AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
soutenez le forum
Vous voulez gagner des points facilement ? Alors soutenez le forum
en votant sur les top-site et en remontant nos fiches de pub !
les pouvoirs des maîtres
Attention, les maîtres contrôlent leur élément mais ne savent simplement pas se battre et se défendre avec celui-ci.
résistance
N'oubliez pas que la résistance est pour les Maîtres et ne s'occupent que des droits des Maîtres.
Les Mêlés/humains n'y sont pas représentés puisque la résistance ne se soucie pas de leurs droits.
première intrigue !
Venez participer à la première intrigue du forum !

Partagez| .

collateral damage | alexei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 58
‹ AVATAR : Bella Hadid
‹ CRÉDITS : Balaclava
FEED ME DIAMONDS
‹ AGE : Vingt-cinq ans
‹ STATUT : A la disposition de tous les (riches) désireux
‹ SANG : Bronze, petite parmi les grands
‹ METIER : Prostituée, dame de compagnie ou fille de joie pour les fervents de politiquement correct
‹ ALLEGEANCE : Son propre intérêt
‹ POINTS : 461

MessageSujet: collateral damage | alexei Jeu 15 Juin - 16:59

La rencontre avec son prince avait été l'un des moments les plus exceptionnels de sa vie. A cela, on aurait pu rétorquer que ce n'était pas difficile parce que la vie de Dorcas Ozera n'avait jamais rien eu d'exceptionnel. Elle n'avait pas connu d'amour adolescent, de passions fougueuses, d'amitiés indestructibles. Cela ne l'empêchait pas de se rendre compte de la chance inouïe qu'elle avait eu en rencontrant le dernier des Valaeris et en l'intéressant suffisamment pour qu'il se retourne sur elle. Plus encore, n'ayant rien connu de telle, elle su mesurer l'opportunité qu'elle avait aujourd'hui entre les mains. La liberté n'était jamais plus succulente que lorsqu'on la goûtait pour la première fois.  Aussi, maintenant qu'elle avait de généreuses cartes en sa possession, elle se refusait de ne pas les utiliser. C'était ce qu'elle avait dû patiemment expliquer à ses clients les moins nobles lorsque sa liste dut se réduire à l'élite du royaume. Festoyer dans les draps des nobles ne lui laissait pas d'autres choix que d'effectuer une rude sélection : dorénavant, seuls les sangs bleu et d'argent pourraient prétendre aux services de Dorcas. Les réactions n'avaient pas été des plus positives, ce que la demoiselle avait entendu et accepté. En soi, elle n'était pas tellement en désaccord avec les murmures qui pestaient :  « pour qui se prend-elle ? Elle n'est rien de plus qu'une catin. » Ce à quoi on avait une fois répondu : « oui, mais pas n'importe quel catin. » Ce sur quoi elle s'était retournée, riant de bon cœur aux personnes surprises que Dorcas n'ignorât pas ces commérages. D'autres retours la firent bien moins rire, mais elle ne souhaitait pas s'en chagriner pour autant. C'était une chance que de pouvoir cotoyer les plus grands de ce monde, de partager des moments précieux avec ce qui se faisait de plus riche. Tant pis s'il y avait des dommages collatéraux.
Virevoltant sur le doux son d'un groupe de musique s'étant installé dans la capitale de la nation du feu, la belle aux cheveux d'ébène portait un sourire resplendissant de joie. Elle ne s'était que très rarement rendue à Flamaerin, mais elle n'avait pu faire autrement une fois qu'elle devint la préférée des plus riches. Peu ravie, elle n'avait guère eu le choix. Cependant ses craintes s'étaient vite diminuées après quelques séjours. Elle se découvrit une passion certaine pour le soleil, la chaleur piquant chaque recoin découvert de sa peau nue. Ses mains suivirent l'engouement général pour féliciter le groupe de musiciens qui rangeait déjà leurs instruments. Elle aurait aimé pouvoir profiter plus longtemps de cette ambiance si festive. Elle se sentait dépourvue de tout soucis, bien qu'elle n'en avait déjà pas beaucoup. Elle était comme soulevée et portée par la joie générale, ce que c'était bon. Mais voilà, elle avait rendez-vous et ne devait pas trop trainer afin de passer avant par le marché couvert. « Mince, pardonnez-moi. » s'entendit-elle dire lorsque, distraite, elle rentra dans un passant. Son panier, rempli de quelques oranges qu'elle avait trouvé un peu plus loin tombèrent. Elle les ramassa au plus vite comme elle le pu, c'est-à-dire en lançant une jambe en avant et son bras droit en arrière, craignant de devoir leur courir après. Ignorant les regards surpris, critique ou lubriques qui se posèrent sur elle, Dorcas passa sa main dans ses cheveux qu'elle laissa retomber comme une cascade, tout en faisant flotter son petit rire. Le sourire qui s'était ancré sur ses lèvres afin de s'excuser auprès de l'inconnu s'immobilisa lorsqu'elle découvrit que ce n'était pas un inconnu, mais Alexei Ceizhin. L'un de ses anciens clients. « Si je pensais vous voir ici, Alexei. Ca fait longtemps, que devenez-vous ? » Ce n'était pas tous les jours que l'on croisait un ancien client. Quoique ce n'était pas si surprenant pour Dorcas, mais elle était tout de même surprise et quelque peu embêtée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 24
‹ AVATAR : chris wood.
‹ CRÉDITS : queen clunnis. (ava)

