AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
soutenez le forum
Vous voulez gagner des points facilement ? Alors soutenez le forum
en votant sur les top-site et en remontant nos fiches de pub !
les pouvoirs des maîtres
Attention, les maîtres contrôlent leur élément mais ne savent simplement pas se battre et se défendre avec celui-ci.
résistance
N'oubliez pas que la résistance est pour les Maîtres et ne s'occupent que des droits des Maîtres.
Les Mêlés/humains n'y sont pas représentés puisque la résistance ne se soucie pas de leurs droits.
première intrigue !
Venez participer à la première intrigue du forum !

Partagez| .

(-) the things that kill us are the things we crave the most.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 138
‹ AVATAR : KIM JISOO.
‹ CRÉDITS : AV/@QUEEN FAUST.
‹ COMPTES : ISAURE OSHUN.

‹ AGE : vingt-trois ans à vivre tel un oppressé, amoureux d'une liberté qu'il ne voit que dans ses rêves, c'est la jeunesse qui trompera les vieilles générations.
‹ STATUT : célibataire, autrement dit seul depuis sa naissance, il n'est intéressé par rien d'autre que par une vengeance froide.
‹ SANG : mêlé, abomination, quoi que utile aux yeux de quelques maîtres, il est de ces gens qui ont courbé l'échine pour survivre.
‹ METIER : protecteur disant ne pas être dévoué, il est pourtant dans les emmerdes jusqu'au cou à cause de cette tragédie.
‹ ALLEGEANCE : la ligue des sang mêlés, il n'a aucun doute là-dessus, depuis ses quine ans il les a joint en attendant une attaque frantique.
‹ ADIUTOR : merle osanos, une maître de l'eau en fuite qu'il essaye tant bien que mal de maintenir en vie. une grosse épine enfoncée dans son talon d'achilles.
‹ POINTS : 338

MessageSujet: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Jeu 1 Juin - 15:25


