, elle s’égosille. Avec sa main, elle tapote la joue de sa sœur pour la réveiller. Elle s’empare de ses épaules et la secoue. Elle tente un massage cardiaque, mais rien y fait. Son cœur tambourine dans sa poitrine, c’est comme s’il s’apprêtait à briser sa cage thoracique et déchirer sa chair pour sortir de son corps. Elle a peur. Et Diana ne se réveille pas. Elle lui prend la main et la serre de toutes ses forces. « Tu ne peux pas me laisser… S’il te plait, reviens. » Elle perd espoir. Elle ne sait plus quoi faire. Elle est seule. Atalante et Alderan sont en mauvais état, Diana est toujours inconsciente. Inconsciente oui, car l’idée de la croire morte n’est pas envisageable. Ce n’est pas possible. Comment vont-ils rentrer au QG ? Elle sanglote, la princesse. Ses genoux s’enfoncent davantage dans le sable et elle se replit sur elle-même. Elle pose sa tête sur le ventre de sa sœur, sa main serrant toujours la sienne. « Je suis désolée Diana.. » Ce ne sont que des murmures, mais elle répète cette phrase en boucle, elle est sous le choc. Elles étaient venues ici pour recruter quelques maitres de l’eau. Tout cela n’était pas prévu. Tout était de sa faute. Diana ne voulait pas qu’elle vienne, elle ne voulait pas qu’elle parte sur le terrain. C’était de sa faute, elle n’avait pas été assez observatrice. Elle ne s’était pas montrée assez prudente. Et comme toujours, Diana l’avait sauvé. Elle s’était sacrifiée dans la crique, et maintenant, elle avait généré ce tsunami pour la sauver à nouveau. Diana avait tout fait pour elle. Absolument tout. Mais Lula, qu’avait-elle fait à part la mettre en danger ? Absolument rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 323
‹ AVATAR : phoebe tonkin.
‹ CRÉDITS : .lollipops (ava), hayleymarshalldaily (gifs), astra (signature)

‹ AGE : twenty-seven, tombent les années. comète déchirant la voie lactée. la déesse erre sur cette terre, n'attendant qu'à faire renaître sa nation engloutie par les flots.
‹ STATUT : single, l'amour est un poison qu'elle tente d'ignorer. sentiment délicat qui pourrait la mener à sa perte, elle aime sa famille, elle aime les siens, et c'est tout ce qui compte jusqu'à présent. son coeur est enfermé dans une prison de glace, forgée par ses artères.
‹ SANG : silver, le sang palpite, suinte telle des perles nacrées. couronne brisée et enfouie dans un sarcophage, elle est la légitime héritière de la nation de l'eau. atlantide perdue.
‹ COMPETENCES : leadership (niv. 4), charisme (niv. 1), honneur (niv. 1)
‹ METIER : capitaine au sein de la résistance, elle gère cette dernière aux côtés de sa famille. princesse d'une nation oubliée, plongée dans les abysses d'un monde laissé à feu et à sang. paix dystopique, qu'elle tente d'absoudre.
‹ ALLEGEANCE : always and forever, aux siens, aux osanos. à sa nation, et à ses désirs.
‹ ADIUTOR : lazar dragomir.
‹ POINTS : 348

Carnet de bord
Inventaire:
Relations:

MessageSujet: Re: tsunami in our veins (diala/mission I) Mar 15 Aoû - 22:07

Le temps semblait s'être arrêté. Son corps était tombé sur le sable chaud dans un bruit étouffé. Son bras était retombé lourdement contre son flanc, et son regard s'était perdu dans l'horizon des vagues scintillantes. L'écume revenait sur la plage dans des mouvements circulaires, bulles nacrées, trésors de l'océan. Elle n'était désormais que poupée de chiffon, détrônée par son propre élément. Elle s'était laissée aller au merveilles de sa maîtrise, au delà de son énergie. Elle avait tenté de transcender les limites de son don, alors qu'elle était au plus mal. Mais elle le savait, alors que peu à peu son souffle la quittait, si c'était à re-faire, elle le ferait. Encore et encore. Parce qu'elle ne regrettait aucun de ses choix. Seul peut-être, celui de ne pas avoir été assez rapide dès le début. Parce que peut-être qu'après tout, elle ne serait finalement pas allongée là, dans le sable. Peut-être que si elle avait changé les choses, elle n'aurait pas à entendre sa sœur s'époumoner. Elle n'aurait pas à entendre la détresse dans la voix de sa petite Lula. Une larme se met à perler sur le coin de ses prunelles. Sa main tremble, puis son avant-bras. Bientôt, son corps tout entier se met à trembler. Elle est assaillie par les soubresauts, mais son regard d'ambre reste fixé sur l'horizon des vagues. L'océan l'appelle. Il lui susurre à l'oreille, lui chante aux vents comme une sirène à son marin. Le bruit des pas dans le sable se rapproche d'elle de plus en plus, perturbation dans sa sérénité. Elle ferme les yeux, et se laisse de nouveau aller à ses abysses.