‹ AGE : le temps qui s'égrène, le tic tac qui le rend malade jour après jour. vingt huit ans déjà que son ombre s'étend sur sa propre vie.
‹ STATUT : fiancé, ce mot qu'il renie, ce mot qu'il transforme. simplement connard, qui fait semblant de ne pas voir la douleur dans les yeux de celle qui est destinée à partager sa vie.
‹ SANG : bronze, rouge. pas à la hauteur de ses attentes, pas assez pur pour lui. refusant d'y voir un frein, il espère encore dépasser ce statut.
‹ METIER : précepteur des impôts pour la couronne, l'argent entre les doigts, qui coule sous ses pas alors qu'il passe plus de temps dans les trains que dans les lits.
‹ ALLEGEANCE : narcissique, égoïste, à lui-même et à personne d'autres. prince qui ne veut voir la couronne sur aucune autre tête.
‹ ADIUTOR : levi irwin, l'ombre trop intelligente.
‹ POINTS : 100

MessageSujet: Re: collateral damage | alexei Sam 17 Juin - 3:34

la vie est belle pour toi
qui vis comme dans un rêve,
vêtue d'or et de soie
alexei & dorcas

Il fait chaud. Il fait toujours chaud. Toujours plus chaud. Toujours trop chaud. Il étouffe. Et en abuse pourtant. Le soleil qui illumine son visage, qui réchauffe son âme, paupières closes et les lèvres scellées, il absorbe l'essence même de ce qui le fait devenir humain. La brûlure sur ses vêtements trop sombres qu'il affectionne sans raison, la sueur qui coule dans son dos, rappel constant de sa nature humaine, de sa pauvre existence d'être fragile. Le vrombissement dans ses veines qui fait palpiter ses tempes alors que sa chaleur corporelle augmente et demande libération. Il est homme, il est torche, il est flamme qui réclame la cendre, le bois doux contre sa peau, annihiler la vie d'un être de branches et de feuilles pour apaiser le démon qui bouffe son âme. Si caricatural, jeune homme. Prince, il veut que l'on dise prince – arrogance du faible qui regarde plus haut qu'il ne devrait, par dessus la clôture du palais en rêvant de poser son postérieur là où les plus grands se sont installer. Il ne vaut rien pourtant, rien de plus que les autres, rien de plus que ceux dont les pieds sales tapent le sol en rythme, ceux qui remuent la boue, ceux qui paient pour qu'il aie un métier où il reste debout, à devenir forme orangée dans le couchant. Si faible. Comme le peuple. Rien qu'un homme du peuple. Incapable pourtant de se couper les ailes, phœnix en devenir, qui préfère les cieux, qui regarde ses aînés voler et renaîtra un jour plus puissant. Un jour, ses yeux s'ouvriront sur un avenir plus radieux. Sur un toit d'or et d'argent, sur un mur d'ivoire, sur le palais qu'il aura fait construire. Un jour, il sera prince d'un univers et non plus de son esprit affamé. Un jour, il chutera. Un jour, il se relèvera puissant.