yerim osyris
but in all chaos there is calculation
prénom, nom ‹ une entité qui se veut oubliée, effacée, moindre et passive. un nom qui n'est que le fruit d'une passade, un mot que l'on a tenté d'effacer, d'éradiquer. osyris, une fierté que de porter un nom vermine, royal pourtant à ses yeux. une fierté dont il ne démonte pas ses espoirs. yerim, court, concis, froid, presque noble, il est à l'antipode de ses traits fatigués. âge ‹ les années sont passées telle ne tornarde. l'on dit que le temps passe vite, qu'il s'essoufle en quelques secondes. l'enfant difficile n'y croyait pas, maintenant qu'il a entamé sa vingt-troisième année, il comprend le poids de ces mots. maturité arrachée, le coeur en cendres, c'est à présent son tour de montrer qu'il est bien plus qu'un simple garçon. montrer l'homme dans le creux de ses entrailles. date et lieu de naissance ‹ né dans une vieille bicoque délabrée, tout là était son sort. un cri strident, des pleurs sanglants, seule, seule contre le monde, la mère a pourtant survécu. Il a vu le jour loin, si loin de la capitale, et pourtant on l'a retrouvé, arraché à un nid qui aurait pu être douillé. C'est un cinq septembre qui l'a accueilli, la vie n'a fait que traverser embuche sur embuche.  statut matrimonial ‹ on s'arrache le coeur pour des sentiments futiles, c'est le mt qu'il exècre, qu'il méprise, qui le tue à petit feu. parce qu'il pourrie dans le célibat, seul contre le monde, ça n'a pourtant jamais été sa position. amoureux de la vie, d'une vengeance sanglante, c'est le palpitant qui bat dans sa cage thoracique qui le fait encore avancer aujourd'hui. les yeux qui s'aggrandissent, l'estomac qui s'aggrandit, les papillons qui se révèlent, s'expriment n'ont rien à faire dans sa vie de guerrier, et c'est pourtant vers la mauvaise personne qu'il a tourné son dévolu. amour interdit, amour chaotique, il voudrait effacer ses émotions pour l'oublier elle, elle, elle, elle. sol, sol qui tourmente l'esprit torturé.  sang ‹ le sang qui se bat pour un simple rien, courber l'échine pour appréhender les conséquences. fuir, n'a jamais été une solution, se délivrer n'est même plus une option. mêlé, voilà tout, un poids, une chaîne à sa cheville. un maléfice qui est venu entraver son destin. violemment forcé à devenir ce qu'il hait plus que tout, c'est quand on lui rappelle son statut, que le torse se bombe exagérément. métier ‹ adiutor, il ne travaille que pour sa survie, il la protège elle, pour ne pas sombrer dans la folie, dans l'orifice des Morts. Son travail à lui est de protéger ce qu'il voudrait assassiner. adiutor ou Maître ‹ Merle, merle, merle. Un diamant brut, une catastrophe sur pieds, une grave épine dans son pied. Et pourtant, Merle il la protège coûte que coûte parce que sa vie en dépend, celle à laquelle il tient tant. Ils ne s'aiment pas, ou peut-être que si. Merle et Yerim sont des enfants, des enfants en mal de vivre, de rire, de pleurer, d'agir, ils n'ont rien en commun que la vie ou la mort. pouvoir ou élément maîtrisé ‹ Jaune, c'est l'électricité qui fulmine dans ses doigts, alors que ses mains jointes n'attendent que douces délivraison. Les volts qui se chargent quand la colère s'empare de l'âme, c'est le contrôle qui n'a jamais été contrôler. La douce catastrophe qui blesse les innocents, qui le détruit de l'intérieur. allégeance ‹ la ligue qui l'a délivré d'une mort certaine, celle où il fulminait, ruminait se sentant impuissant. c'est elle qui sait fasciner son esprit, c'est elle qui l'aide à préparer ce dont il a toujours rêvé; une vengeance digne, digne de sa personne. localisation actuelle ‹ caché, loin du palais, loin des Osanos, il se retrouve à présent seul avec Merle, elle qui n'est autre que son Maître. Incapable de se lier à sa famille, ils ont dû se débrouiller seuls pour sortir de ce carnage. Dans le fin fond des forêts miraculeuses, à quelques kilomètres de la capitale. groupe ‹ engraved secrets. avatar et crédits ‹ kim jisoo, tumblr.  
anecdote 01 ‹ honneur et franchise, son mantra, sa promesse. si l'honneur est haut, le mensonge est méprisé. l'hypocrisie est son ennemie. yerim c'est un homme froid, paraîssant arrogant, c'est simplement son visage stoïque qui trompe son aptitude. fier et orgueilleux, il ne disjoncte pas souvent, mais quand il le fait, ce sont souvent pour les mauvaises raisons. anecdote 02 ‹ rigide, handicapé des sentiments, c'est un bloc de pierre difficile à statuer. on ne sait pas ce qu'il pense, ni ce qu'il veut. on ne sait pas pourquoi il rit, et pourtant il est en colère. il fait plâner un mystère qui n'a pas raison d'être. beaucoup l'appelle trop frigide, il s'en fiche et essuie ses commentaires du dos de sa main. anecdote 03 ‹ jaune, jaune, jaune. danger, danger, danger. l'électricité qui émane de ses membres, qui explose au toucher alors que sa tête tourne, tourne jusqu'à n'en plus pouvoir. jaune, il représente tout ce qui ne se contrôle pas. magie qui se lie à l'impulsivité, à la rage, à la colère, c'est celui-ci qui brûle des peaux sans le vouloir. anecdote 04 ‹ il prend son rôle d'adiutor très au sérieux, si sa relation avec merle est conflictuelle, il n'en est pas moins, qu'elle est très importante à ses yeux. l'idée de la perdre ou de ne pas la protéger correctement le dérange. s'il ne voulait pas devenir un adiutor, il accepte sa place à présent. anecdote 05 ‹ la ligue a été son foyer quand rien d'autre ne voulait l'accueillir. il y a trouvé des alliés, des amis, et surtout une cause. une haine pour les maîtres qui ne s'est jamais apaisée. en voyant sa soeur tomber bas, toujours plus bas, il a pris la décision de se lier à l'armée de pollux. peut-être extrémiste, peut-être violente, c'est pourtant le sang de la noblesse qu'il souhaite voir couler sur les pavés de la capitale. anecdote 06 ‹ sol. la belle sol. un secret, un prénom chuchoté, murmuré, adoré. il l'aime à en crever, il l'aime jusqu'à n'en plus pouvoir. il l'aime tant que ça paraît impossible à supporter; c'est sa faiblesse, sa vulnérabilité qui l'exulte pourtant. anecdote 07 ‹ il est compétitit, orgueilleux, têtu, franc, blasé. concrètement, on dit qu'il n'est pas une personne très agréable. notamment pas bavard, il n'était pas le plus populaire au sein de l'académie, ni de l'institut. yerim sait qu'il a grandi trop vite, qu'il a dû devenir un homme à l'âge de treize ans, alors qu'une longue vie d'adolescent aurait dû s'étendre.anecdote 08 ‹ sa fierté, son orgueil aura eu sa peau. il a perdu la mémoire, il est tombé tête première, et depuis l'amnésie a fait son franc parlé. il ne se souvient de rien, seulement de merle, de leur situation. adieu sol, adieu la ligue, adieu souvenirs de sa mère, de son ancienne vie.