Elle rouvre les yeux, ou tout du moins le pense t-elle. C'est comme si elle était plongée dans la pénombre, comme si on avait posé un drap sur son visage, et qu'elle ne pouvait l'extirper. Elle tourne la tête, se relève. Mais elle n'aperçoit rien d'autre que des ombres, des silhouettes. Elle n'arrive pas à savoir ce qui cloche, mais quelque chose ne va pas. Elle ne se souvient pas de son arrivée ici, ni même de pourquoi ses yeux lentement semblent s'être aveuglés. Elle a l'impression d'avoir été envoyée dans une autre dimension, dans une autre réalité. Elle entend son prénom la princesse, et elle se retourne. Des ombres, encore des ombres. Le voile s'assombrit, et elle se sent de plus en plus happée. Ce ne sont plus ses yeux qui s'obscurcissent, elle le sent dans ses artères. Les ténèbres la pompe, ils pompent son énergie, l'empoisonne et l'attire dans les profondeurs d'un royaume qu'elle ne connaît pas. Les flots s'emparent d'elle, torrent infernal qui l'entraîne de plus en plus loin dans les profondeurs de l'autre-côté. Elle entend encore son prénom, mais les flots sont bien trop puissants. Les vagues obscures l'empêchent de remonter à la surface. La voix se fait de plus en plus distincte à mesure qu'elle se fait happée. « Diana. » Elle ne sait même plus si c'est son prénom, elle ne sait même plus qui elle est. Elle ne ressent désormais rien d'autre que le froid. Et étrangement, il est apaisant. Il la calme, la serre entre ses doigts fins et filandreux. Elle se laisse aller à cette sensation, à cette vieille amie qu'elle discerne désormais distinctement. La mort. Elle la serre plus fort contre sa poitrine, lui fait respirer un doux parfum d’ambroisie et d'air marin. Puis tout devient plus clair, comme si un éclair venait de foudroyer le ciel. Comme si les rayons du soleil, avaient enfin réussi à percer les nuages ténébreux de la galaxie. « Tu m'as promis, Diana. » Ses yeux se posent dans ceux d'un être familier. Elle ne le reconnaît pas, pas plus qu'elle ne se reconnaît elle-même. « Tu ne peux pas abandonner maintenant, tu ne peux pas les laisser. » Chimère qui s'évapore alors, qu'elle décide d'inspirer.

Ses paupières se mettent à s'agiter, avant qu'elles ne s'ouvrent. Son regard d'abord posé sur les vagues se tourne lentement vers son ventre. Elle se souvient de qui elle est. Elle se souvient de l'endroit où elle se trouve, loin du purgatoire dans lequel elle a l'impression de s'être retrouvée quelques secondes plus tôt. Elle sent de nouveau ses membres, et la douleur désormais silencieuse dans son bras. Sa main serre celle de sa sœur, comme pour lui dire qu'elle est toujours là. Son autre main valide, vient se poser sur ses cheveux. « Ne sois pas désolée, Lula. » Sa voix est faible, mais dégage toujours une certaine assurance. Elle caresse les boucles brunes de sa sœur, avant de sourire faiblement. « Je suis fière de toi, ma sœur. » Elle inspire doucement, le regard vers le lointain et la main maternelle. Des bruits de pas dans le sable, lui font tourner la tête. Lazar. Il a le souffle court, comme s'il avait été happé lui aussi par les ténèbres dont elle avait été sous l'emprise. « Ne refais plus jamais ça Diana. » Elle n'a pas la force de froncer les sourcils, ni même de renchérir quoique ce soit. « Aidez-moi à me relever. » Il laisse le temps à Lula de s'écarter, puis attrape la princesse. Une main dans son dos, l'autre sous ses jambes. Elle ouvre la bouche pour dire quelque chose, mais il fait taire d'un sourcil arqué. Leurs pas sont lourds, alors qu'ils se rapprochent d'Alderan et Atalante, tous les deux mal en point. Un regard désolé se mue sur le visage de Diana, lorsqu'elle pose les yeux sur Alderan. « Merci d'être venus à notre secours. » Elle pose ses yeux sur Lazar. « Je peux marcher. » « Tu es trop faible. » « Ce n'est pas une question. » Il la dépose sur ses jambes, mais garde son bras au niveau de ses reins. « Nous devons nous dépêcher de quitter cet endroit, d'autres mercenaires ne tarderont pas à arriver et je doute, que nous soyons réellement en état de nous défendre sans perdre notre vie. » Elle se tourne vers Alderan, cherchant dans son regard une solution. Ils avaient l'habitude des missions suicides tous les deux, et avaient réussis de nombreuses fois à s'en sortir. Elle espérait qu'il trouve une solution à sa place, car les siennes n'arrivaient pas à percer son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

tsunami in our veins (diala/mission I)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» émission des maternelles sur les punitions avec Claude Halmos
» Nouvelle alerte au tsunami dans le Pacifique, pas de dégâts.
» recherche émission tv/vivre avec 100 objets
» Plusieurs morts dans un tsunami aux Salomon
» Émission toc toc toc

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Les nations :: Aguarinui-