Bousculé, touché en plein cœur, au cœur du drame, il baisse les bras, ouvre les yeux. Dans le chemin, comme toujours, croix obscur, les épaules qui se détendent alors. Lentement, les iris cherchent la cause du grabuge et accroche les courbes alléchante d'une créature toute en féminité. Familièrement nostalgique, ses cheveux d'ébènes dans son dos comme une caresse sur son torse, ses yeux dorés comme un appel à la luxure profonde qui fût un jour la leur. Vendeuse de rêve, vendeuse d'amour, vendeuse de caresses tendres et de griffures passionnées. Vendeuse de corps, sublime déesse qui achève sa route à quatre pattes aujourd'hui, la croupe levée, le rire léger dans le vent de la capitale du feu. Qu'elle enflamme à elle seule, resplendissante sous les rayons ardents qui n'arrivent même pas à altérer ses traits plus altiers que ceux des princesses de renoms. Douce catin au regard de braise, qui allume en lui probablement trop de choses. Homme à femmes, homme de trop de femmes, homme d'amour physique, dont l'anatomie réagit automatiquement aux formes alléchantes d'une demoiselle, d'un jeune homme, d'une personne simplement attirant son regard concupiscent. Faible, si faible, face à la chair exposée. Leurs regards s'accrochent et il hausse un sourcil plein d'amusement alors que le sourire en coin qui déforme ses lèvres refusent d'en descendre. Il l'a reconnu lui. Il a reconnu les formes, reconnu l'harmonie, reconnu les yeux. Elle aura mis plus de temps. Sans surprise. Trop bien pour lui aujourd'hui, luxueux objet, précieux bijou que seuls les plus puissants peuvent mettre à leurs cous. Il n'est pas encore de ceux-là. Il n'est pas encore de son quotidien. « Longtemps, en effet, pourtant le temps semble s'étirer. Je ne deviens rien, reste le même qu'autrefois. En plus âgé. » Il sourit simplement. Quelle ironie. Il rêve de devenir, rêve d'être, mais n'évolue pas aussi vite qu'il le souhaiterait. Dévorant du regard la succube aux allures si pures, il se mord l'intérieur de la joue pour s'empêcher de débiter les âneries qu'il aurait laisser sortir avec n'importe qui. Avec elle, subtilité est reine, séduction maîtresse. Sans qu'il aie aucune chance. Mais qui le lui fera rentrer dans le crâne ? « Et vous ? Que devenez-vous ? Mis à part de plus en plus belle ? » Compliment qu'il aurait probablement glissé à bon nombre de femmes, amplement mérité pour celle-ci néanmoins. Incapable de résister. Faible, si faible. Son dos se redresse et il observe les alentours. Le peuple passe et divague. En se tournant, il offre son bras à la demoiselle, ne lui laissant que peu l'occasion de refuser l'offre. « Feriez-vous quelques pas en ma compagnie ? » Manières bien viles, façon bien vieillotte de s'approprier quelques minutes de temps bien utilisé. Ne s'attendant même pas à un refus. Jamais prêt pour un refus. Tant son esprit est conditionné à obtenir tout ce qu'il peut désirer. Et surtout quand il s'agit de femme, leur rang social important peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
air nation
avatar
air nation
‹ MESSAGES : 58
‹ AVATAR : Bella Hadid
‹ CRÉDITS : Balaclava
FEED ME DIAMONDS
‹ AGE : Vingt-cinq ans
‹ STATUT : A la disposition de tous les (riches) désireux
‹ SANG : Bronze, petite parmi les grands
‹ METIER : Prostituée, dame de compagnie ou fille de joie pour les fervents de politiquement correct
‹ ALLEGEANCE : Son propre intérêt
‹ POINTS : 461