‹ comment vous comportez vous vis à vis des Mêlés et de la loi des Adiutor ?
les Mêlés ont toujours été sa famille, ses pairs, son sang. jamais il ne cracherait dessus, jamais il ne mépriserait un peuple opressé. le sens de justice chez yerim a toujours été exacerbé par les idéaux de sa mère. elle-même résistante, elle-même ayant souffert des anciennes règles, des anciennes conventions, yerim sait qu'une seule chose ne compte: la survie de son peuple ainsi que leur émancipation. les maîtres ont régné pendant trop longtemps, ils ont fait saigner pendant des centaines d'années sans jamais goûter aux conséquences. dans l'ombre sanguine, les mêlés se préparent, attendent, observent pour éliminer ceux qui les ont bouffé pendant tant d'années. le coeur a pris le dessus, la pulsion vengeresse est plus forte que tout. l'instinct animal, mâle de conquérir ce qui n'a jamais été sien reprend le sens de ses idées. les Mêlés vaincront avec l'aide des humains. si la loi adiutor a été une embuche aux idéaux de l'armée de pollux, il n'en est pas moins qu'il est probablement possible de la briser. or, yerim le dit, mais ne le pense pas. merle et lui ont un lien, certes difficile, peut-être même complexe, mais il est présent, et pour rien au monde ne la laisserait-il mourir pour obtenir cette vengeance dont il rêve depuis toujours.
‹ quel est votre avis sur la nation du feu et sur l'actuelle famille régente ?
une bouillie de n'importe quoi. des gens qui se font passer pour des rois alors qu'ils ne sont que des bourreaux. ça l'écoeure, ça le rendrait presque fou. il hait ces gens, il hait les maîtres qu'ils viennent de n'importe quelle nation. mais le sang bleu, le sang bleu est sûrement le pire de tous. sa hantise est de les voir régner jusqu'à la fin des temps. que ses enfant, ou ses descendants devront subir ce que sa mère, sol ou lui ont subi. que les injustices continuent et s'évertuent, que rien ne change, que le gouvernement, la couronne reste la même. que les priviligiés restent privilégiés, que les pauvres restent pauvres. que les mêlés continuent à servir les maîtres, que les humains continuent à souffrir sous le coup de ceux-ci. yerim il crache sur la famille régente, il crache sur la nation du feu, il crache sur les conventions. tout ce qu'il veut c'est justice, et celle-ci ne semble que possible en exterminant ceux qui ont provoqué cette tragédie.
‹ CONTRÔLEZ-VOUS VOTRE POUVOIR, COMMENT DÉFINIT-IL VOTRE VIE DE TOUS LES JOURS ?
l'électricité a toujours été par de son aventure. s'il ne l'a pas tout de suite apprivoisé, il s'est habitué à son influence, à sa puissance. si son pouvoir est dangereux, yerim est un garçon qui se contrôle; tout le temps. jusqu'à ce que la bombe n'explose. à plusieurs reprises il a pété les plombs provoquant dans les airs des éclairs jaunes illuminant le visage des individus se trouvant non loin de lui. s'il était l'un des meilleurs à l'académie son contrôle de son pouvoir a toujours été difficile. une relation d'amour et de haine qui le poursuit encore aujourd'hui. c'est pour cette raison d'ailleurs qu'il a été attribué à une osanos et non pas à une famille plus haut gradée. son pouvoir, ce contrôle non contrôlé lui ont plusieurs fois joué des tours, notamment auprès de sa Maître qui a été touché par l'éclair de feu. insomniaque ou somnanbule, yerim peut frapper à chaque instant, si ça n'arrive pas souvent, les rares fois où il explose sont toujours presque fatales.
pseudo et prénom ‹  mdrrrr  âge ‹  mdrrrr  comment as-tu trouvé le forum? ‹ écrire ici pays ‹ écrire ici fréquence de connexion ‹  mdrrrr  votre avis sur le forum ‹  weltuntergang  smiley préféré‹  saltyaf
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017



Dernière édition par Yerim Osyris le Mar 13 Juin - 9:06, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 138
‹ AVATAR : KIM JISOO.
‹ CRÉDITS : AV/@QUEEN FAUST.
‹ COMPTES : ISAURE OSHUN.

‹ AGE : vingt-trois ans à vivre tel un oppressé, amoureux d'une liberté qu'il ne voit que dans ses rêves, c'est la jeunesse qui trompera les vieilles générations.
‹ STATUT : célibataire, autrement dit seul depuis sa naissance, il n'est intéressé par rien d'autre que par une vengeance froide.
‹ SANG : mêlé, abomination, quoi que utile aux yeux de quelques maîtres, il est de ces gens qui ont courbé l'échine pour survivre.
‹ METIER : protecteur disant ne pas être dévoué, il est pourtant dans les emmerdes jusqu'au cou à cause de cette tragédie.
‹ ALLEGEANCE : la ligue des sang mêlés, il n'a aucun doute là-dessus, depuis ses quine ans il les a joint en attendant une attaque frantique.
‹ ADIUTOR : merle osanos, une maître de l'eau en fuite qu'il essaye tant bien que mal de maintenir en vie. une grosse épine enfoncée dans son talon d'achilles.
‹ POINTS : 338

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Jeu 1 Juin - 15:25


MY FISTS PACK ONE MILLION VOLTS
sous-titre / citation

chapitre un
uc

-----

Les gouttes tombaient du ciel alors qu’ils étaient assis au sol. L’un pleurait, l’autre riait hystériquement. C’était la fin, la fin de toutes les bonnes choses ; la fin du miracle, de l’amour, des rires et des pleurs. La passivité feignait sur le visage de la poupée, alors que le garçon plein de boue, s’esclaffait jusqu’à n’en plus pouvoir. Dégoûtés, sales, ils n’avaient l’air de rien, d’un tout vide. Ils avaient essayé, tenté de se battre, de combattre, de survivre, mais rien, absolument rien ne pouvait les sauver. Assis là, le corps de leur mère sans vie à leurs pieds, alors qu’ils observaient le monde qui les entourait. Alors qu’ils entendaient le bruit des pas, de ces soldats qui viendraient lui arracher la prunelle de ses yeux. Il l’aimait à n’en plus pouvoir Sol, elle était la seule chose qu’il aimait encore. La chose pour laquelle il était prêt à se battre, à tuer s’il le fallait. Mais sol, comme tous les autres, finissaient toujours par le quitter. Maman, sa sœur, tous, sans exception, laissait un creux dans ses entrailles qu’il n’arrivait jamais plus à remplir. « Ils arrivent. » Sa voix se faisait discrète, elle souffrait tout autant que lui, mais rien n’y faisait, il se fallait montrer fort, bourru. « Ils ne toucheront pas un seul cheveux sur ta tête, je te le promets. » Il a promis qu’il offrirait sa vie contre la sienne, qu’il se battrait jusqu’au sang, jusqu’à ce que son palpitant s’arrête pour la sauver elle. Car rien, rien n’importait plus que ses yeux, sa santé, sa silhouette. Rien n’était plus important, rien n’était plus crucial que sa survie. Yerim se foutait de respirer, de courir, de rire, si elle, Sol, n’appartenait plus à ce monde. Il savait qu’en la laissant entre les mains des autorités, elle aurait à vivre des horreurs ; devenir esclave n’était pas ce qu’il avait imaginé. « Ne fais rien de stupide, je t'en supplie. » Elle prit sa main entre les siennes et posa ses iris dans les siennes. S’il ne pouvait plus la voir alors à quoi bon se battre ? Sol c’était devenu sa vie, une pincette de rire, de joie, d’espoir. « La stupidité n'est pas dans mes cordes sol. Mais soit sûre d'une chose, jamais ils ne te prendront. » Elle serra sa main davantage, un supplice, une demande, une promesse silencieuse. « Please Yerim. » Incapable de discuter, incapable de lui répondre, de lui donner une énième promesse vide de sens, il respire, il efface les poings que voudraient former ses mains. Il l’observait, et ne put s’empêcher de toucher à une de ses mèches de cheveux qu’il déposa derrière son oreille ; « Je t'aime. » Elle leva les yeux à son tour, et sourit, ces petits sourires dont elle seule avait le secret. Ces petits rires qui sonnaient comme un havre de paix aux oreilles du garçon. Il était impulsif, irresponsable, mais quand Sol était là, il sentait son cœur se calmer, s’apaiser ; Que faire, que faire quand elle ne serait plus là ? « Je t'aime aussi. » C’était un cri, un appel, une confrontation douteuse, presque vague. Ils s’aimaient, alors qu’ils ne devraient pas. Ils ne s’aimaient pas comme une sœur, ou comme un frère, c’était plus fort, moins contrôlé. C’était quelque chose de peut-être malsain, quelque chose qui éclatait les organes, qui faisait battre le cœur un peu trop vite. Il aurait pu crever pour elle, il aurait pu la protéger un genou à terre, mais jamais n’était-il prêt à dépasser cette frontière, cette limite qu’ils avaient déposé silencieusement. Ils s’aimaient, ils s’aimaient jusqu’à en crever ; mais ça, ça c’était une frontière de trop qu’ils ne pouvaient dépasser. Alors il aurait probablement pu l’embrasser ce jour-là, avant qu’ils ne l’arrachent de ses bras, et peut-être qu’il regrette encore aujourd’hui. Peut-être que c’était leur dernier moment de liberté, leur dernier moment où eux seuls comprenaient la nature de leur lien, la couleur de leurs sentiments. Mais le silence a crié, et celui-ci reste, et restera à tout jamais le même.