MessageSujet: Re: collateral damage | alexei Mar 20 Juin - 16:04

Elle n'était pas des plus heureuses que sa route croisât celle d'Alexei. Non qu'elle tenait envers lui une quelconque rancoeur, mais il avait été un dommage collatéral lui aussi ce que Dorcas avait dû gérer pour la première fois de sa carrière. Dire non à du sexe payé alors qu'elle en avait envie, ça la scandalisait quelque peu. Mais encore une fois, elle avait fait un choix et était très heureuse ainsi. Tant pis si elle devait gérer la transition encore jusqu'à ce jour. Et puis Alexei n'avait pas été le client le plus ronchon. Certains avaient crié au scandale et à la discrimination, d'autres s'étaient montré menaçants voire très menaçants, alors les clients quelque peu insistants ne lui paraissaient pas si mauvais après coup. Au contraire ils étaient l'expression de moments tendres que l'on ne souhaitait pas se voir arrachés. Dorcas n'était pas dupe, elle savait qu'elle serait bien vite remplacée, mais voir qu'on la regretterait tant pour ses talents la flattait et renforçait son égo. Elle se sentait puissante et adorait ça. Alexei ne faisait parti d'aucune de ces catégories là. Il avait accepté la chose même si un pressentiment laissait penser à la jeune femme qu'il n'avait pas fini d'avoir affaire à lui. Ils se croiseraient nécessairement dans le royaume de toute façon, ils auraient forcément les occasions de se recroiser. Cela dit, elle n'avait pas pensé que ce serait aussi tôt. Elle ne se sentait pas forcément mal à l'aise, pas du tout même, elle était surtout surprise. « Qu'est-ce qui vous amène par ici ? Le travail ? » demanda-t-elle simplement. Elle était certaine qu'Alexei ne lui disait pas tout, qu'il devenait bien plus que ce qu'il n'osait lui avouer. Elle avait l'habitude de la fausse modestie de ses clients souvent très haut placés dans le royaume ou encore de la discrétion nécessaire relative à leur position. Mais elle s'en fichait bien des cachoteries des uns et des autres. Dorcas n'aimait pas ragoter, comploter et autre. Elle se contentait de profiter de la vie et de faire profiter de son don, voilà tout. Après tout, elle n'était pas leur psychologue ni leur confidente, même si nombreux étaient ceux qui tendaient à renverser la tendance. « Oh, cessez de me flatter Alexei. » dit-elle en rigolant tandis que ses joues rougirent automatiquement, non pas comme une petite fille étrangère aux compliments, plutôt comme une demoiselle très coquine qui se nourrissait des belles paroles. « Tout comme vous, très cher. Je continue ma route, faisant ce pour quoi je suis douée. » Un sourire presque timide et pincé apparut sur ses lèvres. Ses ambitions n'étaient pas démesurées. A vrai dire, sans l'influence d'Andrei, jamais elle n'aurait véritablement insisté pour enrichir sa clientèle. Elle se plaisait très bien avec ses anciens amants, même si parfois le rapport entre la qualité du service donné et le prix (pécuniaire ou moral) n'était pas des plus équilibrés. La vérité était qu'elle avait peur de se brûler les ailes. Certes elle ne craignait pas ce que l'on pouvait penser ou dire d'elle, mais seulement dans la mesure où elle pouvait encore exercer son métier. Tout allait très vite dans ce monde fait d'inégalités, de discrimination, les langues se déliaient très facilement et nombre de ses collègues avaient perdu pieds suite à une réputation malmenée. Dorcas était douée pour donner du plaisir aux hommes qui réclamaient ses services, mais les histoires de la cour, les rumeurs et autre, ce n'était pas son fort. Elle n'aimait pas ça et ne savait pas bien s'y prendre. Elle ne pouvait pas être parfaite. Sa méthode dernièrement avait donc été de tout bonnement ignorer ce qui se disait. Elle s'était rendue compte que son silence agaçait et faisait taire tandis que ses interventions ne faisaient qu'envenimer la situation. Cette configuration lui allait parfaitement. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes, la dame de compagnie allait jusqu'à espérer que son bonheur ne lui serait jamais ôté. « Volontiers. C'est agréable de se promener par ici, ne trouvez-vous pas ? ». Dorcas attrapa le bras gentiment mais non pas innocemment proposé. Alexei l'avait toujours fait beaucoup rire, parfois indépendamment de sa volonté. Son personnage n'avait rien de risible, se cachait derrière ce regard joueur une détermination qui la faisait parfois frissonner. Il lui était arrivé de ne plus très bien savoir s'il était de bonne humeur ou non, il avait ce pouvoir de dérouter les gens, de les effrayer aussi. Alexei et Dorcas avait en commun le pouvoir de manipulation, mais leur utilisation différait, leurs méthodes d'attaque également. C'est pourquoi Dorcas s'était toujours méfiée et se méfiait toujours de lui. Elle s'était intimement promis de ne plus jamais passer de moments seule avec lui. Et cela même si leurs rapports avaient toujours été cordiaux. Elle avait un pressentiment et dans ce monde où elle n'avait aucun allié, Dorcas s'appuyait sur son instinct.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fire nation
avatar
fire nation
‹ MESSAGES : 24
‹ AVATAR : chris wood.
‹ CRÉDITS : queen clunnis. (ava)