------

chapitre deux
uc

-----

Les bruits retentissaient dans les couloirs comme une belle comptine folle. Le cri des filles, les rires des garçons. Yerim n’avait aucune envie de se lier à la populace, habituer au brouhaha habituel, il n’était pourtant pas un prêcheur de la popularité, ni de l’amitié. Il repensait à sa sœur, sa petite sœur, Sol, qui seule dans ce foutu monde, devait supporter la frénésie et l’ambition des Maîtres. Alors que lui, pendant ce temps, s’entraînait pour les protéger. Ces hideux personnages qui ne s’amourachaient de rien d’autre qu’une gloire dite éternelle. Le garçon marchait dans les couloirs, à une vitesse incontrôlable, si son envie de devenir Adiutor n’était pas plus haute que trois pommes, il se devait, pour son propre orgueil et son honneur de ne pas être le dernier en classe. Inconnu aux bataillons lorsqu’il s’agissait de boire ou de faire la fête, il était pourtant toujours le premier en classe, à s’étirer, crier. L’oiseau moqueur, compétitif, rieur des malheureux qui s’accablaient d’une lenteur inébranlable en classe. Il apprenait vite et bien, voilà sa plus grande malédiction. – T’es sourd Osyris ? Je t’appelle depuis cinq minutes. – Un regard désapprobateur, une mine déconfite, il acceptait la seule présence de cette fille. Elle se battait à ses côtés, car rudes étaient ses coups et sa rage dans les arènes. Elle avait le caractère pour, l’envie, le besoin de se prouver ; S’entraîner pour pouvoir mieux se rebeller plus tard. Utiliser l’enseignement de ces gens sourds et muets, pour retourner leur technique contre leur fierté. – Qu’est-ce que tu veux ? – Elle l’attrapa par le bras et le tira dans un petit couloir. Le bruit se faisait discret, mis en sourdine, il n’entendait plus que la respiration de deux êtres en mal de comploter. – Il y a qu’il faut que je te parle. – Yerim arqua un sourcil, il regarda à droite, puis à gauche pour s’assurer que rien ni personne ne viendrait les déranger. La fille avait une mine sérieuse, ses yeux pétillants réfléchissaient la lumière du soleil dans sa sériosité. – Je me doute Nila ; mais tu dois me dire de quoi, je ne peux pas lire dans tes pensées. Moi. – Orange, vile Orange, ils étaient d’affreuses célébrités aux yeux de ces Maîtres qui ne voulaient que puissance pour les protéger. Elle était le cerveau, il était les bras. Il était électrique, elle était fluide. – J’ai trouvé un moyen de protéger ta sœur, de les détruire. – Son regard se tourna vers le visage de Yerim. Il préférait rester silencieux, la questionnant pourtant avec ses yeux, elle souffla, expira, inspira et s’étendit sur un long récit. La ligue. Un concept qui lui était lointain, chuchoté dans quelques tavernes, elle était pourtant totalement secrète. Un mystère pour tout le monde, une attraction pour les rebelles. La résistance qui n’était futilités, qui ne protégeait personne qu’elle-même. Elle avait trouvé une solution, des dires, des rumeurs pourtant qui paraissaient vouloir dépeindre une vérité. – Tu as entendu ça de qui ? Et si cette ligue existe vraiment, est-ce que tu es vraiment sûre qu’elle se charge de nous protéger nous et les humains ? – Il passa chaque information en revue dans sa tête, c’était trop beau pour être vrai, c’était trop facile. Il pouvait amener Sol là-bas, qu’ils l’aident à partir, s’enfuir, qu’ils la protègent alors que le monde tout entier voulait l’accabler. Il se fichait de ses droits à lui, tant que ceux de sa sœur étaient revendiquer et qu’elle pouvait enfin marcher librement, et non pas enfermée. – Ce sont des sources sûres. La ligue accueille ceux en besoin, et était très intéressée pour nous accueillir tous les deux. Et ta sœur aussi, bien entendu. – Elle avait un sourire sur les lèvres. – Ca change tout Osyris, absolument tout ; – Il vit l’étincelle dans ses yeux, le feu dans ses entrailles, la haine dans ses poings, elle était son reflet, son miroir. Elle avait raison, ça changeait tout, absolument tout. – Mets-moi en contact avec eux. – Elle hocha de la tête, et lui prit le bras pour l’emmener vers leur classe de défense. La ligue. Un futur foyer, son alter-ego.

------

chapitre trois
uc

-----

lien merle

------

chapitre quatre
uc

-------

Il court le gamin, il court comme si sa vie en dépendait. Parce qu'elle avait mal Sol, si mal. Il avait entendu des rumeurs, des cris qui s'étaient répandus jusqu'aux appartemment des nobles. Elle, elle qui ne montrait jamais rien, elle, elle dont sa vie dépendait. Peut-être qu'il l'aimait trop sa soeur, peut-être qu'il dépassait les frontières de l'entendement, mais rien ne comptait, rien n'était plus important que cette petite chose qu'il avait besoin de protéger. Alors il court, parce que c'est tout ce qui lui reste à faire. Se dirigeant vers les cachots, il entend les sanglots des innocents, des humains, des esclaves qui grandissent dans cette pourriture. C'est son ventre qui se serre, ses entrailles qui crient au responsable. Ils lui paieront, ils vivront ce qu'il vit, ce qu'elle vit tous les jours. Objets, victimes, ils n'étaient plus. Elle est sa vie, il est la sienne. Deux entités qui s'entrechoquent, s'enlassent, se caressent, s'entraident. Mais Yerim était absent, absent quand on l'a prise, attrapé, quand on lui a fait du mal et ça lui brûle les organes. - Sol. - Il crie, il crie au diable, il espère la retrouver dans un morceau, il espère pouvoir revoir ses yeux, il espère pouvoir caresser sa joue une dernière fois. Et lorsqu'il arrive enfin à l'entrée, il sent son palpitant se serrer, manquer un bond, manquer des milliers de battements.

------

chapitre cinq
uc

Réveille-toi. Réveille-toi. Réveille-toi. Une voix lui chuchotait à l’oreille, éperdument, se fatiguant à tentant d’éveiller le somnambule ; Un cauchemar qui s’était épris de son esprit, et qui ne voulait s’en détacher. Le sang coulait. Il coulait comme un flot, un fleuve incessant de liquide vermeille qui s’accumulait sur les berges, sur le cadavre qu’était devenu la nature. Il entendait des cris au loin, des gens apparemment encore vivants dans ce chaos incessant. L’impression que sa tête allait exploser s’accumulait à l’effet qu’il était blessé. Sur son armure s’écoulait son propre sang, cette fois-ci jaune. Jaune. L’électricité. Sa malédiction, comme sa bénédiction. Il ne voyait rien d’autre que le rouge, que le jaune, il ne voyait rien d’autre que des arbres abattus et ce fleuve turbulent. Il ne voyait rien d’autre qu’une terre détruite, un univers en mal de rien. Rien. Plus rien. Le calme plat, alors qu’il semblait être face à une apocalypse, ses oreilles étaient sourdes. Un bourdonnement d’abord discret, puis devenant, lentement, mais de manière constante, toujours plus fort. Yerim tenta d’avancer. Une pluie douce et presque agréable commença à tomber sur ses cheveux, devenant plus violente, il lui fallait plisser les yeux pour voir à plus d’un mètre de lui. Le monde semblait tomber en ruines, et pourtant, personne ne venait l’aider. Les cris étaient recouverts par les gouttes en colères qui s’entrechoquaient avec le fleuve d’hémoglobines. Puis, soudainement, tout s’arrêta. Et dans un moment de silence trop pesant, Yerim vit Sol et Sol vit Yerim. Il s’avança, commença à courir et alors qu’il leva la main pour lui caresser la joue, elle s’éloigna d’un pas. Puis de deux.  – Sol pourquoi tu t’éloignes comme ça ?  – Un sourire froid se mua sur les lèvres de sa sœur, alors qu’elle recula d’un autre pas.  – Réveille-toi Yerim.  – Il secoua la tête, que voulait-elle de lui ? Pourquoi reculait-elle et pourquoi lui disait-elle de se réveiller ? Le monde tombait en lambeaux, la terre toute entière semblait s’écrouler, et tout ce qu’il souhaitait à cet instant-là, c’était prendre sa tendre sœur dans ses bras. – De quoi tu parles Sol, allez viens-là. – Il s’avança d’un pas, mais elle recula à nouveau. Soudainement, il se retrouva dans le noir, et alors qu’il tenta de voir quelque chose à travers ce brouillard épais, le bourdonnement refit apparition dans ses oreilles. Fort cette fois-ci, plus fort qu’auparavant, il reçut un coup dans les côtes. Penché vers le sol, la main sur la plaie, il vit le ciel s’illuminer. Au loin, une silhouette sombre, s’approcha d’une enfant et l’étrangla de ses mains. Il entendit le cri à travers les bourdonnements, et la dernière chose qu’il vit, était le visage de Sol, lui criant ; Aide-moi. Il se réveilla de sa transe, la transpiration perlant de son front, ses mains encore électriques et son cœur battant à tout rompre. Il entendit un cri de stupeur, et sentit l’odeur de quelque chose de brûlée. Pensant être encore dans son lit, il ne remarqua pas tout de suite, qu’il était debout, devant le lit de Merle. La jeune fille tenait son cou dans une étreinte douloureuse, et respirait difficilement, haletant presque. – Qu’est-ce.. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? – Le mur était teinté d’une cicatrice, brûlé de noir, il se rendit compte que ses mains n’étaient toujours pas baissées, il tenta de s’approcher de son Maître qui recula de quelques centimètres. – Tu as dû faire un cauchemar Yerim. J’ai tenté de te réveiller, mais tu n’as pas réagir. Tu étais dans une sorte de transe. – Il cligna des yeux une fois, puis deux. – Je.. Est-ce que ça va ? – Il se rua vers elle cette fois-ci, décidé à comprendre, à voir ce qu’il lui avait infligé ; Une marque, une brûlure, qui ne partirait jamais. Il leva les yeux vers les siens, dans l’attente d’une colère noire, d’un commentaire, d’un garde qui viendrait le chercher pour l’enfermer dans une tour à tout jamais. Mais elle ne dit rien, elle resté muette, frottant sa main contre la blessure. – N’en parlons plus. – Elle chercha à se détourner de lui, peut-être pour grimacer de la douleur cuisante dans sa nuque. Elle ne voulait pas en parler, il n’en avait également pas l’envie. Il recula lentement, et se dirigea vers sa chambre. Ce n'était pas une question d’honneur, de fierté ou d’envergure, mais bien le fait qu’il avait échoué dans son rôle de protecteur. S’il n’avait jamais voulu devenir Adiutor, il était capable de l’être ; mais à présent il ne faisait qu’en douter.

chapitre six
mama, i just killed a man
put a gun against his head
pulled my trigger now he's dead

s'enfuir avec merle
(...)
amnésie de sa mère
© PINNED UNDER THE WEIGHT 2017



Dernière édition par Yerim Osyris le Sam 10 Juin - 13:06, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
red
avatar
red
‹ MESSAGES : 243
‹ AVATAR : eleanor tomlinson.
‹ CRÉDITS : faust la bg
‹ COMPTES : le petit prince andrei.

‹ AGE : vingt-six fleurs ont éclos dans le jardin de sa vie.
‹ STATUT : célibataire, le coeur et l'esprit préoccupés.
‹ SANG : des larmes de bronze coulent en ses veines.
‹ ALLEGEANCE : la ligue, qu'elle a rejoint et supporte ardemment.
‹ ADIUTOR : elle devait protéger leonora karstark, avant sa fuite.
‹ POINTS : 881

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Jeu 1 Juin - 16:40

manon et les fiches pas finies. Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 138
‹ AVATAR : KIM JISOO.
‹ CRÉDITS : AV/@QUEEN FAUST.
‹ COMPTES : ISAURE OSHUN.