‹ AGE : le temps qui s'égrène, le tic tac qui le rend malade jour après jour. vingt huit ans déjà que son ombre s'étend sur sa propre vie.
‹ STATUT : fiancé, ce mot qu'il renie, ce mot qu'il transforme. simplement connard, qui fait semblant de ne pas voir la douleur dans les yeux de celle qui est destinée à partager sa vie.
‹ SANG : bronze, rouge. pas à la hauteur de ses attentes, pas assez pur pour lui. refusant d'y voir un frein, il espère encore dépasser ce statut.
‹ METIER : précepteur des impôts pour la couronne, l'argent entre les doigts, qui coule sous ses pas alors qu'il passe plus de temps dans les trains que dans les lits.
‹ ALLEGEANCE : narcissique, égoïste, à lui-même et à personne d'autres. prince qui ne veut voir la couronne sur aucune autre tête.
‹ ADIUTOR : levi irwin, l'ombre trop intelligente.
‹ POINTS : 100

MessageSujet: Re: collateral damage | alexei Mar 11 Juil - 0:45

la vie est belle pour toi
qui vis comme dans un rêve,
vêtue d'or et de soie
alexei & dorcas

Personne, connaissance. Un visage qui sonne familier, une voix qui fait remonter quelques souvenirs. Les ombres de ses mains sur sa peau, de ses lèvres si bas, de son âme qui s'envolait avec la sienne pour quelques heures. Une connexion, peut-être fausse, très probablement, la demoiselle payée, vendeuse de rêves, vendeuses d'amour. Briseuse de cœurs sous ses talons, alors qu'elle gambadait, le sourire charmeur et les yeux séducteurs. Reine de glace, reine des succubes, reine d'un monde de luxure où s'activait avec vitalité quantité de mâle prêts à tout pour seulement un regard presque fragile de la belle. Une bande de monstres très probablement pour des yeux chastes. Argent sale, argent méchant. Argent mérité. Argent qu'il aurait continué de donner si le glas n'avait pas sonné pour leur relation éphémère. Un sourire sur ses lèvres alors qu'elle interroge. Il n'a pas à répondre. Ce ne sont que des questions d'usage, des moments de banalité, de civilité. Qui se soucie vraiment de la réponse quand le bonjour est murmuré ? Personne, exactement. Poli pourtant, il répond et retourne les questions. Bien élevé par un couple distant mais non moins parental. Une vaste blague. Un haussement de sourcil amusé et il se permet de hocher la tête lentement. « Toujours le travail. Même si je l'avoue, je profitais de quelques instants de paix. » Il sourit. Il n'est pas là ici précisément pour le travail. Mais il est toujours dans une certaine ville en fonction de ce qu'on lui demande de faire. Donc c'est une réponse qui se justifie. Des compliments ensuite qu'il souffle à sa guise, séduisant toujours. Une seconde nature que d'essayer d'attirer la gente féminine dans ses filets. Ou masculine. Peu lui importe, le jeu n'est différent que dans une moindre mesure. « Je ne cesserai jamais d'énoncer des vérités. Vous savez bien que ce n'est pas mon genre de dire ce genre de choses si je ne le pense pas. » Gamin un peu prétentieux qu'il était encore plus avant, qu'il est encore maintenant. Critique, juge du monde, qui n'hésite pas à donner son opinion même quand personne ne