‹ AGE : vingt-trois ans à vivre tel un oppressé, amoureux d'une liberté qu'il ne voit que dans ses rêves, c'est la jeunesse qui trompera les vieilles générations.
‹ STATUT : célibataire, autrement dit seul depuis sa naissance, il n'est intéressé par rien d'autre que par une vengeance froide.
‹ SANG : mêlé, abomination, quoi que utile aux yeux de quelques maîtres, il est de ces gens qui ont courbé l'échine pour survivre.
‹ METIER : protecteur disant ne pas être dévoué, il est pourtant dans les emmerdes jusqu'au cou à cause de cette tragédie.
‹ ALLEGEANCE : la ligue des sang mêlés, il n'a aucun doute là-dessus, depuis ses quine ans il les a joint en attendant une attaque frantique.
‹ ADIUTOR : merle osanos, une maître de l'eau en fuite qu'il essaye tant bien que mal de maintenir en vie. une grosse épine enfoncée dans son talon d'achilles.
‹ POINTS : 338

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Jeu 1 Juin - 21:47

genre c'est ça ton bienvenue????
c'est ça que je mérite????

choquée et déçue
en plus ma fiche est bien avancée
PLUS QUE CELLE DE CALLANY D'ABORD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
red
avatar
red
‹ MESSAGES : 243
‹ AVATAR : eleanor tomlinson.
‹ CRÉDITS : faust la bg
‹ COMPTES : le petit prince andrei.

‹ AGE : vingt-six fleurs ont éclos dans le jardin de sa vie.
‹ STATUT : célibataire, le coeur et l'esprit préoccupés.
‹ SANG : des larmes de bronze coulent en ses veines.
‹ ALLEGEANCE : la ligue, qu'elle a rejoint et supporte ardemment.
‹ ADIUTOR : elle devait protéger leonora karstark, avant sa fuite.
‹ POINTS : 881

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Jeu 1 Juin - 21:51

ouais, tu mérites que ça. pouty
pscht, j'ai fini toute ma première partie d'abord. moustache
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
zeus
avatar
zeus
‹ MESSAGES : 1086
‹ AVATAR : dylan o'brien
‹ CRÉDITS : (av) me / (gif) moi wesh / (sign) tumblr + years and years
‹ COMPTES : Levi Irwin, un mêlé de 28 ans lié à Alexei Ceizhin.

‹ AGE : âgé de vingt-cinq ans, le jeune griffith est conscient que son âge est un frein à une quantité de choses. Il a hâte de monter en grade, mais sait qu'il doit attendre.
‹ STATUT : Fiancé à Isaure Oshun, le jeune Griffith a vu avec cette alliance ses rêves d’une vie sans mariage s’envoler. En effet, il a longtemps cru que son prince, le frère jumeau de la princesse qui lui a été assigné, jouerait d’une manoeuvre politique habile pour garder son courtisan préféré libre de toute alliance. Mais comment le détacher de sa propre soeur jumelle, lorsque l’on sait que c’est l’impératrice elle-même qui a fomenter cette alliance ? Impossible. Qu’à cela ne tienne, Adonis compte bien jouer toutes ses cartes.
‹ SANG : descendants de porteurs du sang bleu, adonis a pourtant le sang argent, aujourd'hui, comme ses parents avant lui. Si il ne déteste pas son statut, Adonis ambitionne à plus de pouvoir.
‹ METIER : Bien que jeune, le troisième enfant griffith est pourtant déjà l'ambassadeur de sa famille auprès du jeune prince héritier. Une nouvelle génération se forme, et leurs liens doivent se faire, plus puissants encore pour assurer à la famille griffith une alliance des plus interessante.
‹ ALLEGEANCE : la couronne de granit, qui un jour sera sur sa tête (wesh)
‹ ADIUTOR : Aléa Dochain, une mêlée perdue qui a trouvé un refuge et une famille chez les Griffith. Si au début il détestait l'idée d'être liée à la vie à la mort à une personne, il a apprit à l'apprécier. Aléa a fai preuve d'une grande patience envers Adonis, et après un passage par le lit du maître qui ne leur plut pas ni à l'un ni à l'autre, le brun sembla enfin comprendre qu'il s'était attaché à la brune comme l'on s'attache à une soeur jumelle. Une sorte d'âme soeur platonique. L'amour entre Adonis et Aléa est le plus pur qu'il ait jamais ressenti.
‹ POINTS : 4044

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Jeu 1 Juin - 23:04

on se calme ou j'vous envoie au coin moustache
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 138
‹ AVATAR : KIM JISOO.
‹ CRÉDITS : AV/@QUEEN FAUST.
‹ COMPTES : ISAURE OSHUN.

‹ AGE : vingt-trois ans à vivre tel un oppressé, amoureux d'une liberté qu'il ne voit que dans ses rêves, c'est la jeunesse qui trompera les vieilles générations.
‹ STATUT : célibataire, autrement dit seul depuis sa naissance, il n'est intéressé par rien d'autre que par une vengeance froide.
‹ SANG : mêlé, abomination, quoi que utile aux yeux de quelques maîtres, il est de ces gens qui ont courbé l'échine pour survivre.
‹ METIER : protecteur disant ne pas être dévoué, il est pourtant dans les emmerdes jusqu'au cou à cause de cette tragédie.
‹ ALLEGEANCE : la ligue des sang mêlés, il n'a aucun doute là-dessus, depuis ses quine ans il les a joint en attendant une attaque frantique.
‹ ADIUTOR : merle osanos, une maître de l'eau en fuite qu'il essaye tant bien que mal de maintenir en vie. une grosse épine enfoncée dans son talon d'achilles.
‹ POINTS : 338

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Ven 2 Juin - 19:40

MTN QU'ELLE A FINI SON MASTER ELLE PENSE QU'ELLE PEUT NOUS ENVOYER AU COIN
JAMAIS
much wow much wow much wow
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
artémis
avatar
artémis
‹ MESSAGES : 213
‹ AVATAR : lee ji eun (iu)
‹ CRÉDITS : queen manon pour l'avatar
‹ COMPTES : elizaveta la diva