veut l'entendre. Un enfant mal dressé, la laisse pendante autour de son cou de marionnette. Nuque brisée, rêves envolés. Elle répond cependant et il ne peut s'empêcher de sourire encore, sourire de connivence. « Et vous avez bien raison. » Elle est en effet si douée dans ce qu'elle fait que cela deviendrait crime de priver certains hommes de ses châtiments. Il se damnerait bien pour quelques nouvelles soirées entre ses doigts. Mais, comme pour beaucoup d'autres choses, il est bloqué de part la couleur de ce sang dans ses veines. Une autre blague qui ne le fait rire qu'à moitié. Jeu dangereux que le sien. Un jour, des femmes comme elles ploieront l'échine en le suppliant de leur accorder ses faveurs. Un jour, il sera ce prince qu'il rêve d'être. Un jour, l'ambition le quittera car il aura atteint ce but qu'il s'est fixé. Il lui offre son bras et la belle ne refuse pas. C'est donc sur un énième sourire qu'il la laisse le tenir et se met à avancer tranquillement. Les gens s'écartent presque sur le passage de ce couple atypique. Certes pas étranges mais dont l'aura a quelque chose de mystique. Il aime à se tenir ainsi, le corps tout en courbes contre lui. « Alors, racontez-moi quelque chose sur votre vie actuelle. Peu importe quelle histoire mais parlez-moi. Le silence me déplaît quand il se prolonge. » Certes, en règle général les frivolités l'agacent. Mais au point il en est, il préfère écouter quelconque anecdote sur la vie de cette petite princesse charnelle que de rester engoncé dans un silence inconfortable. Peut-être trop habitué maintenant aux foules, aux gens qui l'entourent sans cesse qu'il ne s'imagine même plus dans le calme relatif de son propre esprit. Il aime la compagnie, les gens en revanche le rendent dingue. Quelques personnes seulement le stimulent et lui donnent envie de discuter. Levi principalement. Mais il n'a définitivement rien contre partager quelques phrases légèrement voilées avec la déesse d'aujourd'hui. Son regard dérive devant eux. « Vous désirez aller quelque part en particulier ? » Il peut se contenter de marcher dans l'immédiat, un lieu adéquat ne lui venant même pas à l'esprit tout de suite. Marcher est bon pour la santé et il ne le fait pas souvent, ce petit prince qui aime abuser des bonnes choses de la vie. Comme des transports. Une façon plus poétique de dire que monsieur a la flemme de faire trois pas si on lui propose de le porter jusque là. Il est ainsi Alexei, oscillant sans cesse entre une motivation sans faille et un penchant profond pour la paresse et le sommeil réparateur. Enfant éternel. Presque chiant à force, si ce n'est pour ses sourires et ses blagues d'un humour douteux. Il a tout pour lui cet homme.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

collateral damage | alexei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Damage control
» UDPP + Paint Pot et ça crease ???
» Le coude
» Connaissez-vous le Heat Training?=Assouplissant Thermal?
» L'invasion Russe en Ukraine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: aksana :: Les nations :: Flamaerin :: Dragondale-