‹ AGE : vingt-deux ans. un nombre comme un autre qui n'exprime en rien les expériences qu'elle a vécu.
‹ STATUT : amoureuse de l'idée de l'amour, son coeur a pourtant arrêté de battre au creux de sa poitrine. elle est désormais éprise de la solitude qui lui laisse un peu de répit.
‹ SANG : le sang maudit. le sang souillé. humaine sans la moindre importance. vermine sans le moindre pouvoir qui coule dans ses veines.
‹ METIER : ancienne esclave désormais libérée, elle ne va pas tarder à retrouver ses chaines pour la ligue.
‹ ALLEGEANCE : son seul refuge. sa seule bataille. elle ne se bat plus que pour la ligue à défaut de se battre pour elle-même. c'est le même combat qui lui vrille l'esprit et qui lui déchire le coeur.
‹ POINTS : 483

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Sam 3 Juin - 0:28

wesh il n'y a plus mon ode à la gloire de yerim moustache
choquée et déçue déçue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
yellow
avatar
yellow
‹ MESSAGES : 138
‹ AVATAR : KIM JISOO.
‹ CRÉDITS : AV/@QUEEN FAUST.
‹ COMPTES : ISAURE OSHUN.

‹ AGE : vingt-trois ans à vivre tel un oppressé, amoureux d'une liberté qu'il ne voit que dans ses rêves, c'est la jeunesse qui trompera les vieilles générations.
‹ STATUT : célibataire, autrement dit seul depuis sa naissance, il n'est intéressé par rien d'autre que par une vengeance froide.
‹ SANG : mêlé, abomination, quoi que utile aux yeux de quelques maîtres, il est de ces gens qui ont courbé l'échine pour survivre.
‹ METIER : protecteur disant ne pas être dévoué, il est pourtant dans les emmerdes jusqu'au cou à cause de cette tragédie.
‹ ALLEGEANCE : la ligue des sang mêlés, il n'a aucun doute là-dessus, depuis ses quine ans il les a joint en attendant une attaque frantique.
‹ ADIUTOR : merle osanos, une maître de l'eau en fuite qu'il essaye tant bien que mal de maintenir en vie. une grosse épine enfoncée dans son talon d'achilles.
‹ POINTS : 338

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Mer 7 Juin - 15:44

clara
le principal c'est que je me souviennes
touchée à tout jamais ds mon coeur
c ma nouvelle hymne
pas besoin de l'écrire sur papier, elle est gravée dans ma tête
kisses kisses kisses kisses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 293
‹ AVATAR : Chris Pratt.
‹ CRÉDITS : faust, Astra, LΛZΛRE.

‹ AGE : Trente-sept.
‹ STATUT : Épris de l'océan, la liberté des embruns, la fougue des vagues.
‹ SANG : Bronze, né de rien, tend pourtant à s'élever tout ambitieux qu'il est.
‹ METIER : Partagé entre les flots qu'il sillonne en tant que pêcheur et la terre qu'il parcourt en défenseur de juste cause.
‹ ALLEGEANCE : Les Osanos et la résistance qu'il sert au péril de sa vie en tant qu'officier des éclaireurs.
‹ ADIUTOR : Pied de nez fait à l'académie boycottée, nul ne le sert sinon comme matelot à bord de l'Othenor.
‹ POINTS : 914

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Lun 12 Juin - 14:16

T'as le don de faire des persos qui claquent fall fall
Re-bienvenue cutie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Mar 13 Juin - 22:19

yerim vend du rêve. (ouais j'ai lu la fiche dès l'ouverture mais je pouvais pas poster tant que j'étais pas validée tavu.)
cutie2 cutie2 cutie2
Revenir en haut Aller en bas
water nation
avatar
water nation
‹ MESSAGES : 313
‹ AVATAR : gal gadot
‹ CRÉDITS : saturniennetrbl

‹ AGE : 32 ans
‹ STATUT : célibataire, elle est trop occupée avec la résistance pour avoir le temps d'y penser.
‹ SANG : argent, noble. descendante osanos, elle n'est pas héritière mais fait partie de la fratrie osanos originelle.
‹ METIER : osanos en fuite, elle a été destituée de son poste d'ambassadrice de la nation de l'eau au gouvernement mais elle est avant tout bras droit dans la résistance aux côtés de son frère. atalante met un point d'honneur à aller sur le terrain et porter main forte aux soldats de la résistance.
‹ ALLEGEANCE : à elle, à sa famille, à la résistance. à la justice.
‹ ADIUTOR : galel valandir est son adiutor après des débuts difficiles.
‹ POINTS : 2023

MessageSujet: Re: (-) the things that kill us are the things we crave the most. Mer 14 Juin - 21:45

si tu meurs et que merle meurt, je te ressuscite pour te tuer dadada much love ange chem
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

(-) the things that kill us are the things we crave the most.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Orange Spice and all things nice
» 10 Things I Hate About You
» All things O'Natural
» [Shop] Cute Can Kill (It)
» Appel pour un projet - 100 happy things

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PINNED UNDER THE WEIGHT :: INTO THE ABYSS :: les petits papiers :: fiches validées-